Charmante et inspirante, la Ville Lumière est le décor de nombreux films d’animation et de leurs folles aventures. Des Aristochats à Ratatouille ou La Ballerine, voici 6 films d’animation qui redécouvriront Paris à travers les époques et les grandes personnalités qui l’ont marqué. De quoi faire un essai routier en vrai et en famille !

Paris jazzy : Les Aristochats

La seule famille de la très riche Madame de Bonnefamille est ses chats. Elle décide de leur léguer sa fortune. Effrayé, Edgar, son majordome, fait retirer les chats pour toucher la proie. Mais c’est sans compter l’aide d’un groupe de chats de rue épris de jazz dirigé par O’Malley.

Sorti en 1970, ce grand classique de Disney rend hommage au Paris Belle Époque, situant son action dans un quartier pestiféré de la capitale. On reconnaît de grands monuments comme la Tour Eiffel. Les plus aguerris reconnaîtront le célèbre Café de la Paix, situé près de l’Opéra. Les décors somptueux contrastent avec l’ambiance jazzy et colorée du film. La musique y prend une grande place, notamment avec le signe d’une grande personnalité parisienne : Maurice Chevalier, qui marquera à jamais le monde du cinéma en chantant les Aristochats de l’amitié pour Walt Disney.

Cette vidéo est hébergée par youtube.com

Paris en crue : Un Monstre à Paris

En le consultant, vous acceptez ses conditions d’utilisation et les éventuels cookies déposés par ce site.

Affichez directement tous les contenus externes et acceptez les cookies pour Paris.fr.

1910. Une rumeur se répand qu’un monstre arpente les rues de Paris. La population a peur, et la bête est traquée sans relâche par la police. Ce curieux spécimen, victime d’une manipulation scientifique qui a mal tourné, n’est pas le monstre qu’on pourrait croire, et est protégé et caché par trois amis, dont la torride chanteuse de cabaret Lucille.

Magnifiant le Paris des années 1910, inondé par les eaux de la Seine, Eric Bergeron, le réalisateur restitue l’atmosphère de cette époque en introduisant des faits historiques réels (la crue de la Seine, l’inauguration du funiculaire à Montmartre). La Tour Eiffel, le Sacré-Coeur, le quartier de Montmartre avec ses cabarets… sont l’écrin de ce petit bijou inventif, drôle et captivant. Côté musique, Vanessa Paradis et M, alias Matthieu Chedid, prêtent les voix des deux personnages principaux et interprètent la chanson phare du film « La Seine ».

À Lire  La finale du MOF cuisine à Grenoble : "Le pari gagné" selon Philippe Girardon

Paris gourmand : Ratatouille

Cette vidéo est hébergée par youtube.com

En le consultant, vous acceptez ses conditions d’utilisation et les éventuels cookies déposés par ce site.

Affichez directement tous les contenus externes et acceptez les cookies pour Paris.fr.

Paris en tutu : Ballerina

Rémy est un jeune rat qui rêve de devenir un grand chef français et refuse son statut de rat d’égout.

Et vivre dans les égouts du restaurant très coté du chef Auguste Gusteau lui donnera sa chance ! Sa rencontre avec Alfredo Linguini, le jeune chef cuisinier, lui permettra de se rapprocher au plus près de son rêve.

Le film rend hommage à la gastronomie française, et la plupart des scènes du film se déroulent principalement dans les cuisines du célèbre restaurant « Gusteau’s », dont l’architecture et la gloire s’inspirent de l’architecture et de la gloire du véritable restaurant parisien La Tour d’Argent. à 5. Le film nous emmène aussi dans les égouts de Paris, que l’on peut désormais visiter grâce au musée (7.) et sous le Pont au Double, tout près de Notre-Dame. Enfin, pour une petite anecdote : une des scènes se passe devant la devanture, il s’agit de la boutique Aurouza (1.), présente depuis 1872 dans la capitale. Le magasin est dédié à la lutte antiparasitaire…

Paris médiéval : Le Bossu de Notre-Dame

Cette vidéo est hébergée par youtube.com

En le consultant, vous acceptez ses conditions d’utilisation et les éventuels cookies déposés par ce site.

Affichez directement tous les contenus externes et acceptez les cookies pour Paris.fr.

Paris à la Belle Époque : Dilili à Paris

Félicie est une jeune orpheline bretonne qui n’a qu’une passion : la danse. Avec son meilleur ami Viktor qui veut devenir un grand inventeur, ils s’enfuient de l’orphelinat, vers la Ville Lumière et sa Tour Eiffel en construction ! Félicie va devoir se battre comme jamais, se dépasser pour réaliser son rêve le plus fou : devenir danseuse étoile à l’Opéra de Paris…

Mention spéciale pour cette production canadienne-française qui a réalisé une perle de romantisme et de réalisme, notamment dans la beauté architecturale et le souci de la reconstruction du Paris du XIXe siècle. Ballerina se distingue par sa vision historique précise : la tour Eiffel était en construction, la mutation haussmannienne était en marche, et la restitution de l’Opéra Garnier est tout simplement impressionnante. Les séquences de danse ont été conçues par deux professionnels de l’entrechat, Aurélie Dupont et Jérémie Belingard.

Cette vidéo est hébergée par youtube.com