Un nouveau variant, le BN.1, hautement infectieux, échappe à l’immunité. Sa particularité : il double de proportion toutes les deux semaines. On vous en dit plus.

Un nouveau variant qui inquiète

Cette nouvelle variante, BN.1, est une sous-variante d’Omicron. Il a été identifié aux États-Unis par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Il représente 4,3 % des nouveaux cas de COVID-19 à l’échelle nationale. Mais il se développe très rapidement. Un responsable du CDC a déclaré le 12 novembre lors d’un webinaire organisé par l’American Infectious Disease Association que le BN.1 est hautement contagieux. Pour le moment, nous savons peu de choses sur les symptômes de cette nouvelle variante, mais il est normal de penser qu’elle présente actuellement les mêmes symptômes d’omicron étant de la même souche.

Échappement immunitaire

Les hospitalisations augmentent à nouveau aux États-Unis en raison de BQ.1.1 et de cette autre variante BN.1. Certaines souches BN.1 portent des mutations qui provoquent une « évasion immunitaire élevée ». Une telle mutation inquiète les chercheurs car elle « pourrait empêcher un médicament utilisé pour protéger les personnes dont le système immunitaire est affaibli ».

Le BQ.1.1 aussi est très contagieux

Les variantes Omicron BQ.1 et BQ.1.1 gagnent du terrain sur le nouveau continent. Près de la moitié des infections à l’échelle nationale proviennent de l’un des deux, selon les estimations du CDC. « Notre meilleure estimation est qu’il double environ tous les 10 jours. Donc, si vous faites le calcul, BQ.1.1 est susceptible de devenir dominant au cours des prochains mois », a déclaré le Dr Ashish Jha, responsable de Covid-19 à la Maison Blanche.

À Lire  Le mois sans tabac : nos conseils pour arrêter de fumer

Le variant BQ.1.1 en France

La sous-variante BQ.1.1 se répand également en France. Au 3 novembre, il représentait 31 % des nouveaux cas, la sous-variante BA.5 étant majoritaire selon les données publiées par Santé publique France.