Le point sur le Groupe familial basé en Bourgogne

Il y a deux ans, Voyages Girardot célébrait en grande pompe les 100 ans du Groupe, installé à Chalon-sur-Saône. A peine le temps de souffler toutes les bougies que la pandémie venait frapper de plein fouet cette entreprise familiale, dont les autocars vert et noir sillonnent la France et l’Europe. Alors, comment le Groupe, dirigé par les trois frères Pascal, Philippe et Christophe Girardot a-t-il résisté à la crise ? Nous avons fait le point avec eux.

Christophe, Philippe et Pascal Girardot dirigent le groupe familial basé en Bourgogne – DR : A.B.

La vigilance demeure essentielle pour le Groupe Voyages Girardot.

&#xD ;

Après deux ans passés à s’adapter pour résister à la crise sanitaire et à ses conséquences économiques et sociales, l’entreprise bourguignonne basée à Chalon-sur-Saône ne crie pas encore victoire. &#xD ;

&#xD ;

« Notre objectif en 2022 est d’atteindre 70% du chiffre d’affaires de N-3, mais nous ne sommes pas sûrs d’y arriver », explique, avec prudence, Pascal Girardot, le directeur général de Selectour Voyages Girardot. &#xD ;

&#xD ;

Tout dépendra des résultats de l’été et de l’automne. &#xD ;

&#xD ;

La demande repart sur la France et l’Europe

Il faut dire que le retour à la normale, bien qu’en cours, n’est pas prévu dans l’immédiat. « Notre production a été gelée pendant près de deux ans », poursuit Pascal Girardot.

&#xD ;

Conséquence directe : « nous n’avons pas réédité de brochure papier, notre production est désormais 100% digitale et totalement réservable en ligne, ce qui permet à nos clients, dès la réouverture des frontières, de pouvoir remonter vers des destinations ouvertes à la commercialisation ». &#xD ;

&#xD ;

Si le site Voyages Girardot est marchand depuis 12 ans, avec la pandémie, l’accent a été mis sur la production digitale, avec un renforcement du marketing, une présence accrue sur les réseaux sociaux et l’envoi de newsletters. &#xD ;

&#xD ;

« Nous avons considérablement développé notre site Web et nos ventes en ligne. En interne, nous avons également mis en place le MCTO avec notre production aux agences, c’est-à-dire l’envoi du message comptable à l’agence à la fin d’une vente réalisée sur notre production interne, ceci qui nous permet de récupérer les données comptables de une vente. Un gain de productivité immédiat pour les agences », ajoute le directeur général.

Voyages Girardot a également adapté son site Internet afin que ses clients du Groupe puissent s’inscrire et réserver un voyage de groupe encadré par un responsable de groupe. &#xD ;

Deux agences fermées à Dijon et Châlon

&#xD ;

Elle a également développé son outil de conception de programmes de voyage. « Nous avons simplifié le parcours depuis la page vierge où vous commencez un voyage jusqu’à l’étape finale d’avoir un programme vendable, cliquable et directement achetable.

À Lire  Maison Veronese fête ses 90 ans avec une nouvelle identité visuelle

&#xD ;

Ces deux années ont été une aubaine pour la réouverture de chantiers quelque peu oubliés ou rangés », commente Pascal Girardot, citant par exemple la possibilité pour les clients de pouvoir désormais imprimer en PDF le détail des programmes disponibles en ligne. &#xD ;

&#xD ;

Ces deux années ont été une aubaine pour la réouverture de sites quelque peu oubliés ou mis à l’écart

&#xD ;

LIRE AUSSI : Pascal Girardot (Girardot Voyages) : « Rien n’est permanent, sauf le changement… cette devise est mon carburant ! »

« Sans les aides, nous ne serions pas là aujourd’hui »

&#xD ;

Aujourd’hui, malgré une reprise évidente des voyages, chez Voyages Girardot, nous ne sommes pas encore à des niveaux équivalents à 2019. « Le bassin méditerranéen se porte très bien, notamment l’Espagne, le Portugal, la Grèce, l’Italie, la Corse, ce qui n’est pas le cas du Maroc. et la Tunisie.

&#xD ;

De manière générale, le moyen-courrier s’en sort bien mieux que le long-courrier, où il est encore assez compliqué de se rendre en Asie et où le pass sanitaire est encore demandé pour des destinations comme les États-Unis », ajoute Pascal Girardot. ;

&#xD ;

De manière générale, le moyen-courrier est bien mieux réparti que le long-courrier, où il est encore assez compliqué de se rendre en Asie et où le pass sanitaire est encore demandé pour des destinations comme les États-Unis.

« Si on ne fait pas, on perd et si on fait, on risque de perdre sur la marge »

&#xD ;

Avec l’Europe, la France est avant tout vendue par le Groupe Bourgogne – en agences, via son service production mais aussi sa marque réceptive Bienvenue en Bourgogne – « étant donné que ce n’est pas loin, pas cher et qu’il n’y a pas trop de contraintes sanitaires ». , pas d’avion à prendre, pas de gros risques », commente Pascal Girardot. Circuits, locations, maxi week-ends sont les formules les plus populaires.

&#xD ;

A cela s’ajoutent les croisières, qu’elles soient fluviales ou maritimes. « Nous avons constaté une réelle envie de partir de la part de nos clients, dès l’automne dernier, quelle que soit la formule de voyage », précise Pascal Girardot, dont le Groupe a déjà organisé 4 opérations de croisière avec à bord, entre 30 et 80 personnes.

Les craintes se portent désormais sur l’été, entre les annonces d’annulations de vols par les compagnies aériennes, les grèves dans les aéroports et le manque de personnel parmi les PNC et le personnel aéroportuaire. &#xD ;

&#xD ;

« Pour l’instant, rien n’est arrêté, mais nous suivons la situation de près. Notamment du côté des compagnies low cost, qui desservent très souvent des destinations pour lesquelles il n’y a pas d’autres compagnies positionnées… Nous espérons donc que les vols réguliers seront maintenus et qu’au pire, nous serons prévenus bien en amont pour pouvoir reprotéger nos clients, car aujourd’hui les entreprises n’ont pas de plan B !

&#xD ;

Nous avons les mêmes craintes pour tous les pré-acheminements vers les vols long-courriers », précise Pascal Girardot. &#xD ;

&#xD ;

Nous avons les mêmes craintes pour tous les pré-acheminements vers les vols long-courriers

&#xD ;

De quoi laisser présager une activité plus intense dans les agences du Groupe cet été…