Donnez du sens à votre assurance vie

Investir son argent pour qu’il rapporte est une bonne chose. Qu’il s’agisse de financer des activités solidaires, vertes ou citoyennes, c’est mieux ! De plus en plus prisée des Français, l’épargne dite « responsable » a entaché leur placement rationnel de prédilection : l’assurance-vie. Selon les calculs de France Assureurs, l’organisme représentant le secteur de l’assurance, le montant restant des unités de compte (la part variable des contrats d’assurance-vie) labellisées « durables » ou « responsables » a augmenté de 33 % entre 2020 et 2021.

L’assurance-vie et l’épargne responsable étaient faites l’une pour l’autre, selon Olivier Héreil, directeur général adjoint, BNP Paribas Cardiff Asset Management : « L’assurance-vie est un investissement à long terme, et les investissements durables prennent aussi beaucoup de temps. Par exemple, il faut environ dix ans pour localiser et exploiter une ferme solaire. »

Comment s’y prendre pour donner du sens à son assurance-vie ?

Comment s’y prendre pour donner du sens à son assurance-vie ?

En jouant sur ses deux composantes : le fonds en euros et les unités de compte. Dans le premier cas, l’assureur choisit où il investit : chaque client investit dans un portefeuille commun. Dans le second, l’assuré peut choisir lui-même des placements qui correspondent à ses valeurs.

« Notre fonds en euros a commencé à intégrer des investissements responsables en 2008, précise Olivier Héreil. Aujourd’hui, nos investissements tiennent compte des critères dits ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance), qui nous permettent de ne pas investir dans les entreprises les plus émettrices de carbone. De plus, nous n’investissons pas dans certains secteurs, le tabac par exemple. »

Pour les unités de compte, les épargnants ont le choix entre plusieurs thématiques : transition énergétique, transformation numérique, soutien aux petites et moyennes entreprises, financement des systèmes de santé, etc. A lui de choisir celui qui se rapproche le plus de ses convictions. « Ces fonds thématiques regroupent plusieurs entreprises afin de répartir les risques », a souligné Olivier Héreil. L’argent le plus prisé des épargnants est souvent lié à leur quotidien : la protection de l’environnement, notamment tout ce qui touche à l’eau, de la distribution au recyclage, en passant par les énergies renouvelables. »

À Lire  Conseil municipal : sélection de l'entreprise pour la construction de l'arrêt de bus - JHM

Résultat : 40% des unités de compte détenues par BNP Paribas Cardiff sont labellisées, soit 20 milliards d’euros. Une part en constante augmentation. Certes, comme les fonds traditionnels, les investissements responsables comportent des risques. Mais probablement moins que d’autres à long terme, selon Olivier Héreil : « Plus une entreprise prend des mesures pour s’adapter au changement climatique ou à la transition énergétique, plus elle sera capable d’absorber les chocs. Ce sera plus résistant. Et si durable rimait avec rentable ?