La révolution numérique n’a pas que des côtés positifs. En numérisant et en automatisant tout, un seul petit bogue dans le système peut avoir des conséquences désastreuses. C’est le cas, par exemple, aux Etats-Unis, où des emprunteurs, bien que parfaitement solvables, ont été injustement privés d’accès au crédit, suite à une erreur informatique. Le bug en question aurait été observé au niveau d’Equifax, une société spécialisée dans l’évaluation des risques.

Des candidats mal évalués

Depuis le début de la crise sanitaire, de nombreuses familles américaines ont vu leur situation financière se détériorer. Beaucoup d’entre eux ont de plus en plus de mal à joindre les deux bouts. Dès lors, ces derniers n’ont souvent pas d’autre choix que de recourir au crédit à la consommation pour financer leurs dépenses.

Avec 4 500 milliards de dollars d’encours au 31 juillet, ce type de prêt représente 25 % des crédits accordés aux ménages américains.

Mais comme mentionné en préambule, un événement plus ou moins important a touché le marché du crédit, à savoir un bug informatique dû à une erreur au sein d’Equifax.

Rappelons que ce dernier a pour mission d’analyser la capacité de remboursement des demandeurs de crédit, à travers un système de « scoring ».

Et c’est là que le problème est survenu.

Important Le codage incorrect a en effet attribué des notes incorrectes, parfois avec des fluctuations de 25 points, sur une échelle qui compte 850 points.

Cauchemar pour ceux qui reçoivent un mauvais score

Plus votre score Equifax est bas, moins les prêteurs sont susceptibles de vous prêter. L’emprunteur est donc confronté à deux cas de figure : soit il se voit refuser le prêt, soit l’établissement applique des conditions plus restrictives (taux élevé).

À Lire  Vous pouvez convertir une ligne coaxiale en Ethernet avec l'adaptateur MoCA

En apprenant l’incident à Equifax, les emprunteurs déçus ont décidé de déposer une plainte auprès des prêteurs.

Mais leurs actions ont peu de chances d’aboutir car il est difficile d’établir si le rejet provient réellement du dysfonctionnement du système de notation ou non.

La société d’évaluation des risques est également intervenue sur le sujet et a tenté de désamorcer la situation.

Selon elle, le bug n’a pas causé tous les dégâts annoncés puisque seuls 300 000 comptes ont été concernés par ce bug.