Une prémonition. Luke Aikins se souvient encore de cette couverture de magazine qui l’a hanté presque toute sa vie. Nous sommes en 1990. Un dessin du magazine Padobranstvo caricature un biplan pointant vers le bas et tirant un parachute de freinage. Un parachutiste en salopette jaune tombe juste à côté de l’avion.

L’idée qu’un homme tombe à la même vitesse qu’un avion est une sorte de délire qui défie toutes les lois de la physique. Mais pour Aikins, cette vision est devenue une véritable inspiration. « Je me suis dit que ce serait fou de réaliser une telle manœuvre », explique l’intéressé. « J’ai ce dessin dans la tête depuis 20 ans. Je me suis toujours dit qu’un jour je ferais quelque chose de similaire. » Le moment est venu. Je vais descendre d’un avion et atterrir sur un autre. »

Luke Aikins sur la couverture du magazine.

Project Plane Swap est prévu pour le 24 avril dans une diffusion en direct de 3 heures. Aikins et son cousin Andy Farrington, deux as du parachutisme, vont tenter une première mondiale qui semble complètement folle rien que pour l’écrire. Chacun pilotera son propre avion. Les deux hommes vont alors faire plonger leur avion droit vers le désert, sauter du cockpit, s’envoler vers l’avion de leur partenaire et en prendre le contrôle.

Luke Aikins, ingénieur de l’impossible

© Michael Clark/Red Bull Content Pool

Aikins est la troisième génération de parachutistes et de pilotes de sa famille. Son grand-père, Lenny Aikins, a fondé le Parachute Club. Son père, Lance Aikins, est l’homme qui a appris à Luke et Andy Farrington à voler. Les deux as ont obtenu leur brevet de pilote à 16 ans en même temps que leur permis de conduire. Luke est en fait devenu accro au parachutisme presque dès sa naissance. A 3 mois, on peut déjà le voir sur les photos au milieu du centre de parachutisme familial.

3 générations d’Aikin sautent ensemble

Son père est un ancien de la marine. La famille voyage entre la Floride, Guam et le Japon. Leur vie tourne alors autour d’émissions de sports extrêmes comme Wide World of Sports ou That’s Incredible. « J’étais comme tout le monde », se souvient Aikins. J’ai regardé ces émissions avec admiration. C’est le genre de chose qui m’inspire. Moi aussi, je voulais devenir parachutiste.

Aikins a fait son premier saut en tandem à 12 ans. 4 ans plus tard, il a commencé le parachutisme. Le début d’une longue carrière.

« J’étais le genre de gamin qui faisait de gros tremplins pour mon vélo. A chaque fois j’ai construit les modules un peu plus gros. J’ai arrêté quand quelqu’un a été blessé. Je suis un compétiteur. Je veux me battre pour la première place et repousser les limites.

Luke est devenu un as du parachutisme alors qu’il était encore adolescent. Au lycée, un jour, on lui demande de sauter en parachute et d’atterrir dans le stade de l’école avec le ballon pour le prochain match de football. Aikins pense que sauter d’un avion, c’est un peu comme plonger du bord d’un quai.

Luke Aikins saute à Eloy, Arizona en 2000

Pour ceux qui n’ont jamais expérimenté la chute libre, voici comment l’Américain décrit ses moments préférés dans la discipline : « Vous êtes sur le point de décoller, mais vos pieds touchent toujours la plate-forme et vous savez que vous ne pouvez pas revenir. Pour moi, c’est le meilleur moment. L’inverse est impossible, mais vous n’avez pas encore sauté. Une fois que vous plongez, vous avez l’impression de flotter sur un nuage. En fait, le vol est un moment assez paisible. Vous tombez, les mouvements de vos bras et de votre corps vous forcent à changer de direction. C’est une sensation de liberté absolue, et puis vient le moment d’ouvrir le parachute. Tout redevient alors très rapide.

L’un des premiers sauts de Luke Aikins

Le premier grand show officiel de Luke reste un moment gravé à jamais dans sa mémoire. Puis il doit sauter en parachute au milieu du stade des Seahawks de Seattle, son équipe de football américain préférée : « Je n’ai rien dit à personne et j’ai pris un drapeau qui disait ’12. homme’. Je l’ai coincé entre mes jambes. Quand je suis arrivé au stade, je me suis vu sur l’écran géant voler au milieu de la foule.

Quelques années plus tard, Aikins a été invité à travailler sur un projet secret pour le parachutiste autrichien Felix Baumgartner. Il rejoint alors l’équipe Red Bull Stratos, dont le but est de battre le record du plus long saut jamais réalisé par un être humain. « J’ai mis en place l’équipement et la formation de Félix. Nous avons travaillé ensemble pendant 3 ans et demi.

Mike Todd, Felix Baumgartner, Joe Kittinger, Art Thompson et Luke Aikins

© Predrag Vučković/Red Bull Content Pool

Aikins a également travaillé avec John Kittinger, l’homme qui détenait alors le record de la plus longue chute libre de l’histoire (4 minutes et 36 secondes). « Quand j’étais petit, Kittinger était l’une de mes idoles », dit Luke. Le 14 octobre 2012, Aikins était en communication directe avec Baumgartner lors de son saut historique.

Ce projet devient un tournant dans sa carrière. L’as du parachutisme se rend compte qu’il peut utiliser ses connaissances dans un projet qui peut mettre le feu au monde entier : « Stratos m’a ouvert l’esprit sur ce que je pouvais accomplir. Je n’ai jamais obtenu de diplôme d’ingénieur, mais je peux gérer une équipe et développer tout un programme d’essais aériens.

Un saut gigantesque sans parachute

Red Bull Stratos ouvre également de nouvelles possibilités au cascadeur. Il participe à des films comme Iron Man 3 ou Transformers. Il participe à des courses d’ailes. Il s’apprête à réaliser un projet complètement fou, un saut en chute libre sans parachute.

Aikins rejette initialement l’idée, affirmant qu’un certain Gary Connery a déjà réalisé un exploit similaire en wingsuit. Mais l’idée cette fois est de sauter de 7620m et de réaliser une vraie chute libre sans parachute. Son atterrissage serait amorti par une sorte de toboggan géant. Aikins commence à réfléchir au concept et se souvient de l’initiateur du projet. Au lieu d’un toboggan, il propose de faire un immense filet d’accueil. Banque. L’idée a été confirmée et le 30 juillet 2016, Luke Aikins a exécuté son tour à Simi Valley, en Californie.

Pour accomplir cet exploit, Aikins est soutenu par son ami de toujours Andy Farrington. Les deux ont grandi et ont effectué des milliers de sauts ensemble. Ils ont été partenaires de nombreux projets Red Bull. Dans le ciel, juste avant le lancement, Farrington peut encore sentir la nervosité envahir son ami. Ce n’est qu’alors qu’il parvient à le détendre : « Andy est venu et m’a donné un gros coup de pied dans la jambe. » Il voulait me dire de « me détendre ». Je ne sais pas comment il a su que j’étais terrifié. Je portais des lunettes de soleil et un masque à oxygène. Je me suis tout de suite senti mieux. J’ai pensé à mon travail, à tous les entraînements, à toutes les préparations et je me suis dit que tout ira bien. Et c’est arrivé. « Je l’ai vu commencer à s’asseoir et à entrer dans sa tête », commente Farrington. Je l’ai remarqué tout de suite. J’ai dû intervenir pour le détendre.

À plus de 7 000 m d’altitude, la cible de Luke au sol s’est réduite à la taille d’un timbre-poste. Une fois en l’air, il effectue quelques manœuvres et prend les mains de trois autres parachutistes qui le suivent, dont son pote Andy Farrington. Les hommes se tiennent en formation. Alors tout le monde ouvre son parachute… sauf Aikins. « C’est juste de la concentration », dit-il. C’est incroyable parce que j’entends la même histoire d’autres athlètes, qu’il s’agisse de joueurs de baseball, de footballeurs ou d’olympiens. Aux moments clés, la concentration et la pratique prennent le pas sur tout le reste. Vous êtes en pilote automatique. Vous ne pensez plus à votre condition physique. Vous êtes concentré sur l’endroit où vous devez être, la direction du vent, l’endroit où je dois me déplacer, ce qui va se passer ensuite. C’est comme si tout ralentissait. Certains disent que nous sommes alors dans la zone. Tout devient automatique.

Quelques secondes avant d’atterrir, Aikins se tourne de manière à toucher le filet en premier. Aikins savait alors qu’il était hors de danger : « Encore aujourd’hui, j’ai un sentiment que j’ai peur d’oublier car je ne sais pas si je vivrai à nouveau une expérience aussi intense. »

La rencontre avec Andy Farrington

Andy Farrington joue un grand rôle dans la carrière d’Aikins et dans le projet Plane Swap. Les deux hommes ont 6 ans d’écart et Farrington considère son aîné plus comme un frère aîné que comme un cousin. Ils vivent dans le même quartier de l’État de Washington. Leurs enfants ont grandi ensemble. Comme Aikins, Farrington a commencé la chute libre à 16 ans.

Andy Farrington se prépare pour un autre BASE jump

© Ryan Taylor/Red Bull Content Pool

Expert du vol en wingsuit et capable d’acrobaties en chute libre très complexes, c’est un athlète complet. En 2014, il remporte la première course en wingsuit, les Red Bull Aces. Il faisait partie de cette équipe dont les clichés ont fait le tour du monde en survolant le ciel de Los Angeles en 2019 le soir de la fameuse Super Lune. Farrington a également sauté BASE partout dans le monde et n’a pas l’intention de s’arrêter.

Andy Farrington s’envole en wingsuit au Red Bull Rampage

© Christian Pondella/Red Bull Content Pool

Farrington est donc le partenaire idéal pour le projet Plane Swap. Le duo travaille ensemble presque quotidiennement pour réaliser leur exploit. Ils ajustent chaque détail chez eux et se rendent occasionnellement à San Luis Obispo, en Californie, pour s’entraîner avec l’ingénieur en chef Paul Iscold. Le but est de secouer le monde avec une astuce qui fera parler de lui pendant des années.

« L’objectif est le suivant », résume Aikins. Je piloterai l’avion et Andy pilotera le sien. Personne d’autre ne sera à bord. Nous grimperons tous les deux à 4267m d’altitude au-dessus du désert. Ensuite nous dirigerons nos avions vers le sol. Avec la vitesse de freinage, l’avion ne pourra pas dévier de la trajectoire. Je sortirai alors de ma cabine, Andy sortira de la sienne. Et nous changerons d’avion. »

Avions sous le coucher du soleil.

© Michael Clark/Red Bull Content Pool

Le duo avait bien sûr déjà fait quelques tests avant de confirmer son exploit en direct à la télévision. « Il a fallu tout réinventer, commente Farrington. C’est comme si on prenait toutes les notions acquises d’évasion et qu’on les jetait à la poubelle. Mais avec la science derrière ce projet, les données et tout ce que nous avons mis en place, nous sommes proches de la marque aujourd’hui.