Crégy-lès-Meaux : à cause de la sécheresse, les maisons sont de plus en plus encombrées

Avec des périodes de sécheresse de plus en plus fréquentes, les habitants de Crégy-lès-Meaux (Seine-et-Marne) voient leurs maisons se fissurer au fil des années.

Laura Bourven

Publié le 18 sept. 22 à 16:36

Plusieurs fois par semaine, Jacky Rousse, un habitant de Crégy-lès-Meaux (Seine-et-Marne), visite sa maison. Son obsession : des fissures plus grosses et plus nombreuses. Depuis 2011, ce retraité a multiplié les recherches sur les fissures, les causes, les conséquences, les relations avec les experts et les assurances… à tel point qu’il est lui-même devenu expert en la matière.

Réchauffement climatique : un enfer pour les crégyssois

Afin d’aider les habitants de la ville dans la même situation que lui, il fonde en 2019 une association : Les Fissures de Crégy. Et les membres ont afflué au fil des ans. Aujourd’hui, Jacky Rousse estime qu’au moins 200 maisons portent sur leurs murs les marques des intempéries et de la sécheresse.

Le président des Fissurés de Crégy a remarqué sa première fissure en 2015. Depuis lors, ils se sont construits au point où vous pouvez passer vos doigts à travers eux ou voir la lumière du jour dans sa maison, au point où ils ont dû mettre du papier journal pour remplir les trous et empêcher l’air extérieur d’entrer.

« Je compte tous les cracks, mais je ne compte plus le nombre que j’ai », se plaint Jacky Rousse. La raison principale : augmentation du nombre d’épisodes de sécheresse avec le réchauffement climatique. La commune de Crégy-lès-Meaux a la particularité d’être fondée sur un sol rempli d’argile.

À Lire  Orthez : L'ancien presbytère de Chesnelong est mangé par les termites

En l’absence d’eau, l’argile se contracte et s’effondre, ce qui fait remonter les maisons à la surface et provoque ces fameuses fissures. Après un été de canicules consécutives, « le corps a surtout bougé cette année. On voit que tout empire », poursuit le président de Fissure de Crégy.

Combat avec les assurances

Autre spécificité de Crégy-lès-Meaux : la commune est haute. Les bâtiments peuvent alors s’incliner lorsque le sol bouge.

Aujourd’hui, Jacky Rousse estime qu’il n’y a pas de solution pour empêcher l’apparition de fissures sur les maisons de Crégy-lès-Meaux. Par conséquent, il est nécessaire de coopérer avec l’assurance afin d’entreprendre les travaux de rénovation. Des travaux d’installation de 37 pieux seront bientôt réalisés dans sa maison.

Mais tout cela après des mois, voire des années, de bataille avec votre assurance.

Chaque fois qu’une municipalité est déclarée victime d’une catastrophe naturelle, les résidents ont 10 jours pour contacter leur assurance. Or, il est de plus en plus compliqué d’obtenir une indemnisation, explique le président des Fissures de Crégy.

Si une fissure a été déclarée les années précédentes, elle ne sera plus prise en charge, même si elle s’est aggravée avec les récents épisodes de sécheresse.

Il poursuit : « Les experts sont souvent confrontés à des personnes seules, pauvres, qui ne savent pas quoi faire. »

La conséquence de ces fissures complique encore les relations avec les assureurs : certains riverains ont décidé de quitter Crégy-lès-Meaux. « Ils ne sont pas sûrs de leur maison », conclut Jacky Rousse qui ne peut que mettre son expertise au service des Crégyssois dans leurs démarches.