Les dates d’audience se succèdent pour le Vannetais de 22 ans. Vendredi dernier, il a été condamné à trois ans de prison pour avoir agressé un automobiliste qui venait de faire du stop avec un cutter. Dans quelques jours, il devra répondre dans cette salle, mais cette fois devant les assises, du passage à tabac présumé qui a entraîné la mort d’un jeune à Questembert. Ce mercredi, il a été inculpé devant l’établissement pénitentiaire pour un accident de la circulation dans lequel un mineur, passager du véhicule qui est sorti seul de la route, a été grièvement blessé.

Fausse déclaration aux gendarmes

C’était le 3 juillet 2021, vers 5 heures du matin à Saint-Allouestre, lorsque les gendarmes sont intervenus. Ce Vannetais leur avait dit qu’il était passager et que le chauffeur avait pris la fuite à pied. Mais les investigations et les déclarations du passager blessé ont rapidement révélé que c’était en réalité le Vannetais qui conduisait. Après avoir consommé des stupéfiants, il a conduit avec un taux d’alcoolémie de 1,96 g/l, n’a jamais eu de permis de conduire ni d’assurance et n’a pas soumis au contrôle technique la voiture qu’il avait achetée quelques jours plus tôt.

L’accusé a déclaré devant le tribunal : « J’ai été aveuglé par une voiture venant en sens inverse avec tous les feux allumés. J’ai fait cette fausse déclaration aux gendarmes parce que j’avais peur. J’étais inscrit pour passer le permis. J’avais récupéré ma copine mineure pour une soirée à Moréac où nous avions bu de la vodka et fumé du cannabis. J’ai pensé à y dormir mais j’ai décidé de ramener mon amie chez ses parents qui lui avaient interdit de sortir ce soir-là.

À Lire  Le nouveau crédit d'impôt ne profitera qu'à trois constructeurs automobiles américains

Son avocat parle d’« immaturité. Cela a commencé lorsqu’il cherchait cette jeune fille alors qu’il lui était interdit de la voir. Aujourd’hui, il est conscient de la gravité des faits. »

Un « comportement détestable »

L’avocat de la défense de la jeune victime et ses parents parlent de « comportement dégoûtant pour rejeter la responsabilité sur cette jeune fille qu’il devait accompagner ». Souffrant d’un traumatisme crânien et de jambes cassées, elle a été confinée dans un fauteuil roulant pendant plusieurs mois. »

Pour le parquet, « l’enquête montre que le prévenu a effectivement fait quatre allers-retours dans la soirée entre Moréac et le domicile de son amie passagère, la mettant à chaque fois en danger. Ce n’est pas lui qui a modifié sa vitesse dans un virage dangereux sur une route mouillée. Il préfère blâmer les autres et ment même qu’il n’a pas conduit

Alors qu’une peine de 18 mois de prison était requise, le tribunal a condamné l’auteur à un an de prison avec sursis assorti d’un an d’interdiction de conduire et sa voiture a été confisquée.