Une autre situation dans le dossier de la montagne

Enneigement tardif, dépenses énergétiques, prise de conscience environnementale… Les enjeux sont nombreux pour les stations qui démarrent la saison.

La saison d’hiver 2022-2023, qui sera économiquement dangereuse pour de nombreuses stations, tente de démarrer faute de neige. Seules deux stations ont pu démarrer : Val Thorens, en Tarentaise (Savoie), ouvre ce week-end, tandis que Tignes (Tarentaise) n’a obtenu le ballon que la semaine dernière, sur la même piste. sa grand-mère lors de la fête de la Toussaint.

Le temps chaud de cet automne – avec le mois d’octobre le plus chaud – a empêché la neige de tomber et la neige de tourner dans les Alpes. La Coupe du monde de ski a été reportée d’un mois après l’annulation d’étapes à Zermatt (Suisse) et à Lech (Autriche) en raison de « températures caniculaires ».

Ce retard de brûlage ne sera effectif : les travaux des stations ne débuteront qu’après la mi-décembre et alors que la baisse de température attendue (qui a commencé ces derniers jours) devrait permettre l’utilisation et les canons, qui sont devenus des équipements importants de la gares. C’est pourtant un signe fort : le réchauffement qui menace les hauts plateaux du centre affecte désormais aussi les hauts plateaux. Déjà cet été, en raison de la chaleur extrême, Tignes et Les Deux Alpes (Isère) ont fermé les pistes de neige plus tôt, tandis que celles de Val-d’Isère (Tarentaise) n’ont même pas ouvert.

Autre effet négatif du réchauffement climatique pour les stations d’altitude : le recul des glaciers et le réchauffement du pergélisol fragilise certaines remontées mécaniques. La Plagne (Tarentaise) permettra donc le sommet de sa région, Bellecôte, à 3 250 mètres. Dès l’hiver prochain, le plus grand parc fera moins de 200 mètres et 9 hectares de pistes vont disparaître : triste dans un contexte de concurrence croissante entre parcs. « C’est un symbole fort. Nous nous adaptons, avec humilité, à la réalité du monde, et rendons 55 hectares à la nature », a déclaré Rémy Conil, directeur de l’Office de Tourisme (OT) de La Plagne.

«Le prix de l’électricité est une menace existentielle»

Le plus grand défi pour l’hiver à venir demeure toutefois la hausse des prix de l’énergie. Les stations de ski sont de grandes consommatrices d’électricité, tant pour leurs vélos que pour leurs motoneiges. Les travailleurs, dont les factures énergétiques ont été doublées cet hiver par 3, 4 voire 9 pour les personnes à faibles revenus, auront du mal à ajuster leurs résultats. « Sur les 237 entreprises que compte le pays, seules quelques-unes réalisent des bénéfices satisfaisants, quelques dizaines sont en fonds propres et toutes les autres sont dépendantes des subventions : le prix de l’électricité les menace », a déclaré Guillaume Desmurs, expert de la question. et auteur de l’histoire des stations d’hiver aux éditions Glénat (1). J’espère que nous ne verrons plus de véhicules déverrouillés ni même de faillites cet hiver. »

L’Etat et les collectivités ont sauvé le secteur durant l’hiver 2020-2021, lorsque le Covid a contraint les grimpeurs à l’arrêt, ils ont dû replanifier. Domaines skiables de France (DSF), un groupement professionnel de travailleurs, négocie avec le gouvernement, tandis que les stations de ski garantissent toutes qu’elles réduiront de 10 % leur consommation d’énergie : « Nous allons réduire le nombre de skis que nous , sauf les week-ends et vacances scolaires, en fermer certaines lorsqu’elles ne sont pas utilisées et réduire l’éclairage public », énumère Pascal Lequenne, responsable d’OT à Auron (Alpes-Maritimes). Idem à Orcières (Hautes-Alpes), selon la directrice d’OT, Jordane Juschka, qui a ajouté ces mesures pour « améliorer l’efficacité de l’entretien et du système de production de neige ». Comme la plupart des stations, Orcières répercutera une partie du surcoût sur le prix du forfait qui a augmenté de 5 %. La hausse peut atteindre 9 %, comme à Val Thorens (Savoie).

À Lire  5 façons d'apprendre l'anglais à et autour de Tarbes

Les réservations ont commencé dans de bonnes conditions en septembre, avant de se terminer en octobre, mais l’Association nationale des précédents (Ansm) a annoncé une période de réservation hivernale de plus de 7 % par rapport à l’an dernier. « Nos clients sont fidèles et désireux de venir passer du temps à la montagne, se félicitent-ils François Gaillard, directeur de France Montagnes, un groupe qui promeut le secteur, mais nous sommes prudents : la charge des réservations de dernière minute augmente d’année en année.  » Ces fidèles, selon l’enquête présentée par l’agence Savoie Mont Blanc qui relie les stations des deux départements savoyards, sont certes soucieux de l’aspect économique de leurs vacances, mais 93% d’entre eux apprécient également « l’impact environnemental pris ». en mathématiques. En réponse, Alexandre Maulin, Président de la DSF a rappelé le fort engagement environnemental de son département : « Nous nous engageons auprès des sportifs, avec la volonté de mettre en œuvre un développement économique tout en respectant l’environnement », comme le lance Savoie Mont Blanc et intéressant et intéressant service, ce qui permet. pour planifier et payer en quelques clics votre trajet en transports en commun jusqu’aux gares et améliorer votre bilan carbone.

«Un signal d’alerte pour nous»

Le ton de la section est cependant sur la défensive, face à des « militants » qui se considèrent comme des victimes. Les efforts de mouvement ou d’intelligence ont peu de poids aux yeux de la grande majorité des joueurs de rock. La crise à la gare de La Clusaz, dans laquelle les travaux du réservoir à flanc de colline ont provoqué le tollé des citoyens et la production de la ZAD avant qu’elle ne soit stoppée par la justice administrative, « un signal d’alarme pour nous « , joueur frappé dans la section. La question dépassait le cercle des militants : dans une tribune publiée fin octobre dans Le Monde, environ 800 acteurs économiques et experts alpins appelaient à l’ouverture d' »un nouveau chapitre de l’histoire de la montagne » : Le front d’hier ne pouvait pas t. C’est plus long à répondre. […] Toujours plus de parkings, toujours plus de stations de ski, toujours plus d’infrastructures, toujours plus de lacs de montagne pour plus de neige de culture : nous pensons que ce projet est désormais terminé.

Jean-Luc Boch, président de l’ANSM, l’emporte avec lui : « Le ski n’est pas mort ! Aucun autre fabricant ne peut dire comme nous que son produit fonctionnera pendant vingt ou trente ans. Les Montagnes françaises ont attaqué avec une campagne d’hiver qui a marqué le retour de la devise historique « Déjà, elle vous a conquis ». Un contrefort signe sur les temps prospères des années 90 ? « Bien sûr que non, a déclaré François Gaillard. Ce thème, unique par sa puissance, est au contraire en colère. L’usage de la montagne ne doit pas être égal, dans une situation devenue oppressante, aux besoins des gens pour recharger les batteries. , avoir l’air bien, s’évader, se dépasser… Le message est clair, comme une bonne vidéo de campagne où tout le monde danse, partout : cet hiver, venez vous amuser et faire la fête à la montagne… et oubliez le reste.