Alors que la loi interdisant le démarchage téléphonique dans le domaine de la formation professionnelle a été définitivement votée au Sénat ce jeudi 8 décembre, je ne peux que déplorer que le Gouvernement refuse une nouvelle fois de prendre de véritables mesures globales pour mettre fin à un retour à tous entreprises. des appels aussi prématurés qu’incessants !

L’encadrement du démarchage téléphonique repose sur une hypocrisie générale dont le Gouvernement et nos députés sont bien conscients : la majorité des consommateurs ne veulent pas être dérangés par le démarchage téléphonique, mais on suppose néanmoins qu’ils acceptent tous d’être démarchés par téléphone. . …

Droit dans ses bottes et en flagrant délit de cynisme, le Gouvernement continue de s’appuyer sur une rhétorique bien connue : qui veut peut s’inscrire sur le système BlocTel. Pourtant, malgré les réformes engagées pour le renforcer, ce bilan de l’opposition montre son inefficacité. Les appels continuent et un grand nombre d’entreprises ne purgent pas leurs listes d’appels des numéros de personnes inscrites au BlocTel, comme le souligne une récente enquête de la DGCCRF auprès de 800 établissements. La moitié des établissements contrôlés étaient en infraction avec un dispositif qui, rappelons-le, existe depuis 6 ans et constitue une obligation légale pour les entreprises. En termes d’efficacité, cela équivaut à ramasser la mer avec une cuillère. Les stratégies des entreprises pour contourner BlocTel et le manque de moyens de contrôle appellent des mesures fortes.

Au-delà du caractère intrusif de ces appels, il faut rappeler le lien dangereux entre démarchage téléphonique et litiges de consommation qui nécessite de changer de braquet. De même, alors que les abus en matière de démarchage téléphonique perturbent souvent la confiance des consommateurs dans l’ensemble du secteur concerné (par exemple, le renouvellement énergétique), le ministère de l’Économie serait bien avisé de restaurer cette confiance en interdisant le démarchage téléphonique par défaut, plutôt que de le mettre en pièces. interdictions sectorielles.

À Lire  Santé, éducation : "Il faut recréer un marché du travail dynamique dans les professions et secteurs réglementés par l'Etat"

Plus que jamais, j’appelle le Gouvernement à garantir réellement la tranquillité d’esprit de chacun, en instaurant le principe – en matière de SMS et d’e-mail – selon lequel le consommateur doit avoir préalablement accepté d’être démarché. Stop au harcèlement généralisé !