Réduction de la fracture numérique par la mise à disposition d’équipements renouvelés et la formation des publics en situation d’illettrisme dans les Pays de Morlaix et Carhaix. C’est le crédo de l’association Goupil. Créée en 2017, elle compte aujourd’hui deux permanents et environ 400 membres. Mais ça a commencé petit, au début des années 2010. De manière traditionnelle, même, dans un garage de Morlais. Pendant ses périodes de chômage, Hervé Zalczer, ingénieur électronicien médical de formation, enseigne l’informatique. Et il comprend que certains de ses élèves n’ont pas les moyens de s’équiper. Puis il court dans les déchetteries à la recherche de vieux ordinateurs, qu’il récupère dans des bennes avant de les remettre à neuf chez lui. Après les avoir donnés, en morceaux, aux plus vulnérables.

Pandémie : un accélérateur de prise de conscience

« En 2016, réalisant qu’il ne serait pas capable de répondre à la demande tout seul, Hervé a voulu s’entourer, puis créer une association, qui est née l’année suivante », reconnaît Michel Clech, qui réussit en 2020. Goupil bientôt. il a su convaincre les institutions et les entreprises de leur fournir les équipements dont ils se séparaient. Notamment le conseil départemental du Finistère. Dans la foulée, il a ouvert un atelier qui emploie des jeunes handicapés d’un institut médico-éducatif voisin, chargé de les renforcer. L’industrie est née.

Depuis, l’activité de Goupil n’a cessé de se développer. « Jusqu’à la pandémie de covid, pendant laquelle on prêtait beaucoup d’ordinateurs aux familles et aux écoles, la fracture numérique n’était pas un problème. Beaucoup pensaient que seules les personnes âgées étaient touchées. Que cette fracture se réduirait au fur et à mesure qu’elles disparaissaient. Ce n’est pas comme ça. » insiste Michel Clech. Un président pour qui cette période a été un accélérateur de prise de conscience. « Cela nous a permis de zoomer sur un constat alarmant. Alors que 98% des Français ont un smartphone, 50% sont incapables d’effectuer une démarche administrative en ligne et 28% sont analphabètes, incapables d’utiliser un ordinateur. »

À Lire  Ecole : à quoi ressembleront les 30 minutes quotidiennes de sport, obligatoires dès la rentrée ?

Des prix défiant toute concurrence

Depuis un peu plus de deux ans, Goupil reconnaît tous ses équipements issus d’un projet d’insertion numérique de l’Ulamir-CPIE, qui emploie cinq jeunes de 18 à 29 ans. Cela permet à l’association de s’affranchir de l’aspect technique pour se concentrer sur l’aspect social. Il propose trois formules. La première consiste à prêter du matériel à des personnes qui n’ont jamais touché à un ordinateur. « Ça sert de primaire. C’est devenu notre spécialité. » Le second est le prêt pour les demandeurs d’emploi et les allocataires du RSA, accompagné de cours de sensibilisation. Le dernier est loué 20 € par an ou acheté 60 €. Prix ​​imbattables. Tous les ordinateurs, dont la traçabilité est garantie, sont sous le système d’exploitation Linux et équipés de logiciels libres.

La pression monte

Goupil, qui bénéficie de nombreuses subventions, notamment européennes (Feder), ambitionne désormais de renforcer ses actions d’insertion auprès des publics les plus éloignés du numérique. « Il y a un gros travail de construction pédagogique à faire. Nous ciblons les plus vulnérables en essayant d’adapter notre contenu. L’objectif est de favoriser, par la culture numérique, leur intégration ou leur réinsertion dans la société. » Des projets d’accompagnement se développent pour les gens du voyage, les analphabètes, les personnes âgées en institution et les personnes isolées sans moyen de se déplacer (l’association fournit le matériel et accompagne les bénéficiaires à distance, par visioconférence).

Selon Michel Clech, il est temps d’agir. « La dématérialisation totale des démarches administratives est catastrophique pour bien plus de personnes qu’on ne l’imagine. La pression monte. » Preuve en est, le nombre croissant de demandes reçues via les centres sociaux.

Contact

Goupil Emploi/Réemploi-Ethique, 2D, Route d’accès au Port 29600 Morlaix. Tel. 06 22 09 86 53. Email : goupil.ere@gmail.com. Site internet : goupil-ere.org.

Ce bus breton roule contre la fracture numérique Réservé aux abonnés

Dans le Finistère, Goupil veut réduire la fracture numérique Réservé aux abonnés

En Bretagne, l’exclusion numérique mène à « une certaine forme de crise sociale » Réservé aux abonnés

[Édito] Notre meilleur des mondes

Impôts, papiers d’identité, courrier… Ces démarches qui ne se font qu’en ligne