Avec les défilés dits « Cruise », le luxe bouge. Il ne s’agit pas d’une production qui reste européenne et majoritairement franco-italienne pour le prêt-à-porter féminin du secteur. C’est le choix des lieux de présentation de ces collections d’intersaison qui ne sont plus forcément fabriquées à Paris, Milan ou New York.

Les « croisières » s’inspiraient autrefois des modes de vie des clients, notamment des Américains qui, pour oublier l’hiver, faisaient une croisière ou naviguaient vers des destinations ensoleillées. Ils avaient besoin d’un vestiaire; Les grands magasins américains attendaient avec impatience ces pièces d’exception. D’autant plus que cette demande hors saison a donné un nouveau souffle aux rayons en novembre. Aujourd’hui, les « Croisières » ont pris une autre dimension : ce sont des collections à part entière qui ont leur déclinaison dans la maroquinerie, la boutique la plus vendue, et qui incluent même des maillots de bain et des vêtements de sports d’hiver.

À Lire  Replay Guadeloupe, à Malendure trois équipes de plongeurs partent en fumée, à la Une d'Info Outre-mer - Outre-mer