Un plan d’épargne retraite (PER) vous permet de constituer un fonds pour compléter votre retraite et préserver votre pouvoir d’achat. Les détenteurs d’anciens produits Madelin peuvent les convertir en PER en profitant des caractéristiques de ce dernier.

Environ 15 millions de retraités en France toucheront une pension moyenne de 1 460 en 2019 selon la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques. Ajustée par les hommes, la moyenne est de 1 145 € pour les femmes, 1 924 € pour les hommes.

Le niveau des pensions de retraite

Alors qu’un retraité public perçoit 75 % de son dernier salaire, un retraité privé perçoit entre 50 et 75 % de sa moyenne des 25 dernières années. Le risque de perte de moyens de subsistance est réel. Par conséquent, certains actifs devraient préparer leur retraite. S’ils ne détiennent pas d’actifs générateurs de revenus, tels que des placements immobiliers, une épargne-retraite peut être envisagée. À cet égard, un changement majeur a eu lieu en 2019 et il n’a pas encore fini de créer tout ce qu’il a fait. Depuis octobre 2019, le Plan d’Epargne Retraite (PER) a remplacé tous les plans d’épargne retraite existants sur le marché, tant individuels que paritaires.

Une enveloppe commune pour trois compartiments

La loi PACTE 2019 a harmonisé l’ensemble des plans d’augmentation des fonds de pension en créant une enveloppe unique : le PER. Il a pour objet de percevoir une rente viagère ou un versement en espèces, qui est versé en premier lieu à la date de retrait de la pension du régime obligatoire de retraite ou à l’âge légal de la retraite.

Prise par une compagnie d’assurance, une mutuelle, une institution de prévoyance ou une banque, elle prend la forme d’un contrat d’assurance groupe ou d’un compte-titres.

En pratique, le PER est composé de trois parties censées couvrir les paiements de différentes sources.

Le PER Individuel (PERIN) collecte les cotisations volontaires versées par chaque salarié, salarié ou indépendant.

Le PER Obligatoire de l’Entreprise (PERO) collecte les versements obligatoires effectués par l’entreprise à ses salariés et dirigeants.

La société coopérative PER (PERECO) est financée par l’épargne salariale, un abondement de l’employeur et un versement volontaire du salarié.

Avant la mise à jour 2019, l’environnement produit existant présentait plusieurs limitations : les programmes n’étaient pas très portables, c’est-à-dire il était difficile, voire impossible, de transférer de l’argent de l’un à l’autre. Leur travail était différent. En revanche, le PER, ou PER est portable, et bénéficie souvent d’une réduction de la composante paiement. Par défaut, ils font l’objet d’une gestion formalisée et offrent le choix entre une rente ou une sortie de capital.

Le plan individuel remplace le Madelin et le Perp

La personne PER ou PERIN remplace deux individus connus : le contrat de Madelin et Perp. La convention Madelin est connue des professionnels indépendants : commerçants, artisans, indépendants, ceux qui déclarent leurs revenus sous BIC ou BNC, ainsi que les dirigeants d’entreprises assujetties à l’impôt sur les sociétés, comme la plupart des gérants SARL, et exonérées. travailleurs non agricoles. Le contrat de retraite de Madelin prévoyait une retraite complémentaire, uniquement sous forme de rente. Le contrat de mutuelle de Madelin, le contrat d’assurance de Madelin pour les compléments d’un précédent régime d’assurance maladie et le contrat de chômage de Madelin existaient séparément. Le Perp était une forme de retraite rémunérée, accessible à tous les retraités.

Si les contrats Perp et Madelin sont toujours en place, ils ne pourront plus en créer de nouveaux à partir du 1er octobre 2020. En revanche, ceux qui ont une épargne retraite Perp et Madelin peuvent – ce n’est pas obligatoire – les convertir en PER individuel et. trouver de nombreux intérêts dans ce processus.

Quel est l’intérêt de transformer ses contrats Perp et Madelin ?

Pour commencer, il convient de noter que la réforme du programme Perp et Madelin est un travail biaisé en termes d’impôts et de cotisations sociales. Toutefois, il peut inclure des frais de gestion facturés par les entités teneurs de comptes.

Le PERIN offre une grande liberté à ses porteurs. Ils peuvent toujours choisir entre des sorties de rentes et des sorties de capitaux, tandis que le titulaire du contrat Madelin ne peut récupérer son solde restant que par le biais de versements de rentes viagères.

Autre idée : les détenteurs de PERIN peuvent ouvrir leur argent pour obtenir une plus grande maison, ce que le contrat Madelin ne permet pas non plus. Enfin, le PER permet de regrouper l’ensemble des contrats de retraite accumulés au cours de la vie.

À Lire  Amazon : le nouveau directeur de la formation était un chef de prison

Choisir la fiscalité de son épargne retraite

D’un point de vue fiscal, les PER ne sont pas soumis à des règles spécifiques. Donc, leurs impôts sont difficiles.

L’épargnant a le choix entre la taxe à l’entrée, c’est-à-dire pendant la phase d’épargne, avec déduction d’une partie du versement ou de l’impôt au moment du départ à la retraite, quel que soit le mode de versement du PER (rente ou capital).

1. L’épargnant choisit d’être exonéré d’impôt sur le revenu pendant la phase d’épargne

Les cotisations volontaires au PER des personnes physiques ou morales sont déduites du revenu imposable dans la limite du plafond annuel. Il est possible de choisir entre les deux plafonds suivants :

– 10 % des revenus professionnels dans la limite de 8 fois le plafond annuel de la sécurité sociale (PASS) de l’année précédente ;

– soit 10% du PASS de l’année précédente.

Si le plafond de retrait n’est pas entièrement utilisé, l’excédent peut être reporté dans un délai de trois ans.

La lecture du ciel est différente pour les salariés et les indépendants.

Si l’épargnant choisit un avantage fiscal pendant la phase d’épargne, la sortie fiscale (rente viagère, capital ou formule mixte) ne présente pas d’autres caractéristiques.

En cas de sortie de fonds, la part correspondant au versement volontaire est soumise à l’impôt dans le secteur des retraites (sans l’abattement de 10 %) ; la part correspondant aux plus-values ​​est soumise au même prélèvement forfaitaire de 30 % (12,8 % d’impôt sur le revenu et 17,2 % de prélèvements sociaux). L’imposition au barème progressif est une option possible.

En cas de retrait de la rente viagère, la rente correspond au taux progressif de l’impôt sur le revenu, dans la catégorie des rentes viagères libres, après abattement de 10 %, fermé.

2. Le sauveur n’a pas opté pour le retrait volontaire

S’il choisit de retirer de l’argent, cet argent est versé à loisir et basé sur des revenus personnels non déductibles n’est pas soumis à l’impôt sur le revenu. Seule la partie correspondant aux plus-values ​​est imposable, avec un prélèvement forfaitaire unique de 30 % (17,2 % pour les cotisations sociales et 12,8 % pour l’impôt sur le revenu). L’imposition au barème progressif est une option possible.

S’il choisit de se retirer en viager, la partie de la rente résultant des cotisations volontaires non déduite pendant la période de conservation est soumise à l’impôt sur le revenu dans la partie de la rente viagère à liquider. Seule une petite partie du revenu est imposée ; selon l’âge de l’épargnant au moment du premier versement (moins de 50 ans : une part taxée à 70 %, entre 50 et 59 ans : une part taxée à 50 %, entre 60 et 69 ans dont : une part taxée part à 40 %, 70 ans : une part taxée à 30 %).

Et pour l’épargne retraite en entreprise ?

Les deux autres compartiments du PER sont dédiés aux fonds de pension d’entreprise. Le PER obligatoire de l’entreprise (PERO) remplace l’ancienne convention « article 83 » (en référence à l’article 83 du Code Général des Impôts). La majoration de rente par capitalisation est enregistrée par l’entreprise au bénéfice de tout ou partie des salariés. Il est alimenté par des versements obligatoires et des versements volontaires. La retraite complémentaire est versée uniquement sous forme de rente viagère, comme dans le cadre du contrat article 83, qui n’est plus vendu depuis le 1er octobre 2020.

La rente versée dans le cadre du PERO peut être restituée au conjoint survivant, sauf s’il s’agit d’un versement « volontaire » du salarié restitué sous forme d’espèces. Si l’employé décède pendant la phase d’épargne, le montant accumulé est transmis aux bénéficiaires désignés selon la police d’assurance-vie.

Enfin, le PER peut percevoir l’indemnisation des accidents du travail au sein de l’association d’entreprise du PER, le PERECO.

Ce produit d’épargne optionnel permet de souscrire un contrat de retraite complémentaire, qui peut être souscrit pour une durée déterminée ou indéterminée. Au moment de la retraite, le propriétaire a le choix entre un retrait sous forme de rente viagère ou sous forme d’espèces, en une fois ou fractionné.

Le PERECO devrait être financé par l’intéressement et les primes de participation et par l’apport optionnel de fonds propres de l’entreprise. Il peut également percevoir les droits inscrits sur le compte épargne temps (CET) si les jours de vacances ne sont pas pris par les salariés dans un délai de 10 jours par an. Les membres peuvent également faire des contributions volontaires. Ce programme s’adresse à tous les salariés de l’entreprise, y compris les cadres de l’entreprise si l’entreprise ne compte qu’un seul salarié. Les anciens salariés peuvent également continuer à verser les primes PERECO pour leur ancienne entreprise s’ils n’ont pas de PERECO dans leur nouvelle entreprise.