Des chercheurs américains ont été accusés par le Daily Mail de vouloir créer un nouveau problème plus dangereux et mortel avec le coronavirus. Ils le nient.

Récemment, un article du Daily Mail révélait que l’université de Boston menait des expériences sur les problèmes du Covid-19, qui auraient été croisés pour en créer un nouveau, plus meurtrier. Selon le quotidien anglais, l’Université a installé la protéine Spike d’Omicron (BA.1) sur la première vague de Covid-19, combinant l’infectiosité de la première et la dangerosité de la seconde, de moyens de recherche sur « l’acquisition de travail ». Ils ajoutent qu’avec ce mélange, 80% des souris exposées lors de l’étude sont mortes. Mais est-ce vraiment arrivé ?

Certes, cette inquiétude, surtout le mystère qui plane encore sur l’origine de ce virus, qui pourrait provenir du laboratoire chinois. L’idée de le rendre plus contagieux et plus mortel en labo est terrifiante. Cependant, ce n’est pas le but de l’étude et les données de cette dernière, non revues par des pairs et publiées dans la revue Biorxiv, n’auraient pas été interprétées correctement.

Démenti de Boston

L’université de Boston rappelle que ses recherches ont été approuvées par l’IBC, Institutional Biosafety Committee. De plus, avant de mener toute recherche au NEIDL (University’s National Emerging Infectious Diseases Laboratories), de nombreuses approbations sont nécessaires, notamment en termes de sécurité.

Il dénonce le « sensationnalisme » du sujet, qui écarte les véritables objectifs de cette étude. Alors, quels sont exactement ces objectifs ?

Selon les chercheurs, leur objectif est d’étudier la protéine Spike d’Omicron (BA.1) pour comprendre si cette variation est moins nocive, « car les mêmes cellules ne sont pas affectées par la maladie principale ». , a déclaré Ronald B. Corley, un scientifique du NEIDL. A noter que l’Omicron affecte moins les poumons que l’infection précédente.

À Lire  Santé - Bien-être : "Osez prendre soin de vous" (Table Ronde)

L’intérêt de cette étude est de savoir quelles parties du virus influent sur la sévérité de la maladie. C’est pourquoi, ont-ils expliqué, ils étaient « intéressés par la partie du virus qui détermine la gravité d’une maladie qu’une personne contracte », appelée la protéine Spike. Mais, plaident-ils, ils n’ont jamais essayé d’augmenter son activité dangereuse ou sa maladie.

De plus, les souris qui ont mené l’étude font partie d’une famille de rongeurs très sensible, qui ont été touchés par la première maladie de Covid, déjà ensemble (entre 80% et 100% de décès). Il n’y a rien d’étrange dans le fait qu’il y ait encore 80% de morts… Aussi, le communiqué de presse de l’université de Boston est toujours encourageant : les conditions de sécurité qui ont été respectées. « Le virus ne quitte pas le laboratoire où il est étudié ».

Source : Courrier quotidien, Université de Boston, Biorxiv

Abonnez-vous à la newsletter Top Santé pour recevoir gratuitement les dernières actualités