« D’habitude je l’évite. Mais parfois les planètes s’alignent pour que ça arrive… » La question de dormir (ou pas) le premier soir fait surgir quelques envies d’Armelle. « C’était la voix de maman quand j’avais 25 ans, » se souvient le jeune quadra. Pour lui, il était clair qu’il n’y aurait pas d’avenir avec quelqu’un qui me ferait son lit tout de suite. Alors, je ne lui ai pas dit quand je lui ai présenté les garçons avec qui j’ai couché ! »

À Lire  Strasbourg : le grand sapin de Noël est arrivé place Kléber