Réservé aux abonnés Le Particulier

Si l’emprunteur fait face à un imprévu, la compagnie d’assurance du contrat prend le relais pour payer les mensualités sur le capital restant, couvrant ainsi la banque prêteuse et le client contre les principaux risques encourus pendant la durée du crédit.

L’assurance emprunteur couvre les risques liés aux difficultés de paiement en cas d’incapacité, d’invalidité ou de décès de l’emprunteur. Plus rarement, elle peut aussi couvrir la perte d’un emploi. La plupart du temps, le conseiller bancaire ne prendra pas le temps de vous expliquer en détail toutes les garanties de votre contrat d’assurance. Il est donc bon de vérifier le niveau de protection offert avant de signer et de jouer la compétition.

Plusieurs types de risques couverts

Pour comprendre les subtilités du contrat d’assurance emprunteur et les détails de la couverture, le demandeur de prêt est souvent confronté à plusieurs acronymes :

Sauf exclusions prévues au contrat, tous les types de décès sont susceptibles de déclencher l’exécution de la présente garantie. Même le suicide de l’assuré est couvert par la souscription (avec un remboursement plafonné à 120 000 € dans ce cas). Dans le cas d’un prêt avec plusieurs co-emprunteurs, la garantie jouera sur le capital restant…

Cet article est réservé aux abonnés Le Particulier. Il vous reste 80% à trouver.

Vous voulez en savoir plus ?

Débloquez tous les objets instantanément. Sans engagement.

Déjà abonné à Particulier ?

À l’intérieur

À Lire  Assurance emprunteur : l'EIOPA met la barre haute aux bancassureurs