Yasmina Kattou

11:29, 2 janvier 2023, modifié à

12:07 le 2 janvier 2023

Un sous-variant qui échappe à l’immunité acquise

À partir du 8 janvier, les voyageurs chinois seront autorisés à voyager librement. Mais depuis le 7 décembre et la fin de la politique du zéro Covid, le nombre de contaminations a explosé dans le pays : 30 millions de cas par jour, selon certains médecins. Alors que Pékin continue de lever ses restrictions pour faire face en Europe, des mesures communes n’ont pas été initiées entre les 27 Etats membres de l’Union européenne.

Seuls des protocoles au cas par cas ont été édictés et après que l’Espagne et l’Italie, la France ont décidé d’instaurer un test négatif au départ, il est obligatoire de porter un masque dans l’avion et un contrôle aléatoire à l’arrivée.

Si l’épidémie éclate, c’est parce que la population n’a pas été suffisamment contaminée, la protection par les vaccins chinois est jugée insuffisante, mais probablement aussi à cause du variant BF.7, qui semble circuler largement en Chine, notamment à Pékin. . Que sait-on de cette variante ?

À Lire  Ce que l'on sait de la mémoire