L’écrivain et égyptologue est décédé le lundi 14 novembre 2022, à l’âge de 55 ans des suites d’une crise cardiaque.

L’auteur, égyptologue, historien spécialiste des sciences naturelles et mathématiques africaines et des humanités classiques africaines, chef de projet à l’Unesco, Jean-Philippe Kalala Omotunde, est décédé d’une crise cardiaque à l’âge de 55 ans, selon les premières informations.

Pendant de nombreuses années, il a milité pour que la véritable histoire de l’Afrique soit connue. Il a souvent répété lors de ses conférences et discours que l’histoire des peuples de la Caraïbe n’a pas commencé avec l’esclavage et qu’il est important de l’enseigner aux enfants.

Jean-Philippe Kalala Omotunde a œuvré pour montrer la richesse des cultures africaines. Il parlait régulièrement de la renaissance de l’Afrique.

Il a récemment participé à une conférence sur la pensée africaine à Yaoundé, au Cameroun. Il avait également exhorté les dirigeants du continent à se tourner vers la géothermie pour parvenir à l’indépendance énergétique de l’Afrique.

En tant qu’invité de Guyana The 1st, il avait répondu aux propos d’une égyptologue qui soulignait qu’à son avis, Toutankhamon n’était « pas noire mais la peau foncée, voire très bronzée ».

Les chercheurs sont prêts à se ridiculiser lorsqu’ils discutent de l’Égypte noire pharaonique. Cela veut dire qu’il y a une géopolitique, une notion que nous ne voulons pas changer. Nous sommes dans des relations de vol, d’affaires et de finances. Et nous avons une jeunesse africaine, panafricaine qui grandit, qui aspire à un nouvel avenir, à de nouvelles relations. Le fait est que ce passé interfère avec le colonialisme.

À Lire  Elle se déroule ce samedi 5 novembre 2022 à Paris et en Île de France

Diplômé de l’Ecole de Publicité de Paris, il a enseigné à l’Institut Africamaat à Paris. Il avait également fondé l’Institut d’histoire Anyjart.

Fervent défenseur de la pensée africaine, il avait choisi de changer son nom en un authentique nom kamite, Nioussérê Kalala Omotunde. Nioussere d’origine égyptienne comme berceau du savoir selon ses thèses et Kalala comme organe traditionnel de résolution des problèmes du Congo.