Dominique Crenn est la seule femme trois étoiles aux États-Unis pour son restaurant Atelier Crenn à San Francisco. Découvrez sa biographie.

Bons gourmands, vous prévoyez certainement un court séjour à Paris au printemps 2023. Dominique Crenn, chef triplement étoilé installé à San Francisco, ouvrira son premier restaurant en France en avril prochain. Il sera installé dans le futur hôtel La Fantaisie, dans le 9e arrondissement de la capitale.

La table, baptisée Golden Poppy, sera en harmonie avec l’hôtel, dotée d’un grand jardin dans le parc et proposant un concept centré sur le végétal. Le chef suivra la même philosophie que pour son restaurant Atelier Crenn à San Francisco, à savoir une cuisine basée sur des produits locaux et durables, tendant vers le zéro plastique et le zéro déchet. Dans l’assiette, Dominique Crenn promet de revenir « sur ses premières années en France » mais aussi « son amour pour la Californie, qui transmet des valeurs ouvertes de partage, réactive le lien entre la table et la nature ». La date exacte de l’ouverture n’est pas encore fixée, mais nous vous informerons bien sûr.

La biographie de Dominique Crenn

Elle est née à Versailles de parents d’origine bretonne. Elle a grandi dans les Yvelines et les Hauts-de-Seine. C’est une superstar culinaire, inspirant ses pairs avec son style rock, son tatouage triskelion sur l’avant-bras, ses cheveux courts et sa nourriture unique. Et pourtant, Dominique Crenn est peu connue en France. Ce paradoxe s’explique par son lieu de vie et de travail : les États-Unis. Il faut parcourir un certain nombre de kilomètres pour profiter de ses créations, mais son parcours vaut la peine d’être connu.

Dominique est née le 10 août 1965 à Versailles. A 18 mois, elle est adoptée par Allain Crenn et Louise Crenn. Le couple, d’origine bretonne, est très sensible à la bonne chère. Lorsqu’elle ne déguste pas les spécialités du Finistère pendant les vacances, elle rêve de cuisine et de photographie. A 9 ans, elle découvre son premier restaurant étoilé, Chez Crouzil, à Plancoët. Une expérience remarquable.

Quelques années plus tard, elle pense à son avenir. « Je voulais faire une école hôtelière mais je me suis découragée », se souvient-elle. En 1988, après avoir obtenu son diplôme d’économie, elle se rend à San Francisco, une ville qu’elle affectionne particulièrement. « La première chose que j’ai faite a été de découvrir qui était le meilleur cuisinier là-bas. » Elle se présente à Jeremiah Tower, chef du restaurant Stars et personnalité de la gastronomie américaine.

Il lui a offert un emploi de commis pendant trois ans. « J’ai commencé à cuisiner moi-même. Je n’avais aucune formation culinaire. » Au bout de dix ans, elle tente une expérience encore plus folle et pose ses valises à Jakarta, en Indonésie.

Elle devient la première femme chef du pays. « C’est une expérience qui m’a beaucoup touchée car j’avais une brigade entièrement féminine dans un pays où les femmes n’ont pas beaucoup de pouvoir », raconte-t-elle au Parisien. Un an plus tard, la situation géopolitique la pousse à retourner aux États-Unis. Elle travaille depuis quelques années dans un restaurant près de Los Angeles. Elle est élue « chef de l’année » par le magazine Esquire en 2008, puis, en 2011, elle se sent prête à passer à l’étape suivante : ouvrir son premier restaurant.

Cette « peintre dont les ingrédients seraient le pinceau » rend hommage à la veine artistique de sa famille en la baptisant Atelier Crenn. Avec sa cuisine comme seul moyen d’expression, elle propose des plats modernes qui font l’admiration des locaux. Rapidement, le restaurant décroche une étoile, puis une seconde.

Après quelques années, Dominique Crenn multiplie les prix, puis ouvre un autre restaurant, le Petit Crenn. Elle a remporté un Augie Award, et a été élue « meilleure femme chef du monde » en 2016. Elle en a profité pour souligner qu’elle trouvait plutôt idiot d’établir une distinction de genre dans son métier. Elle se bat « pour qu’on ne définisse plus les gens par leur genre ou leur genre ». Celui qui commence à se faire connaître à travers les médias, et qui n’hésite pas à se présenter sur Twitter ou Instagram, reste très discret sur sa vie privée. Est-elle en couple ? Est-elle mariée? Impossible de savoir.

Sa carrière est aussi marquée par quelques passages sur le petit écran. En 2015, elle fait partie du jury de l’émission Top chef, sur M6, où le public français peut enfin la découvrir. Elle fait également l’objet d’un épisode de la série « Chef’s Table », sur Netflix. Alors qu’elle fête ses 50 ans, elle travaille sur une ligne d’ustensiles de cuisine, une ligne de service, ainsi que son premier livre de cuisine, « Métamorphose du goût ».

À Lire  Nouveaux restos à Paris, bons plans

La consécration a eu lieu en 2018, lorsque l’Atelier Crenn a obtenu trois étoiles au Guide Michelin. C’est la première fois qu’une femme remporte ce prix aux États-Unis. Son troisième restaurant, le Bar Crenn, reçoit également une étoile. Elle a déclaré à l’Agence France Presse : « C’est une énorme reconnaissance, pour mon équipe avant tout, et pour tout le travail que nous avons fait depuis tant d’années. Peut-être que je suis le créateur, mais ce sont eux qui travaillent tous les soirs. » « 

Où se trouvent les restaurants de Dominique Crenn ?

L’Atelier Crenn est situé à quelques pas de la baie de San Francisco. Derrière une façade discrète, le chef propose une expérience confortable et luxueuse. Les peintures de son père, Allain, sont accrochées au mur. Chaque invité est accueilli par un poème, chaque ligne symbolisant une performance dans le repas. Pour le Guide Michelin, ce restaurant et sa carte présentent « un extraordinaire mélange de grâce, d’art, d’artisanat et de goût ».

Le petit Crenn est né en 2015 à quelques « miles » de son grand frère. Son objectif : redécouvrir les plaisirs de la Bretagne. Beurre salé, crêpes, légumes frais et poissons en coquille ont fait la réputation de cet établissement qui rend hommage à la mère et à la grand-mère du chef.

En 2018, c’est le plus récent ajout à San Francisco : Bar Crenn. Ce bar à vin, qui a déjà obtenu une étoile dans l’édition 2019 du Guide Michelin, propose des classiques de la gastronomie française, à la sauce Crenn. Vingt-six plats, une sélection de vins biodynamiques français et américains, un décor inspiré des années 30… c’est la recette du succès. Son autre particularité est de proposer 35 plats de grands chefs français comme Alain Ducasse et Guy Savoy, selon la saison et l’arrivage des produits.

« Si Atelier Crenn est une maison et Petit Crenn un abri de jardin, Bar Crenn sera un lounge. Atelier Crenn, c’est mes rêves, ma poésie et ma façon de voir le monde. Petit Crenn, c’est mon hommage à la culture bretonne, aux produits de la mer et aux plats du mon enfance. Le Bar Crenn est mon hommage à la gastronomie française », résume Dominique Crenn sur le site France-Amérique.

Au printemps 2023, Dominique Crenn ouvrira son premier restaurant en France. Baptisé le Coquelicot d’Or, il sera situé dans l’hôtel La Fantaisie dans le 9ème arrondissement de Paris.

« Dans mon restaurant, tu manges des poèmes. » Celui qui ne savait pas peindre a choisi la cuisine comme moyen d’expression. « La vie est un poème, cuisiner et nourrir les gens est un acte de vulnérabilité », ajoute-t-elle. Son approche moderne et très créative a réussi à séduire la clientèle californienne, avare d’innovations.

Dans ses établissements, Dominique Crenn propose une carte sous forme de haïku, et des plats aux allures de miniatures naturalistes. Elle mêle habilement sa sensibilité et son savoir-faire pour créer des classiques « à la Dominica ». Et elle n’oublie pas ses valeurs. « Je dis toujours qu’il faut réfléchir avant de cuisiner. En tant que chef aujourd’hui, vous avez une grande responsabilité : faire attention à la façon dont les aliments ont été produits, valoriser le travail des petits agriculteurs. Tout ce que nous mettons dans l’assiette est de grande importance », confie-t-elle à Télérama.

Quelles sont ses recettes emblématiques ?

Cuisiner, pour le chef cosmopolite, est un moyen d’établir un contact avec les gens, mais aussi de raconter des histoires. Cette poésie culinaire se concrétise dans des créations uniques. Dans la série Netflix, par exemple, elle présente un plat intitulé « Walking in the Forest ». Elle dresse une meringue avec des aiguilles de pin et des feuilles de menthe, ainsi que des champignons et des mûres, dans une assiette de coquillages.

Celui qui n’hésite pas à proposer d’excellents classiques comme le pot-au-feu, le soufflé, l’île flottante, les cannelés et la tarte tatin, travaille aussi le bœuf Wagyu et la truffe. Au fil des saisons, elle ne cesse de surprendre ses clients avec des recettes aussi variées que surprenantes.