Lorenzo Poli, photographe paysagiste de renommée internationale, a remporté la catégorie professionnelle des Sony World Photography Awards 2022 > Paysage avec sa série Life on Earth. Cet automne, il a récemment exposé une autre œuvre, Ode to Nature, à Pool NYC, Milan, en collaboration avec Eye-V Gallery, du 20 septembre au 22 octobre 2022.

Il y célèbre le mysticisme de la nature aux côtés de treize autres artistes. Entre vernissage et promotion, il a accordé un échange fructueux à la rédaction de Phototrend pour revenir sur La vie sur terre et nous donner quelques clés pour mieux comprendre son travail. Nous avons pu lui poser des questions tant sur sa démarche artistique que sur son parcours, de l’architecture à la photographie de paysage :

La série contient de nombreux thèmes qui inspirent mes recherches. Le silence, le temps, l’incroyable pouvoir régénérateur de la vie, l’effet de l’action humaine sur l’environnement, mais aussi le sens mystique et la spiritualité intrinsèque de la nature. La nécessité d’une révolution spirituelle de l’humanité. Je cherche à capturer la magie d’un univers qui se situe entre le sacré et le magique, où l’essence de la vie est protégée par le silence, et où le monde extérieur et le monde intérieur coïncident.

J’avoue que je n’ai plus envie de construire, je n’ai plus envie de consommer sans modération. J’ai réduit mon train de vie au minimum. J’avais un besoin impérieux de m’arrêter, de ralentir, de contempler le silence, en silence, d’observer les principes primordiaux qui animent la Planète Terre dans son essence. Et puis je me pose la question : une architecture contemporaine réussie n’incarne-t-elle pas précisément les valeurs d’une époque de l’histoire humaine dont le changement climatique est le résultat ?

Pendant Covid, j’ai eu l’opportunité de vivre dans les terres isolées du nord de l’Ecosse, pendant plusieurs mois dans mon camping-car, tout en travaillant à distance sur des stratégies environnementales pour des clients comme Apple. Puis j’ai commencé à matérialiser intensément une seule envie et un seul et immense rêve : visualiser une humanité différente, en profonde communion avec la nature. Il s’agirait de restaurer les forêts, de reboiser les terres anthropiques et d’embrasser une ère post-carbone.

Ainsi pourrions-nous restaurer le silence naturel qui régnait autrefois dans le monde. Ce serait le vrai succès de l’humanité. Je crois qu’une révolution environnementale ne peut être mise en œuvre par des solutions technologiques que si elle est motivée par une volonté profonde de changer le cours de l’existant. Comme l’a dit le Mahatma Gandhi « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde ».

Soyons clairs, j’ai aussi la conviction première et absolue que la nature est la solution « technologique » au déséquilibre environnemental créé par l’espèce humaine. Au cours des 4 derniers milliards d’années, la nature a réussi à transformer une planète désertique en un écosystème autorégulateur complexe (c’est-à-dire Gaia) qui agit comme un tampon contre les fluctuations climatiques. Je crois que la nature a la capacité de rétablir, avec ou sans l’homme, l’équilibre perdu : parfois au prix d’extinctions massives et après plusieurs milliers d’années.

Vos photographies traversent l’univers de l’abstrait, et vous décrivez souvent les espaces naturels que vous capturez comme magiques. Quels liens établissez-vous entre la spiritualité et la photographie dans vos travaux ?

Je pense que l’un des grands pouvoirs de la photographie est sa capacité à générer de la méditation, de la réflexion, à travers un médium visuel et à travers la couleur. L’art a le potentiel de communiquer un message à l’échelle mondiale. J’aimerais que mon travail véhicule une vision transcendantale. Je suppose que cette force vitale qui m’attire et dont je veux être témoin transcende les explications rationnelles.

À Lire  Francs-maçons en Guadeloupe, une organisation secrète ?

J’ai passé les deux derniers mois à photographier des glaciers lors d’une retraite en Norvège – le sentiment le plus puissant que j’aie jamais ressenti ? La force régénératrice de la nature, capable de coloniser avec des lichens, des mousses, des arbustes et des arbres des kilomètres de vallées laissées vides par les glaciers en un temps très rapide et en synergie symbiotique. Pour atteindre la base des glaciers, j’ai marché seul pendant des jours à travers ces vallées.

La photographie est pour moi une forme de méditation, de dépassement de l’individualité. Mon rituel : explorer la nature en solitaire, en silence à pied ou en kayak, admirer dans l’immobilité, s’immerger dans la

éléments J’observe le flux du cosmos et la magie de la vie, en tant qu’être humain humble au cœur plein de gratitude. Dans ces moments d’observation, une sorte d’illumination ou de révélation mystique m’amène à prendre une photo à un certain moment. Chaque photo révèle ainsi la volonté d’expliquer cette dimension de communion spirituelle.

J’aime l’heure bleue, les heures après le crépuscule ou avant l’aube. J’ai tendance à sous-exposer les photos. J’embrasse l’obscurité, j’aime l’immédiateté et le minimalisme du noir et blanc et le pouvoir émotionnel de la couleur. J’aime les derniers rayons de soleil sur la planète et le sentiment de calme et de paix que la nuit apporte. Les biorythmes ralentissent, le silence s’installe dans la forêt. L’obscurité amplifie aussi les émotions intérieures, c’est peut-être pour cela que nous la fuyons. Peut-être que la capacité à expérimenter la réalité extérieure/intérieure diminue avec la diminution de la lumière ?

La post-production n’en est pas une, mais une partie du processus photographique au sens large. Il s’agit principalement de générer les mêmes émotions que vous ressentez lorsque vous êtes complètement immergé dans le flux de la nature.

De quelle manière vous inspirez-vous pour nourrir votre art ? Quelques conseils pour des photographes amateurs, notamment en paysage ?

La nature est riche en inspiration… Ainsi que les oeuvres des grands maîtres des siècles passés, tels que Goya, Rubens, Michel-Ange, Caravage, Léonard de Vinci pour n’en citer que quelques-uns. Pour la photographie je m’inspire des travaux de Sebastião Salgado, Vincent Munier, Walker Evans, Edward Burtynsky, Ansel Adams, Saul Leiter, Luca Locatelli, Daria Belikova, Benjamin Hardman ou encore Jeremy Snell.

Mon conseil : éviter les dérives technologiques, éviter les lieux sur-photographiés et médiatisés, utiliser la photographie comme outil d’exploration et d’approche de la nature, et comme moyen de se redécouvrir. Les clés de mon travail : l’isolement et la préparation physique et mentale pour passer de longues périodes dans la solitude immergée et entourée par la nature. Je pense que l’essentiel en photographie est de communiquer une émotion.

Quelques mots sur vos futurs projets ?

Ode à la Nature est une exposition-projet issue de la collaboration avec Paola Marzotto et la Galerie Eye-V. Elle fait partie d’une exposition collective qui réunit 14 artistes, dédiée à la photographie de nature contemporaine. La science et la religion n’ont pas été en mesure d’expliquer l’incroyable évolution qui, au cours des millénaires, a transformé la Terre en un système de vie si complexe. l’art peut-il

Je reviens d’environ 8 semaines en Norvège pendant lesquelles j’ai travaillé sur le projet Glacial Wisdom, sur l’évolution des glaciers norvégiens, en collaboration avec la Direction norvégienne des ressources en eau et de l’énergie (NVE). L’objectif est d’expliquer la sagesse séculaire qui émerge à la surface de ces énormes masses de glace. Une sagesse remontée à la surface par l’accélération de la fonte des glaciers – conséquence du réchauffement climatique – et qui est en train de disparaître.

En parallèle, je travaille sur plusieurs projets, à différentes phases de développement : Microalgae, sur la mise en place de microalgues à l’échelle industrielle ; Rendre la nature dans les technologies pour exploiter les ressources naturelles dans l’agriculture contemporaine ; Les mutagènes dans Crispr et les dernières innovations dans le monde de la modification génétique ; et Torn up, un projet visant à raconter l’histoire de la tempête Vaia qui a balayé des vallées entières des Dolomites en 2018 et déraciné des millions d’arbres. Je travaille également sur le projet The Fabric of Clouds sur l’évolution de l’industrie sidérurgique aux Pays-Bas.

Merci Lorenzo Poli d’avoir répondu à nos questions.

Vous pouvez retrouver le travail de Lorenzo Poli sur son site internet.