Un cas. Passer un voyage en France, une tâche tellement impossible pour une agence de voyage ? Pas Avalon Waterways. Voici comment l’entreprise gère cette possibilité.

La famille de marques Globus, propriétaire d’Avalon Waterways, travaille actuellement à développer davantage le marché québécois. Et ne vous mettez pas la tête dans le sable : l’entreprise sait que le Québec pointe, prend le français.

Lors de l’événement test de la croisière sur le Danube organisé exclusivement pour le marché québécois, en septembre dernier, Globus a montré comment il s’emballe.

Rassembler les membres du personnel francophones

Pour organiser ce voyage spécial en France, Avalon Waterways a réuni les membres d’équipage qui travaillent sur tous les navires qui traversent l’Europe, et parlent français.

La PDG du Canadian Centre for Globus Family of Brands, Stephanie Bishop, explique : « Les membres de notre personnel viennent du monde entier. C’est littéralement l’occasion de parler plusieurs langues. Nous avons ainsi pu embaucher du personnel français dans de nombreux domaines du navire, de la salle à manger à l’accueil et à la gestion, en passant par le room service.

« De plus, nous visons à avoir plus d’employés francophones. Cette première initiative, et post-Covid, je crois est prometteuse. »

Créer une base de données en français

Dans sa démarche, Globus a pris les dispositions nécessaires pour accueillir les passagers français, mais aussi pour les informer, pendant le voyage, de la langue de Molière.

Avant le jour du départ, Avalon Waterways s’est impliqué et a traduit en français les données et informations diffusées pendant le voyage, telles que les menus des restaurants, les informations sur les escales et les excursions, les informations sur le navire, etc.

« Ces ressources, qui augmenteront avec le temps, sont là pour rester », a ajouté Mme. Évêque.

Trouver des guides locaux francophones

Fournir un service et des informations en français à bord, c’est bien, mais nous convenons que pour que l’énergie francophone fonctionne avec succès, la lune de miel française doit continuer sur la terre ferme.

A cet égard, l’entreprise a utilisé ses contacts aux arrêts et lancé un avis de recherche de guides francophones locaux.

« Ce n’est pas un processus difficile. Mais il fallait le faire », a simplement déclaré Stéphanie Bishop.

Le français, qui est un facteur important pour certains, n’est pas si systématique pour d’autres

Cela dit, soulignons ici un point important. Bien que certains agents de voyages soient convaincus que la croisière sur le Danube n’est possible au Québec que si elle se passe en français, d’autres consultants placent la langue de Molière à une place importante, oui, mais en deuxième étape.

Cette divergence d’opinion se reflète bien dans la carte linguistique du Québec : l’agence pro-français se retrouve surtout dans les provinces, tandis que l’agence de la langue française n’est importante nulle part dans le navire se trouve surtout à Montréal.

Marie-Hélène Jacques, vice-présidente générale Voyages de groupe, Montréal :

« Mon agence est située dans la capitale française, et pour tous mes clients, la France n’est pas une condition de déplacement.

À Lire  Lourdes : les salariés du Centre de l'Assomption réclament des salaires dans l'hôtellerie-restauration

« Aussi, un voyage en France, pour être réussi pour les clients du Québec et de notre réseau d’agences, doit être disponible sur un horaire en une saison. Si un départ français est proposé sur une seule date pendant une période de deux ans, par exemple, Cela signifie que les départs sont égaux aux options de voyage du client. Nous devons être conscients de ce qu’Avalon Waterways a à offrir.

Louise Drouin, conseillère en voyages, guide et propriétaire des agences Voyage Louise Drouin à Sorel et Drummondville :

Au Québec, la rapidité avec laquelle vous quittez les grandes villes comme Montréal, en France, lorsque vous voyagez est importante. De nombreux Québécois qui vivent en milieu rural ne parlent pas une autre langue que le français.

« Quand je pars à plein temps en France, je peux supprimer la structure stricte du groupe – où je choisis tout pour tout le monde – dans le style voyage. Parce que je peux laisser chacun choisir ce qu’il veut faire grâce à la compréhension de la langue . J’espère vivement qu’Avalon Waterways pourra planifier un autre départ français dans un futur proche. »

Chantale Lapointe, conseillère et experte européenne à l’agence Club Voyages Mille et une Nuits de Mascouche :

« La langue française est essentielle pour beaucoup de mes clients qui ne parlent pas anglais. Avalon nous a montré que oui, il est possible de réunir un équipage francophone à bord, et c’est ce que nous devrions être capables de faire. » pour garantir nos clients. »

Si la France ne vient pas à nous, allons en France !

Lors de nos discussions avec des conseillers en voyages en surface, une idée pas bête a fait son chemin, de travailler en équipe, avec plusieurs agences, pour organiser un ou plusieurs groupes français, qui demandent une ou plusieurs sorties françaises à l’entreprise.

Nous avons demandé à Globus ce qu’il pensait de cette idée : « Vraiment ! dit Stéphanie Bishop. Si un groupe est composé d’au moins 30 ou 35 passagers, oui, il nous sera possible d’organiser les circuits français proposés aux arrêts. Tout est arrangé !

« Nous ne pouvons peut-être pas garantir que le directeur du navire parlera français, mais nous pouvons nous assurer que les guides locaux, par exemple, parlent français.

« Avalon Waterways offrira toujours son soutien et sa coopération pour organiser des départs français qui n’étaient pas initialement prévus au programme. »

Martine Phaneuf, consultante et propriétaire de l’agence Vacances Le Faubourg Virtuoso, à Boisbriand :

« J’espère qu’il y aura d’autres départs en France. Mais aussi, on peut, on peut faire voyager les représentants, surtout le bateau. Travailler en collaboration avec de nombreuses agences. Parce que ça dépend aussi de nous, les représentants, pour monter Faisons un voyage vers Avalon pour créer la demande, et profiter des avantages qui vont avec, comme les départs de France. »

Notre journaliste était l’invité de Globus Family of Brands et d’Avalon Waterways.