Selon l’Observatoire de la Franchise, il y a plus de 79 000 franchisés en France. Ces chiffres reflètent l’engouement autour de ce modèle d’investissement. Avez-vous la possibilité de devenir franchisé autonome ? Découvrez tout sur l’obtention du statut d’auto-entrepreneur, les avantages d’un tel statut et les activités de franchise compatibles avec ce régime.

Pourquoi devenir auto-entrepreneur en franchise ?

Une franchise vous permet de développer rapidement votre entreprise en utilisant l’image de marque de votre franchiseur. Avec le statut d’auto-entrepreneur vous bénéficiez de plus de facilités administratives, d’avantages fiscaux et de cotisations sociales simplifiées pour créer votre micro-entreprise à votre compte.

Devenir indépendant vous permet de monter votre structure rapidement grâce à la simplification des démarches. Pour créer votre micro-entreprise, il vous suffit de remplir le formulaire PO Cerfa et de fournir les justificatifs nécessaires à votre secteur d’activité.

Le statut d’auto-entrepreneur permet de bénéficier du Système d’Aide à la Création ou à la Reprise d’Entreprise (ACRE). Cette dernière vous accompagne durant les premières années d’activité grâce à une exonération partielle de charges sociales. Vos cotisations sont déduites de votre facturation, que vous pouvez déclarer mensuellement ou trimestriellement. Il est possible de cumuler plusieurs activités au sein de votre micro-entreprise, à condition qu’elles soient compatibles avec le régime de l’auto-entrepreneur.

Comment devenir auto-entrepreneur en franchise ?

Pour obtenir ce statut, il est indispensable que votre chiffre d’affaires soit inférieur à 176 200 euros si vous exercez une profession de commerce et de fourniture de logements. En revanche, le plafond des activités de prestations de services ou des activités libérales est fixé à 72 000 euros. Créer sa propre entreprise se fait en plusieurs étapes.

Déterminez l’implantation du siège social de votre micro-entreprise

Si la raison sociale n’est qu’optionnelle, le choix de la localisation de votre micro-entreprise est une obligation. Il s’agit de l’adresse de votre organisation et elle apparaîtra sur les documents commerciaux associés à l’exploitation de votre entreprise. Votre dossier sera rejeté si ces informations sont manquantes.

Vous pouvez choisir votre maison comme siège social si votre contrat de location l’autorise et si cela est toléré dans votre commune de résidence. Si vous optez pour un local commercial, assurez-vous de trouver une zone propice au développement de votre entreprise.

À Lire  Un comparateur pour trouver la meilleure assurance pour jeune conducteur

Choisissez l’option fiscale qui vous convient

Deux options s’offrent à vous : le régime classique et le dégrèvement forfaitaire ou microdéduction fiscale simplifiée. Le régime standard implique que l’impôt à payer sera calculé en fonction des revenus que vous déclarez et d’un barème progressif des tranches d’imposition.

La retenue à la source forfaitaire promeut une méthode de calcul du montant de votre impôt basée sur un pourcentage fixe de vos revenus. Cette option vous permet de payer en même temps votre impôt sur le revenu et vos cotisations sociales sur une base mensuelle ou trimestrielle. Le pourcentage qui s’ajoute à vos cotisations varie de 1 à 2,2 % selon l’activité que vous exercez.

Faites une déclaration de début d’activité en ligne

Il est obligatoire de déclarer le début d’activité en ligne avant d’enregistrer soi-même son entreprise au CFE (Centro de Trámites Empresariales). Pour cela, vous avez besoin d’une copie de votre pièce d’identité et du formulaire PO Cerfa. Ce document est disponible sur la plateforme gouvernementale dédiée aux procédures, ainsi que sur d’autres plateformes privées agréées.

Enregistrez-vous en fournissant les pièces justificatives nécessaires

L’inscription est gratuite auprès de plusieurs organismes. Le choix se fera en fonction de leur activité. Si vous êtes commerçant, contactez le Régime du Commerce et des Sociétés (RCS). Un justificatif de domicile et un affidavit de non-condamnation sont les documents requis. Si vous êtes artisan, inscrivez-vous au Répertoire des Métiers (RM).

Souscrivez une assurance auto-entrepreneur

En devenant entrepreneur individuel, vous devez assumer vos actes professionnels dans le cadre de l’exercice de votre activité. Il est nécessaire de souscrire une assurance professionnelle pour couvrir tout dommage ou problème qui pourrait survenir. Dans certaines régions, c’est une obligation. Lorsque votre dossier est validé par l’organisme compétent, vous recevez le numéro de SIRET, un K supplémentaire ou une notification de décharge.

Quelles sont les activités compatibles avec le régime d’auto-entrepreneur ?

Les activités pouvant être exercées dans une microentreprise sont regroupées en trois lots :

Les professions commerciales sont liées aux personnes qui achètent et vendent des biens et des produits alimentaires destinés à être consommés dans un restaurant, une cafétéria, une brasserie, etc. Les personnes impliquées dans les services aux entreprises (chambres d’hôtes, hébergement, courtier en entreprise, etc.) peuvent fonctionner comme une microentreprise.

Les profils qui exercent des activités de création et de fabrication et des activités de service (plombier, couvreur, peintre, etc.) sont autorisés à exercer sous le régime de l’auto-entrepreneur. Les conseillers d’entreprise indépendants, les formateurs, les animateurs, les coachs ou les enseignants peuvent devenir indépendants.