Plus de 10 événements ont eu lieu en Seine-Saint-Denis lors de la semaine de l’insertion avec de multiples acteurs de l’insertion tels que le Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles (CIDFF) et NENUPHAR, Ouverture de l’Ecole aux Parents pour la Réussite. de l’Enfance (OEPRE), la Structure de Premier Accueil des Demandeurs d’Asile (SPADA), l’Agence Nationale de la Formation Professionnelle des Adultes (AFPA), le Groupement des Etablissements des Structures Nationales d’Education (GRETA) avec l’organisme INFORME, la Primaire de Santé Caisse d’Assurance Maladie (CPAM), IDC-FORMATION (organisme spécialisé dans la formation professionnelle), l’association Unis, la Société du Grand Paris…

Une organisation à la pointe de la technologie pour des activités innovantes

Plusieurs mois de préparation ont été nécessaires à la Direction Territoriale de l’OFII de Bobigny pour organiser ces événements.

Les nouveaux arrivants, bénéficiaires de la protection internationale, ont rencontré et discuté avec les responsables de ces organisations, chez eux. Des visites insolites sont organisées, comme celle d’un atelier au Collège Diderot dans le cadre de l’école ouverte aux parents, d’une gare relais présentant les métiers du Grand Paris Express en lien avec la future gare Clichy/Montfermeil, et de la Basilique. de Seine-Saint-Denis.

Du 17 au 21 octobre, il y a eu une chasse au trésor, des jeux de rôle, des simulations d’interviews et bien d’autres activités, et aussi les acteurs de l’intégration ont appris à se connaître. Chaque événement a fait l’objet d’interviews quotidiennes diffusées par le journaliste Christophe FROT sur la radio France Maghreb 2. De nombreuses personnes (primo-arrivants ou bénéficiaires d’une protection internationale) ont accepté de témoigner sur leur parcours d’intégration.

Enfin, pour clôturer la semaine de l’intégration, Mme Cécile Rackette, sous-préfète du préfet de Seine-Saint-Denis, a souhaité souligner ces rencontres en diffusant des vidéos de portraits de nouveaux arrivants, dans la salle d’honneur de la préfecture.

Le constat de cette synergie entre partenaires au profit des migrants est très positif.

Pour mieux vous imprégner de ces événements, découvrez photos et témoignages.

Atelier « Ouvrir l’école aux parents pour la réussite des enfants »

Au Centre d’information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF)

Le témoignage de Dalila recueilli par le journaliste Christophe FROT

« J’ai rencontré le CIDFF en réunion collective pour me présenter les structures de la ville, où l’OFII était présent. Cette rencontre m’a permis de connaître mes droits, notamment mes droits à l’insertion professionnelle et comment accéder à des formations dans tous les domaines, notamment juridiques, pour être autonome. La première présentation du CIDFF a eu lieu lors du Contrat d’intégration républicaine (CIR). La violence était vraiment forte, avec le CIDFF j’ai rencontré des psychologues, des professionnels de santé, des avocats, tout m’a été expliqué. Maintenant socialement ça va, je m’en suis sorti mais moralement, juste un peu parce que ce n’est pas facile d’oublier. Je suis au CIFF depuis 5 ans, il me propose des sorties culturelles et des ateliers ».

Extrait de l’interview de Rafik Dahamna, directeur d’INFORME, réalisée par le journaliste Christophe FROT

« Nous avons choisi d’agir sous cet acronyme car nous voyons notre mission comme un impératif d’informer nos publics sur leurs droits et obligations, notamment par l’enseignement du français, langue d’intégration. S’il était brièvement présenté, le français langue d’intégration pourrait être défini comme une langue d’usage pratique, qui vise à enseigner la langue française et les principes et valeurs de la république nécessaires à l’intégration durable des immigrés. . En tant que prestataire de services de l’OFII, nous dispensons des formations linguistiques à un public composé de nouveaux arrivants, signataires du contrat d’intégration républicain. Les formations sont prescrites par l’OFII et varient selon les besoins de chaque signataire, entre 100 et 600 heures, selon l’évaluation initiale. Nous accueillons 2 500 personnes par an sur le territoire de la Seine-Saint-Denis, notre offre de formation doit donc s’adapter aux limites de chaque élève, nous proposons des formations intensives à raison de 20h par semaine mais aussi des cours complets le lundi, samedi ou . en fin de compte pour les personnes qui ont un emploi ou qui n’ont pas les moyens de faire garder leurs jeunes enfants. Pour répondre aux besoins locaux, nous sommes un groupement de 10 structures animé par le représentant de l’AFPA… »

À Lire  L'épreuve populaire des associations de lutte contre la vaccination obligatoire - Guadeloupe la 1ère

Extrait de témoignages d’étudiants au sein d’INFORME

« Je suis arrivé des États-Unis il y a 5 ans, je suis né à Cuba, je suis venu en France pour une opportunité de carrière et mon désir est d’apprendre le français, de poursuivre mes études et de trouver un emploi. La formation en français se passe très bien, quand je suis arrivé en France, je ne parlais ni n’écrivais le français là-bas. »

Signataire du contrat d’intégration républicaine (CIR), après une formation initiale financée par l’OFII, il bénéficie aujourd’hui d’une série de cursus soit pour demander une carte décennale soit la naturalisation française.

« Je viens de Serbie depuis un an et 6 mois, avant d’arriver en France, j’ai terminé mes études et travaillé 12 ans. Ici je suis très satisfait pour la langue française car la formation est gratuite et on travaille dur. Je veux travailler comme en Serbie en tant que travailleur social ou psychothérapeute ».

Extraits de témoignages recueillis par COALLIA 93

« Je suis en France depuis 2013 avec ma famille, j’ai reçu ma carte de 10 ans en 2013. J’ai suivi une formation linguistique grâce à Coallia, financée par l’OFII en 2013 et elle a duré un an. En 2014, j’étais demandeur d’asile et en même temps j’ai obtenu un emploi dans le bâtiment et un autre comme menuisier. Maintenant j’ai mon propre appartement grâce à Coallia et je travaille comme agent résidentiel. J’ai une famille, mes enfants sont scolarisés et je suis satisfait de ma vie depuis mon arrivée en France ».

« Je suis né en 1995, je suis arrivé en France fin 2017, j’ai reçu mes papiers en 2021, Coallia m’a aidé pour tous mes papiers. J’avais un rendez-vous à l’OFII, il m’a aidé à envoyer le dossier OFPRA, j’étais J’ai refusé mais j’ai envoyé un dossier à la CNDA. J’ai ensuite obtenu un rendez-vous dans le département et j’ai obtenu un titre de séjour. J’ai trouvé une formation à la mission locale, il y a beaucoup de choses à proposer et j’ai suivi la formation citoyenne à l’OFII. Maintenant J’ai un CDI, je travaille comme booker d’un an ».