Nous rêvons tous de voler un jour. Malheureusement, physiologiquement parlant, une personne n’est pas encore capable de le faire. Cependant, il existe quelques autres moyens… Le parachutisme en fait partie. Dans l’univers de Vannes, le site permet de toucher ce rêve du bout des doigts. Située sur l’aérodrome de Vannes-Meucon, l’école de parachutisme sportif de Vannes Bretagne (EPSVB), dirigée par Thierry Camier, propose non seulement des sauts en tandem, mais aussi, comme son nom l’indique, un parcours appelé Pac, une progression accompagnée d’une chute, qui permet de sauter seul.

Une semaine d’apprentissage

Pendant une semaine, l’élève est plongé dans une grande baignoire. Il devra suivre le stage de formation, apprendre à plier le parachute, faire de nombreux voyages avec l’instructeur jusqu’à ce que finalement, après le septième saut, il plongera dans le vide, seul. Matthieu, instructeur gouvernemental dévoué à l’école de Vannes, se souvient de sa formation. Aussi surprenant que cela puisse paraître, le trentenaire ne garde pas que de bons souvenirs de son Pac. « J’ai commencé dans le sud-ouest de la France avec mon ami. Au début, je n’aimais pas ça du tout… Je pensais que j’allais arrêter, j’avais peur. Le conflit se termine lors du dernier saut. « Le premier… Pouah (sic), je me suis dit : c’est trop bien ! Tu n’as qu’une chose à régler, ta montée, pour augmenter l’exercice, c’est la liberté », se souvient-il, un grand sourire aux lèvres. , cet ancien pompier. Aujourd’hui, à ses heures perdues, il vient former de futurs astronautes mais aussi faire le baptême de films ensemble. « Je veux partager ce moment avec les autres. »

À Lire  GTA Online : sauts en parachute Junk Energy et toutes les actualités du 23 au 29 septembre

Une discipline aux règles strictes

« Dans les airs, pas question de faire ce que l’on veut, prévient d’emblée Pascal Gilbert, responsable de la communication à l’EPSVB. Pour chaque action, il y a un brevet à passer. Sauter en short, avec une caméra sur le casque, atterrir sur une île… Tout est contrôlé. » Mais comment grimper toutes ces lignes ? Pas étonnant, récupérez le saut. « Il faut sauter 200 fois pour pouvoir obtenir des brevets », explique Pascal. La rigueur est de mise pour assurer la sécurité de tous dans les airs. « Là-haut, il n’y a pas le droit à l’erreur », assure l’ancien militaire. Avant de pouvoir être intelligent sur YouTube, il y a du travail. »

Les cinq raisons de se lancer

A l’école de parachutisme, nous rencontrons tous les profils. Il y a des jeunes, peu de jeunes, des femmes. « Ici, il n’y a pas de différence entre les hommes et les femmes. On est tous des « copains para », explique Pascal Gilbert. Et lorsqu’on lui demande pourquoi une personne devrait sauter et sauter, le policier à la retraite énumère cinq raisons : trouver du plaisir, évacuer le stress, savoir, améliorer son endurance et enfin, avoir confiance en soi. Êtes-vous prêt à faire le grand saut ?

Pratique

Saut en tandem : 295 € entre février et novembre. 260 € la semaine. Option vidéo : 97 €.

Formation Pac : 1 500 €. Ecole de parachutisme Vannes Bretagne, au 1-2, rue Kermison, 56 250 Monterblanc. Site internet : www.parachutisme-vannes.com ; Ils l’ont dit. 02 97 60 78 69.