Un taux de testostérone bas pourrait être un facteur de risque dans les formes graves de Covid-19

Une nouvelle étude publiée dans la revue JAMA Network Open a observé un lien entre les hommes ayant un faible taux de testostérone et le risque d’être hospitalisé pour une forme aiguë de Covid-19. Pour parvenir à ces conclusions, les équipes scientifiques de la Washington University School of Medicine à St. Louis et de la Saint Louis University School of Medicine (États-Unis) ont analysé les cas de 723 patients testés positifs au coronavirus entre 2020 et 2021. 427 patients avaient niveaux normaux de testostérone, 116 avaient des niveaux faibles et 180 avaient auparavant des niveaux bas mais étaient sous THS lorsqu’ils étaient infectés. Ils avaient donc un taux de testostérone normal.

Selon les résultats, les hommes qui avaient de faibles niveaux de testostérone et qui avaient été touchés par le Covid-19 étaient 2,4 fois plus susceptibles d’être hospitalisés que les hommes ayant des niveaux hormonaux normaux. Aux yeux des scientifiques, un faible taux de testostérone pourrait être un facteur de risque de coronavirus sévère ainsi que de certaines comorbidités (maladies cardiaques et pulmonaires).

Des traitements substitutifs qui augmenteraient les risques de cancer la prostate 

« Avoir un faible taux de testostérone est très courant. Jusqu’à un tiers des hommes de plus de 30 ans en sont atteints. Notre étude attire l’attention sur cet important facteur de risque et sur la nécessité de l’aborder comme stratégie pour réduire les hospitalisations pour Covid-19 », a expliqué Abhinav Diwan, professeur de médecine à l’Université de Washington et co-auteur de l’étude. La thérapie de remplacement de la testostérone est généralement prescrite lorsque la qualité de vie d’un homme est gravement compromise.

À Lire  Les 3 conseils d'une diététicienne pour continuer à manger sans culpabiliser

Cependant, ces traitements pourraient augmenter le risque de cancer de la prostate et de maladies cardiaques. « S’ils présentent effectivement un risque élevé d’événements cardiovasculaires, le médecin pourrait indiquer au patient le pour et le contre d’un THS. Le risque réduit d’hospitalisation pour Covid-19 pourrait peut-être figurer sur la liste des avantages potentiels », a ajouté le professeur Abhinav. Diwan.

Cette étude américaine est cependant considérée comme « observationnelle », c’est-à-dire qu’elle ne démontre pas que l’augmentation du taux de testostérone puisse réduire le risque d’infections graves au Covid-19. Une étude clinique sera nécessaire pour valider les résultats de la recherche.