Il ne passe pas inaperçu à l’entrée du plus grand hôpital de la Timone à Marseille. Une grande tente blanche a maintenant été érigée à l’entrée des urgences pour adultes. Le service reçoit en moyenne « 250 patients par jour » depuis le début de l’été, détaille Céline Méguerditchian de France Bleu Provence, responsable des urgences adultes. Une activité constante à gérer avec deux fois moins de médecins. « Nous avons maintenant quatre médecins urgentistes et un médecin orthopédique pour tous les traumatismes, contre neuf médecins habituels. »

« On est câblé, équilibré » – Céline Méguerditchian, Responsable des Urgences Adultes à La Timone

Les agents de santé craignent une situation critique, qui risque de s’aggraver en août. « La dernière étape, c’est cette tente de triage, explique le médecin en poste depuis février. Dire aux patients qui n’ont pas besoin d’un plateau technique d’urgence, les orienter vers la médecine de ville. On ne s’occupe plus des patients qui n’en ont pas besoin. otites, angines de poitrine, « j’ai quatre douleurs à l’épaule par jour » (sic), on ne les accepte plus en urgence.

Le scénario du pire auquel se prépare le service, mais que Céline Méguerditchian espère éviter. « Pour le moment, jusqu’à ce que cette procédure soit activée, nous acceptons tous les patients qui se présentent aux urgences. En ce moment, c’est notre travail et notre devoir de le faire. Nous sommes en ligne, en équilibre. » .

3.000 appels par jour en moyenne au Samu 13

Il faut dire qu’en août de nombreux médecins généralistes partent en vacances, alors que la demande de soins reste élevée. De nombreux patients se tournent alors vers le 18-15. Ces deux numéros sont rencontrés dans le même centre d’appel Samu 13 à l’hôpital de la Timone. Actuellement, le centre enregistre une hausse d’activité de 20 à 30 %, explique le Dr André Puget, responsable du Samu des Bouches-du-Rhône. « Nous avons 3 000 appels par jour. Cela génère environ 1 500 dossiers de réglementation médicale. En moyenne, nous envoyons 400 pompiers, 200 ambulances privées, 60 à 80 SMUR à ces appels et donnons 600 avis médicaux, ce qui évite des hospitalisations et des renvois ».

À Lire  Fécondation médicalement assistée : 4 conseils pour sauver votre couple

« Nous nous retrouvons confus, pris entre le marteau et l’enclume. » – André Puget, gérant du Samu 13

Une situation inédite que le Dr Puget voit s’aggraver dans les jours et semaines à venir. « Ce mois d’août s’annonce un peu difficile car les difficultés des structures sanitaires et des services d’urgence se heurtent au départ de nos confrères pratiquants en vacances en ville. Si nous avons une demande d’aide imprévue, nous ferons tout pour qu’elle soit prise en charge de la ville et non de l’hôpital ».

« On n’a jamais vécu ça ! » – Céline Méguerditchian, Responsable Urgences Adultes à La Timone

France Bleu Provence a vérifié la situation critique aux urgences du plus grand hôpital de Marseille.