En France depuis dix ans, Scotty Martins se retrouve dans une impasse administrative alors qu’il veut rester sur le territoire et qu’une entreprise est prête à l’embaucher.

Presque chaque semaine, Scotty Martins, 26 ans, se rend à Alençon (Orne), dans le département. Habitant de Flers, il tente de s’y renseigner et de faire avancer son dossier : depuis deux ans, son titre de séjour et son autorisation de travail sont bloqués administrativement.

Avec l’aide d’Anita Renaud, membre d’Intermarché à Flers (Orne), des comptables du magasin, des avocats… Scotty a conservé tous les documents et courriers échangés dans un dossier qui ne cesse de s’enrichir. Il est soutenu par les équipes d’Intermarché et la direction, submergées par le même « sentiment d’impuissance » face à l’administration.

Scolarisé à Jean-Monnet

Originaire d’Angola, Scotty Martins est arrivé en France il y a une dizaine d’années « pour des études ». Il fait ses études au collège Jean-Monnet, d’abord, tout en vivant chez sa tante à Flers. Après un bac pro en plomberie à Argentan et un BTS à Rouen, à la fin de ses études en juin 2020, il est à la recherche d’un emploi. Chaque année, son permis de séjour était renouvelé sans incident.

J’ai vécu 10 ans en France, ma vie était ici. J’ai d’abord cherché un emploi dans mon domaine, mais je n’ai pas eu de chance. J’ai donc élargi ma recherche et me suis tournée vers les affaires.

Les étudiants diplômés étrangers titulaires d’un bac +2 peuvent obtenir une carte de séjour salarié ou intérimaire s’ils ont signé un contrat de travail (ou promesse d’emploi), et en faire la demande dans les 2 mois précédant la date de fin de validité de la carte de séjour étudiant. Mais Scotty explique qu’il n’était pas au courant de cette démarche et « n’a pas été référé ».

« J’ai approché le comté pour demander si le changement de domaine pouvait affecter mon permis de travail. On m’a dit qu’il n’y avait pas de problème tant que j’avais un travail et un patron prêt à m’embaucher », dit-il.

En juin 2021, Scotty est embauché par Intermarché à Flers. CDD dans un premier temps, appelé à devenir CDI. «Je suis allé aussi vite que possible pour déposer les papiers auprès du comté. Mais en septembre, j’ai reçu un courrier de la préfecture. Je n’avais pas le droit de travailler. »

J’avais deux options : retourner en Angola et faire des démarches pour retourner travailler en France, ou retourner à l’école et travailler en alternance.

Scotty a choisi la deuxième option, ne sachant pas combien de temps il devrait rester en Angola s’il revenait. Il s’inscrit en BTS commerce et revient à Intermarché.

Tout allait bien jusqu’à ce que tout s’effondre.

Commençant « en bas de l’échelle », il acquiert de plus en plus de responsabilités au département textile, sous l’égide d’Anita Renaud, propriétaire de l’entreprise pendant 10 ans. « Je l’ai formé pour qu’il devienne responsable du service », témoigne-t-elle. « Je voulais qu’il devienne mon second, d’autant plus que j’ai des opérations en perspective. »

Scotty est reconnaissante du soutien apporté par Anita Renaud, mais aussi de son mentorat. « C’était difficile au début, mais Mme Renaud a pris le temps de m’expliquer mes erreurs. »

Une demande maintes fois réitérée

Mais Scotty ne voit pas de fin aux problèmes de gestion. « Pendant le programme d’études en alternance, j’ai demandé plusieurs fois mon permis de séjour et mon permis de travail. J’ai dû prendre des jours pour aller au comté. On m’a refusé le permis, faute de preuves. Je n’ai pas pu obtenir le permis de séjour demandé par l’école. J’ai dû résilier le contrat. »

À Lire  Cartes volées, biens mobiliers et contrat d'entreprise

Scotty appelle un avocat en juin dernier et envoie un courrier à la préfecture pour débloquer la situation.

On m’a dit que si je n’ai pas de retour c’est que les procédures sont en bonne voie et que je recevrai un appel pour récupérer la carte.

Mais ce n’était pas le cas. Scotty redemande une autorisation de travail et se rend à la préfecture pour se renseigner sur son cas. « Un fonctionnaire m’a dit qu’elle avait perdu le document. J’ai dû remplir une autre demande de permis de travail. Nous avons eu un autre refus, mais on m’a dit que mon permis de séjour était en cours. Je n’avais pas de date précise. Mme Renaud avait une personne au téléphone qui lui confirmait que le permis de séjour était en cours, mais ne savait pas si je pouvais commencer à travailler. »

« On se sent impuissant »

Anita Renaud est prête à le soutenir, ainsi que l’équipe d’Intermarché. « Je fais confiance à Scotty. Il est motivé et compétent. J’espère qu’il pourra revenir dans l’entreprise début novembre, on en a marre de faire le tour », confie le patron. « On se dit que le dossier est clair, qu’il n’y a pas de raison, mais ça ne bouge pas. La seule solution le débloquer c’est partager la situation. »

Cette impression de tourner en rond, Scotty la décrit en se remémorant toutes les étapes de ses pas.

Certaines personnes m’ont dit à haute voix oui au travail, puis ont changé d’avis. J’avais un permis de travail entre les mains en 2019, qui m’a été retiré par une autre personne.

« Ils m’ont dit que les étapes ne correspondaient pas, et m’ont demandé de recommencer. Depuis, dès que je lance le processus, soit les documents ne sont pas complets, soit ce ne sont pas les bons, soit ils sont perdus », il dit.

C’est ce qui pèse sur Scotty. L’envie de travailler, l’incertitude des délais, l’incompréhension de ce qui bloque le processus. Une situation stressante qui l’a conduit à la dépression cet été. « Je suis allé voir une partie de ma famille à Paris, pour me vider l’esprit. J’ai la chance d’être bien entouré. »

Actuellement sans salaire, Scotty survit grâce à l’aide de sa tante et de sa mère, qui lui envoient de l’aide pour le loyer depuis l’Afrique. « Mon maître comprend. Il m’a dit que si j’avais besoin de plus de temps, il irait s’arranger avec l’agence de location. Les démarches de mutuelle, de carte bancaire ou de permis de conduire sont également bloquées en raison de ce manque de papiers définitifs.

« Je suis coincé. Je ne peux plus travailler, je ne peux pas non plus chercher d’emploi. J’ai un récépissé de candidature. J’ai demandé au moins une lettre me permettant de travailler en attendant un permis de travail officiel. Si Je travaille et on est contrôlé, je suis dans l’illégalité. Je prendrai une amende, mais celle du magasin serait telle qu’elle pourrait faire faillite », ajoute-t-il.

Le pire, c’est que personne dans le comté ne peut m’expliquer la raison du blocus. S’ils me disaient que j’ai un certain délai pour quitter le pays parce que je ne peux pas rester, je partirais. Vous n’avez pas à faire traîner les choses. Là, on se sent impuissant.

Au moment de la publication de l’article, le département n’avait pas encore donné de réponse.

Cet article vous a-t-il été utile ? A noter que vous pouvez suivre L’Orne Combattante dans la rubrique Mes Actualités. En un clic, après inscription, vous retrouverez toutes les actualités de vos villes et marques préférées.