Dominique Paravel. (Soudan E/Alpaca/Andia.fr)

Et aussi Reynaldo Hahn, Vivian Gornick, Catherine Cayol, Johann Chapoutot… Chaque semaine, le service Culture de « l’Obs » vous guide vers les rayons de votre bibliothèque de pages.

ETRANGERS

♥♥♥ Yapou, bétail humain, par Shozo Numa

Traduit du japonais par Sylvain Cardonnel, Laurence Viallet, 1408 p., 35 euros.

Un livre unique en son genre salué par Mishima comme l’un des plus grands romans japonais d’après-guerre. Sa publication elle-même est une histoire divertissante. L’éditeur Laurence Viallet, il y a plus de quinze ans, publiait le premier tome, la version imprimée s’est rapidement épuisée. Mais les volumes suivants sont détruits par l’éditeur, qui apprécie dans ses moindres détails le volume du livre de 1400 pages qui vient d’être réédité (toujours par Laurence Viallet). Son auteur ? Son identité est toujours en question, et nous ne savons pas qui se cache derrière le nom de Shozo Numa. Quant à cette fresque de philosophie de science-fiction, la Bible souterraine SM, est une série sur le sexe, l’histoire et le racisme. Le Numa montre une société dirigée par des femmes, une aristocratie blanche et écorchée qui opprime les sous-espèces d’hommes, d’abord les noirs, les Yapus (les Japonais) puis réduits au statut de bétail (peuple « mankeys », tandis que les « nègres » chiens « ). Moins de politiquement correct, tu meurs. En comparaison, Guyotat est « SamSam », et Bret Easton Ellis, « Little Brown Bear ».

Pourquoi l’écrivaine féministe et post-punk Kathy Acker est de retour

♥♥ Le magicien, par Colm Toibin

Traduit de l’anglais par Anna Gibson, Gra

À Lire  TRAVAIL : L'été c'est Ré la blanche !

Cet article est réservé aux abonnés. Pour en savoir plus, profitez de nos offres non garanties !

Exclusif avec Google : 50 % de réduction la première année

En choisissant ce support publicitaire, vous acceptez le stockage d’un cookie analytique par Google.