Cette année, la SNCF a lancé un appel d’offres pour sous-traiter une partie de ses formations.

Accueil / Économie / DigiRail, une entreprise proposant une formation accélérée aux chauffeurs SNCF

Tout d’abord, la SNCF sous-traite une (très) petite partie de la formation des conducteurs de trains voyageurs. Digi-Rail, fondée par un ancien responsable de l’éducation publique des chemins de fer, a remporté le premier appel d’offres.

« Suite au retard occasionné par la crise du Covid en 2020 et 2021, nous mobilisons en interne toutes les opportunités de formation disponibles », précise la SNCF. Or, sous la pression des régions, et notamment des Hauts-de-France, exaspérées par les perturbations du TER, en partie liées à une pénurie de chauffeurs (65 chauffeurs manquent à l’appel dans la région présidée par Xavier Bertrand), l’entreprise ferroviaire a ce a lancé un appel d’offres pour sous-traiter une partie de ses formations. Test effectué car sur les 1 200 conducteurs formés cette année (contre 800 en 2019, 550 en 2020 et 550 en 2021) par l’Université nationale de formation à la traction (UNFT) de la SNCF, une cinquantaine partiront entre 2022 et 2023 en classe DigiRail.

Le Havre, fondé en 2019 par l’ancien responsable de l’éducation SNCF Laurent Vidal, a décroché le contrat de formation d’une cinquantaine de chauffeurs pour reprendre les TER dans les Hauts-de-France, mais aussi en Auvergne-Rhône. et le Grand Est.

Chauffeurs formés en 7,5 mois

Le credo de son dirigeant est d’accélérer le rythme de la formation initiale. A suivi un stage de 12 mois en entreprise. « Chez DigiRail, les jeunes apprennent la même quantité, mais en sept mois et demi », précise Laurent Vidal, qui a passé 19 ans à la SNCF.

À Lire  Data Product Manager : les dessous du métier

Comment ? « On gagne du temps lors des réunions en présentiel : on a complètement réorganisé la partie théorique de la formation, qui se déroule majoritairement en e-learning. » La répartition des apprentissages pratiques et théoriques reste la même (50/50), mais pendant les trois semaines de stage pratique à la compagnie ferroviaire, les stagiaires passent l’équivalent d’une semaine et demie devant l’ordinateur, en coopération avec deux formateurs à la même distance. « Auto-test, auto-évaluation, cette formation personnelle en temps masqué fait gagner des semaines de formation », souligne Laurent Vidal. « C’est l’aboutissement de 20 ans de réflexion », ajoute-t-il.

La partie pratique reste assurée par la SNCF

Autrement dit, même s’ils sont en formation pratique, en l’occurrence à la SNCF l’apport théorique est continu : « Chaque module de formation pratique dure trois semaines et demie, et la moitié du temps les stagiaires pratiquent la théorie en e-learning conduit par deux formateurs », explique Laurent Vidal, dont l’organisation est agréée par l’EPSF, l’autorité publique de sécurité ferroviaire.

« L’aspect pratique et l’autorisation de train en ligne continuent d’être assurés par la SNCF », précise la SNCF. Il s’agit du premier contrat voyageurs remporté par DigiRail, qui ne formait jusqu’à présent des conducteurs de trains de fret que pour des opérateurs tels que Régiorail, Combirail et Viia Connect, filiale de la SNCF. L’activité nouvelle de TER représente un quart de son activité.

👉 Cet article est tiré du numéro 3913 La Vie du Rail.

Plus d’actualités et dossiers de La Vie du Rail en version papier ou en ligne !