Les premiers symptômes de la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) sont subtils et peuvent passer inaperçus. Un simple test peut vérifier si vous ne souffrez pas d’une acuité visuelle réduite ou d’images déformées.

La DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) est une maladie qui touche environ 8% de la population française et dont la fréquence augmente (comme son nom l’indique) avec l’âge. Au stade précoce, la maladie ne provoque pas de déficience visuelle mais, sans identification précoce et soins appropriés, elle progresse et peut entraîner une déficience visuelle sévère.

Pour améliorer la prise en charge de la maladie, la Haute Autorité de santé (HAS) vient de publier une note à l’attention des ophtalmologistes, médecins généralistes et gériatres, dans laquelle elle insiste sur la nécessité d’un repérage plus précoce.

DMLA : quelles sont les personnes à risque ?

Les facteurs de risque de développer une DMLA sont :

« Il est conseillé aux personnes de plus de 50 ans présentant un ou plusieurs de ces facteurs de risque de faire contrôler régulièrement leur vue. Ce contrôle doit être réalisé régulièrement et lors d’un examen par un ophtalmologiste tous les 1 ou 2 ans », souligne la HAS.

DMLA : en quoi consiste l’auto-surveillance ?

L’autosurveillance peut se faire notamment à l’aide de la grille d’Amsler présentée ci-dessous, qui permet au patient de détecter notamment une déformation des lignes ou une tache sombre au centre de la vision, appelée scotome.

À Lire  Quels fruits et légumes manger au quotidien pour être en bonne santé ?

>> Comment ça marche ? Tenez-vous à environ 25 centimètres de votre écran, avec vos lunettes ou verres correcteurs si vous en portez. Un œil à la fois (couvrez l’autre œil sans appuyer dessus) fixez le point central de la grille. Toutes les lignes doivent être droites, toutes les intersections doivent être à angle droit et tous les cadres doivent avoir la même taille. Si ces lignes sont brisées ou floues, parlez-en à votre médecin.

Vous trouverez ici une version facilement imprimable sur papier.

Ce suivi doit également inclure une surveillance quotidienne de la survenue de signes visuels tels que :

En présence de l’un de ces signes, une consultation rapide avec un ophtalmologiste est recommandée.

DMLA : comment savoir si on est atteint ?

Face à des symptômes évocateurs de DMLA, l’ophtalmologiste réalise un examen clinique complet et des examens complémentaires, notamment un examen approfondi du fond d’œil, une tomographie en cohérence optique (OCT) ou encore une angiographie. Ces tests confirment le diagnostic de DMLA et déterminent la forme de la maladie présentée par le patient (atrophique ou exsudative).