Les bénéficiaires du Compte Communautaire de Formation (CPF) devront-ils mettre la main à la poche ? Selon le journal Les Échos, le gouvernement veut fixer la redevance restante pour ceux qui utilisent cette collecte d’argent pour payer une formation.

Cet outil, créé le 1er janvier 2015, fonctionne très bien, voire très bien… 40 millions de bénéficiaires peuvent y prétendre. Et depuis la sortie du dispositif fin 2019, 5,2 millions de cours ont été suivis pour un coût estimé à 7,1 milliards d’euros par la Caisse des dépôts et consignations. Cet argent, combiné à l’apprentissage, ne servira plus à France Compétences, l’organisme qui gère la formation professionnelle. Par conséquent, les employeurs, qui financent ces fonds, attendent qu’une correction soit apportée pour récupérer l’argent.

D’où la volonté du gouvernement de réduire le taux. Le changement de cet effet a été accepté dans le cadre de la révision du projet de budget pour 2023. Il donne le thème de l’achat de formation par le biais du CPF au « dispositif de régulation dont les modalités sont définies par arrêté de l’Etat » . Et il précise que cette nouveauté aura pour objectif de faire en sorte que la formation « donne un réel objectif d’intégrer ou de conserver l’emploi ».

Objectif : 800 millions d’euros d’économie

Selon Les Échos, la solution qui tiendra la corde avec le gouvernement sera d’introduire une forme de paiement solidaire qui sera toujours à la charge du bénéficiaire. Le CPF ne rembourserait plus toutes les formations. Cela peut permettre des économies directes (part non remboursable), mais aussi indirectes, car cela peut faire réfléchir à deux fois avant de s’inscrire à une formation.

À Lire  Comment télécharger de la musique sur le lecteur cloud Amazon MP3 ?

Combien en resterait-il ? Or selon Les Echos, il peut représenter 20 à 30 % du montant de la formation, afin de générer 800 millions d’euros pour économiser une année pleine. Mais un porte-parole du ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels confirme qu’aucune mesure n’a été « discutée ou convenue » avec les partenaires publics ou les représentants des établissements de formation.

Les cinq formations les plus suivies

Selon la Caisse des dépôts, le coût moyen d’une formation est de 1 345 €. Si les frais restants étaient de 20 % pour le bénéficiaire, il devrait payer 269 €. Les formations les plus demandées sont respectivement celles visant à créer ou reprendre une entreprise ; renouvellement du permis de conduire; passer le Toeic pour confirmer votre niveau d’anglais ; évaluation des compétences; à l’aide d’un logiciel tableur.

Pour ses opposants, un tel changement risque d’empêcher les travailleurs et les travailleurs à faible revenu de suivre une formation, surtout en ces temps d’inflation et de baisse du pouvoir d’achat.