L’œstrogène, une hormone importante chez la femme, est principalement produit par les ovaires. Quel est leur rôle exactement ? D’où vient-il? Jusqu’à quand sont-ils sécrétés ? Les hommes en produisent-ils aussi ? Que se passe-t-il en cas d’interruption ? Réponse du Pr Philippe Touraine, endocrinologue au service d’endocrinologie et de médecine de la reproduction de l’hôpital Pitié Salpêtrière (Paris).

Oestrogène : qu’est-ce que c’est ?

Œstrogènes : de quoi s’agit-il ?

L’œstrogène est la principale hormone sexuelle qui appartient au groupe des stéroïdes.

Elle est principalement produite par les ovaires (mais aussi en petite quantité par les testicules chez l’homme), par les glandes surrénales, par les glandes mammaires ou par les tissus adipeux.

Les trois classes d’oestrogènes naturels sont :

Comme la progestérone, ils jouent un rôle important dans la vie hormonale des femmes – et dans une moindre mesure chez les hommes.

Comme mentionné ci-dessus, les œstrogènes sont principalement sécrétés par les ovaires pendant le cycle menstruel. « Le taux d’oestrogènes augmente après les menstruations, et jusqu’à l’ovulation (au 14e cycle »), suggère l’endocrinologue. Cela permet l’épaississement de la muqueuse utérine, mais aussi la formation de glaire cervicale.

Plus précisément, l’œstrogène est sécrété par chaque follicule contenant un ovocyte. Lorsque cet ovocyte mûrit (au moment de l’ovulation), il libère plus d’œstrogènes, ce qui permet à l’ovocyte d’être libéré, qui est ensuite récupéré par la trompe de Fallope. Une fois l’ovocyte expulsé (dans la deuxième partie du cycle), il se transforme en un corps jaune et sécrète de la progestérone.

Après la ménopause, le taux d’oestrogènes chute de façon spectaculaire : les ovaires cessent d’en produire. Par conséquent, les organes et les tissus qui y sont sensibles subissent plusieurs modifications, dont une atrophie. Par conséquent? La peau s’étire, la muqueuse s’assèche, le squelette se décalcifie, etc. Les tissus adipeux et les glandes mammaires peuvent produire une certaine quantité d’œstrogènes après la ménopause.

Quel est le rôle des oestrogènes ?

Quel est le rôle des œstrogènes ?

L’œstrogène agit notamment au niveau du système urogénital, des glandes mammaires, du squelette, de la peau et des muqueuses, du système cardiovasculaire, du cerveau, du système digestif. Elles sont souvent appelées hormones « féminisantes ». Pour cause, ils ont un rôle clé dans le développement et le maintien des caractères sexuels secondaires chez les jeunes femmes.

Quel est le rôle des œstrogènes chez les femmes ?

Quel est le rôle des œstrogènes chez la femme ?

Quel est le rôle des œstrogènes chez les hommes ?

Quel est le rôle des œstrogènes chez l’homme ?

Les œstrogènes n’ont pas de rôle particulier chez les hommes : les hommes ont des taux élevés de testostérone dans le sang et des taux faibles d’œstrogènes (chez les femmes, l’inverse). Mais certaines boissons, comme la bière, peuvent avoir un effet œstrogénique et provoquer un déséquilibre hormonal. L’excès d’oestrogène (et donc le manque de testostérone) peut avoir des effets néfastes sur l’organisme, confirme l’endocrinologue.

Dosage : quand et comment déterminer son taux d’oestrogènes ?

Dosage : quand et comment déterminer son taux d’œstrogène ?

Il n’est pas nécessaire de mesurer régulièrement votre taux d’œstrogène. Le dosage n’est utile que dans certaines situations, telles que :

La prise de sang nécessite le jeûne et le prélèvement est effectué au pli du coude.

Qu’est-ce qu’un taux « normal » d’oestrogènes ?

Quel est le taux « normal » d’œstrogènes ?

Il n’y a pas de « taux normal » d’œstrogène, car ces taux évoluent constamment. Les valeurs de référence varient selon le sexe, l’âge et l’éventuelle grossesse. Cela dépend aussi du laboratoire et de la technique d’analyse utilisée.

Toute anomalie dans la production d’œstrogènes peut avoir un retentissement clinique, précise le Pr Touraine.

L’oestrogène fait-il grossir ?

Est-ce que les œstrogènes font grossir ?

La réponse n’est pas très claire. L’œstrogène lui-même ne fait pas grossir. C’est leur variation qui peut avoir un impact sur notre poids. A la ménopause, notamment, les femmes ont souvent plus de mal à maintenir un poids santé, pour cause, les oestrogènes baissent drastiquement, notamment l’oestradiol qui aide à maintenir notre métabolisme (il affecte la façon dont notre corps stocke les graisses et décide d’éliminer – ou pas – certaines zones de graisse) . En fait, lorsque l’équilibre des œstrogènes n’est pas optimal, les kilos peuvent commencer à s’accumuler. Et ce n’est pas le seul problème à affronter !

Excès d’œstrogène (hyperestrogénie) : quels sont les symptômes ? Quelles sont les conséquences?

Excès d’œstrogènes (hyperœstrogénie) : quels symptômes ? Quelles conséquences ?

Un taux excessif d’oestrogènes (dominance oestrogénique ou hyperoestrogénie) entraîne son lot de désagréments :

La dominance oestrogénique est également présente chez les hommes : un excès d’oestrogène peut alors entraîner une baisse de la libido, une baisse de la qualité et de la quantité des spermatozoïdes, une baisse de la production de testostérone. Cet excès d’hormones « féminines » peut aussi expliquer une croissance mammaire anormale (gynécomastie) ou une hypertrophie bénigne ou cancéreuse de la prostate.

« En cas d’hyperoestrogénie, l’équilibre hormonal est équilibré par la prescription de progestérone (équilibre estro-progestatif) », explique le Pr Touraine. Chez l’homme, une prise d’androgènes peut être prescrite.

Manque d’oestrogène : quels sont les symptômes ? Quelles sont les conséquences?

Manque d’œstrogènes : quels symptômes ? Quelles conséquences ?

Le manque d’oestrogène peut être causé par de nombreuses raisons, dont la ménopause, un régime alimentaire très strict, une activité physique intense, etc.

Certaines perturbations peuvent alors être alertées :

Médicaments : qu’est-ce qui peut augmenter les niveaux d’œstrogène ?

Traitement : qu’est-ce qui peut augmenter le taux d’œstrogènes ?

Avec l’autotest d’équilibre hormonal cerascreen®, vous pouvez déterminer les niveaux de ces hormones : cortisol, mélatonine, sérotonine, œstrogènes et testostérone. Pour cela, prélevez un ou plusieurs échantillons de salive ou d’urine et envoyez-les à notre laboratoire d’analyse spécialisé.

Comment savoir si mes ovaires fonctionnent bien ?

Température basale élevée Avant l’ovulation, elle augmente de 0,3 à 0,6°C. Cette température basale reste élevée pendant plusieurs jours puis diminue progressivement jusqu’au premier jour des règles. Ce signe d’ovulation est relativement fiable mais il vous oblige à avoir une hygiène de vie parfaite.

Comment savoir si l’ovulation est de bonne qualité ? 2 – Courbe de température La deuxième méthode pour reconnaître l’ovulation consiste à surveiller la courbe de température. Dans un cycle, il y a deux phases : la première, où la température est basse (généralement inférieure à 37°C) et la seconde, où la température monte brusquement de 0,3 à 0,4°C.

Comment avoir des ovaires sains ? Maintenez un poids santé. Un poids santé pendant votre parcours de conception peut aider votre fertilité. Le surpoids peut entraîner un stress oxydatif plus élevé. Mais un poids insuffisant peut également avoir un impact significatif sur votre fertilité.

Quels sont les signes d’une mauvaise ovulation ? Vous pouvez ressentir une certaine tension dans le bas-ventre, d’un côté du corps en général, mais rarement très grave. Certaines femmes souffrent de crampes d’estomac parfois intenses. D’autres souffrent plutôt de ballonnements abdominaux, un autre symptôme qui peut être lié à l’ovulation.

Comment contrôler les ovaires ?

Une échographie pelvienne (via le vagin) fait désormais partie du bilan systématique. Cela permet de manière simple et indolore d’examiner les ovaires et de détecter la possibilité d’anomalies ovariennes (ovaires polykystiques par exemple).

Comment faire un examen ovarien ? L’échographie pelvienne peut se faire de plusieurs manières : Par voie sus-pubienne : la sonde est placée au-dessus du pubis ; Par voie endovaginale chez la femme : une sonde, recouverte d’un préservatif et de gel, est introduite dans le vagin pour mieux visualiser la muqueuse utérine et les ovaires.

Quel examen pour vérifier les ovaires ?

L’échographie peut :

  • détecter les tumeurs ovariennes et déterminer s’il s’agit de tumeurs solides ou de kystes remplis de liquide ;
  • regardez la forme et la taille des ovaires et notez leur contenu;
  • évaluer les anomalies dans d’autres organes du bassin;
  • vérifier l’accumulation de liquide dans l’abdomen.

Pourquoi l’échographie de l’ovaire? pour identifier d’éventuelles malformations utérines. pour détecter les kystes ovariens ou les polypes ou fibromes utérins. pour effectuer une évaluation de l’infertilité, visualiser l’activité folliculaire (nombre de follicules ovariens) ou confirmer la présence d’ovulation.

À Lire  Le meilleur antidépresseur naturel

Comment se palper les ovaires ?

Pour vérifier les ovaires, par exemple, les gynécologues font un examen à deux mains. Avec deux doigts sur le visage et l’autre main sur l’abdomen, ils palpent l’utérus et les ovaires, à la recherche d’anomalies.

Comment puis-je savoir que j’ai un cancer de l’ovaire? Symptômes caractéristiques du cancer de l’ovaire Troubles gynécologiques : troubles menstruels, saignements vaginaux anormaux ou réduction, tension dans les seins… ; Troubles locaux liés à la masse tumorale : douleurs pelviennes et abdominales, lombalgies, envie urgente d’uriner, etc.

Comment réduire le niveau d’œstrogène ?

Vous pouvez également manger plus de champignons, de raisins noirs, de grenades, de légumes crucifères (choux, navets, brocolis,…) et boire du thé vert, qui sont tous connus pour réduire les œstrogènes ou ralentir la production d’œstrogènes.

Comment faire baisser le taux d’oestrogène naturellement ? Les graines comme le lin et le sésame contiennent naturellement des phyto-œstrogènes et sont riches en autres nutriments, notamment des fibres, des vitamines B et du fer, qui peuvent aider à réguler les niveaux d’œstrogène.

Comment savoir si une femme a trop d’œstrogène ? Trop d’oestrogènes, quels sont les symptômes ?

  • fatigue et maux de tête fréquents.
  • prise de poids car les œstrogènes ralentissent le fonctionnement de notre métabolisme.
  • l’apparition de douleurs (dans le sein, les articulations ou les muscles)

Quels aliments réduisent les œstrogènes? Carotte. Leur consommation régulière réduira le taux d’oestrogène circulant dans le sang. C’est la fibre des carottes qui se lie aux hormones inutilisées afin qu’elles soient éliminées du corps.

Quel est le taux d’œstrogène normal ?

Valeurs normales Chez la femme pendant la phase folliculaire : entre 0,10 et 0,55 nmol/l, Chez la femme pendant l’ovulation : entre 0,35 et 2,20 nmol/l, Chez la femme ménopausée : entre 0,04 et 0,18 nmol/l. Chez la femme enceinte : de 24,5 à 110 nmol/l.

Quel est le tarif de la ménopause ? En effet, le taux confirmé de FSH ménopausique est le plus souvent supérieur à 80 mUI/mL. Avant 45 ans, la posologie est systématique pour ne pas négliger les autres étiologies de l’aménorrhée.

Quels sont les symptômes d’une carence en œstrogènes ? Cela peut être des bouffées de chaleur, des sueurs nocturnes, des maux de tête, une sensation de fatigue, des troubles du sommeil, des douleurs sensibles ou articulaires.

Comment détecter une insuffisance ovarienne ?

Insuffisance ovarienne primaire : cycle menstruel irrégulier et taux sérique basal élevé de FSH Insuffisance ovarienne prématurée : cycle menstruel irrégulier ou occasionnel depuis plusieurs années, possibilité de grossesse et taux sérique basal élevé de FSH.

Quand parle-t-on d’insuffisance ovarienne ? L’insuffisance ovarienne fait référence à la période de 10 ans précédant la ménopause. A cette époque, le stock de follicules est inférieur à 25 000, donc la qualité de l’ovulation est perturbée. La probabilité de tomber enceinte à 40 ans est estimée à 5 %, contre 25 % à 25 ans.

Comment savoir si vous avez une bonne réserve ovarienne ? Test sanguin pour l’hormone anti-mullérienne (AMH) : la dose de cette hormone est le meilleur indicateur de l’état de la réserve ovarienne. Plus le taux d’AMH est faible, plus le stock d’ovocytes est faible et la réponse faible à toute stimulation (aide à la procréation).

Comment tomber enceinte avec une insuffisance ovarienne ? Certaines jeunes femmes atteintes de PIO peuvent obtenir une grossesse par fécondation in vitro avec leurs propres ovules, bien que le nombre d’ovules obtenus soit faible. L’unité de soins à faible réserve ovarienne de l’Instituto de Bernabeu a développé un protocole individualisé pour ces cas.

Comment savoir si réserve ovarienne faible ?

Une femme à faible réserve maternelle ne présente a priori aucun symptôme. Pour connaître l’état de votre sauvegarde, vous devez donc vous rendre chez votre gynécologue. Grâce à l’échographie transvaginale, votre médecin pourra connaître le nombre de follicules antraux dans le cycle menstruel.

Comment tomber enceinte avec de faibles réserves ovariennes ? Chances de grossesse avec faible réserve maternelle Il existe plusieurs options pour parvenir à une grossesse avec faible réserve ovarienne : la fécondation in vitro (FIV) : l’un des traitements les plus efficaces en matière de procréation assistée et aussi l’un des plus actuels.

Qu’est-ce qui fait baisser la réserve ovarienne ?

Mais ce problème peut également survenir chez les jeunes femmes, notamment en cas d’insuffisance ovarienne prématurée. D’autres causes sont : les traitements médicaux ou chirurgicaux, la chimiothérapie, la pollution de l’environnement, une mauvaise hygiène de vie et certaines maladies comme l’endométriose.

Pourquoi l’AMH chute-t-elle ? Ce taux est le plus souvent égal à 2 ng/ml mais en cas d’insuffisance ovarienne, le fait qu’il y ait moins de follicules fait baisser le taux d’AMH, inférieur à 1 ou 0,5 selon des critères connus.

Comment savoir si on a une bonne réserve ovarienne ?

Une prise de sang entre le 3ème et le 5ème jour du cycle avec une dose de plusieurs hormones : hormone antimullérienne (AMH) : la dose de cette hormone est le meilleur indicateur de l’état de la réserve ovarienne.

Qu’est-ce qu’une bonne réserve ovarienne ? En général, des valeurs de FSH supérieures à 10 ou d’Åestradiol supérieures à 80 pg/ml indiquent de faibles réserves ovariennes, bien que celles-ci puissent fluctuer d’un cycle à l’autre (elles varient davantage d’un cycle à l’autre).

Comment savoir si les ovocytes sont de bonne qualité ? Pour connaître la réserve ovarienne et pouvoir l’évaluer et la calculer, cela se fait par : Analyse de l’hormone anti-müllérienne (AMH), de l’hormone folliculo-stimulante (FSH) et de l’estradiol. Comptage des follicules antraux, réalisé par échographie le premier jour du cycle menstruel.

Comment savoir si on a un bon taux d’hormone ?

Normale de HCG
Enfants et Hommesmoins de 1 UI/L
Les femmes ovulentmoins de 2 UI/L
femmes ménopauséesmoins de 7 UI/L
Femmes enceintes (10e jour après la fécondation)Au-dessus de 5 UI/L, mais généralement entre 8 et 10 UI/L

Comment connaître son type hormonal ? L’évaluation de votre profil hormonal se fait par une prise de sang, le plus souvent entre le 2ème et le 4ème jour du cycle. Différentes hormones jouent un rôle dans la reproduction.

Comment lire l’analyse hormonale? Que montre-t-il ? Des taux sanguins faibles (inférieurs à 0,1 mUI/L) sont généralement un signe d’hyperthyroïdie, avec un risque de nervosité et de palpitations cardiaques. Un taux élevé (plus de 5 mUI/L) est quelque peu indicatif d’hypothyroïdie, ce qui peut expliquer une fatigue intense ou des frissons permanents.

Comment savoir si mon bilan hormonal est bon ?

La FSH aide à déterminer l’état de la réserve ovarienne. Un taux compris entre 3 et 9 mUI/ml est un signe de qualité de la réserve ovarienne. Les valeurs de FSH inférieures à 6 indiquent une excellente réserve ovarienne, entre 6 et 9 une bonne qualité, et entre 10 et 13 – signe d’une mauvaise réserve ovarienne.

Quel est le taux normal d’hormone LH ? Avant la puberté, la LH doit être inférieure à 1,5/2 U/L. Après la puberté, il est normal entre 4/5 U/L, chez les garçons comme chez les filles.

Comment interpréter la FSH et la LH ? La valeur de LH est normale si elle est proche de la valeur de FSH. Une LH supérieure à la FSH indique souvent des ovaires polykystiques (OPC). Le pic de LH est suivi d’une ovulation, dans les 24 à 48 heures.

Comment lire résultats FSH ?

Avant la puberté : la valeur normale doit être inférieure à 5 UI/l. Pendant la phase folliculaire : doit être compris entre 2 et 10 UI/l. Pendant la phase d’ovulation, elle doit être comprise entre 5 et 30 UI/l. Pendant la phase lutéale, le taux varie entre 1 et 6,5 UI/l.

Combien ça coûte d’être préménopausée ? Les taux plasmatiques de progestérone n’ovulent que dans 4,8 % des cas dans les 6 mois précédant la ménopause. Un an après l’arrêt des menstruations, les taux de FSH sont 10 à 15 fois plus élevés qu’au début de la phase folliculaire chez la jeune femme et la LH est 3 fois plus élevée (7).

Quelle prise de sang pour dérèglement hormonal ?

Il s’agit d’un simple test sanguin effectué en laboratoire. Le bilan hormonal est idéalement réalisé à J-3, soit entre le 2ème (J-2) et le 4ème (J-4) jours du cycle menstruel (le premier jour du cycle est le premier jour des règles). à FSH, LH, 17 Beta Estradiol, Progestérone, Inhibine B.

Quand faire le bilan hormonal chez la femme ? Un bilan hormonal est également prescrit pour les femmes de plus de 40 ans qui ont des cycles irréguliers ou des règles manquées. Un test sanguin peut déterminer s’il s’agit d’un déséquilibre hormonal ou de l’apparition de la ménopause.

Qu’est-ce qu’un bilan hormonal complet ? Un bilan hormonal complet permet d’évaluer la qualité de chaque phase du cycle de la mère et d’apprécier les réserves ovariennes, c’est-à-dire l’âge « ovarien » de la femme. La plupart de ces tests hormonaux se font entre le 2ème et le 4ème jour du cycle, sans aucun traitement.