Conçue à la manière d’un diner américain par la société d’architecture Aus, cette première décoration aux allures seventies aux allures de chaises et de néons apportés débouche sur deux salles aux allures de brasserie parisienne. Là, nappes blanches et chaises de bistrot confirment l’esprit du lieu, avec des plats du jour (15 euros) – steak de veau sauce au poivre et grenailles, glace au genévrier, salade de radicchio, cordon bleu, jambon et soupe aux câpres. , empanadas de porc au chimichurri… déjà culte.

57, rue Charlot, 75003 Paris, https://lecollierdelareine.paris

La salle à manger Passerina est située en face du restaurant Passerini. © Passerina

Sommaire

Passerina

Après plusieurs restaurants italiens à travers le monde, l’établissement de Giovanni Passerini a ouvert sa cave alimentaire. Si le chef ouvrait auparavant une épicerie fine Pastificio où l’on achète des pâtes artisanales et transalpines, il investit cette fois au numéro 44 rue Traversière pour proposer une carte axée sur les assiettes à partager – imaginées par la céramiste Nicoletta Pramaggiore – et les collations sur le pouce. Au menu, on se souvient du pâté en croûte, des moules gratinées au beurre acidulé, du risotto caccio e peppe, de la finocchiona toscane ou encore du pain agrémenté de beurre et d’anchois de Cantabrie. En dessert, le baba au rhum et la compote de pomme et la première sauce sont incontournables. Nous nous sommes tous arrosés de bouteilles de vin bio de Napolitain, d’Auvergne, du Jura…

44, rue Traversière 75012 Paris, https://www.passerini.paris

La décoration du restaurant Tékes a été conçue par Rodolphe Albert (Cent15 Architecture) © Nawel Odin

À Lire  Les meilleurs restaurants de Paris | 50 restaurants qui ne livrent pas

Tékes

Deuxième voyage gastronomique à Paris du chef Assaf Granit, Tékes célèbre la générosité de l’assiette comme son frère aîné Shabour, qui a décroché la première étoile au Guide Michelin quelques mois après son ouverture. Cette fois, Assaf Granit réunit en cuisine (ouverte, bien sûr) Dan Yosha et une équipe menée par Cécile Levy, la gérante du ballet-culinaire privé à Paris. Avec un cri joculaire, la commande a été annoncée et « Oui, celui-là! » D’un bout à l’autre de la salle à l’autre bout de la pièce, la table, le bois et le béton réalisés par l’architecte Rodolphe Albert, la magie opère. Choux de Bruxelles et poivrons suspendus XXL, légumes grillés au charbon de bois, bocaux d’épices à n’en plus finir…