La variante omicron a été signalée pour la première fois par l’OMS le 24 novembre 2021. Elle a d’abord été détectée en Afrique du Sud, puis elle a d’abord touché la Norvège, le Danemark et le Royaume-Uni sur le continent européen. La maladie a été découverte à Londres en décembre 2021. Elle s’est ensuite propagée à Paris puis dans toute l’Europe. Cette version particulière est de la ligne Pango B.1.1.529.

Santé publique France définit Omicron comme un virus hautement transmissible qui résiste au système immunitaire mais cause des dégâts minimes.

En raison de la circulation constante de cette version covid, de nouvelles sous-lignes apparaissent dans différentes parties du monde. La version BA.5 est actuellement la version la plus utilisée d’omicron. Il existe également d’autres sous-lignes telles que BA.1, BA.3 et BA.4.

Le Variant BA.5 majoritaire en France

Les autorités sanitaires surveillent de près le sous-type BA.5, qui circule principalement en France. Ils surveillent également de près la sous-ligne BA.4, qui se trouve en Afrique du Sud. En effet, la mutation L452R de la protéine BA.4 Spike a permis une transmission aisée du variant Delta entre individus infectés. En avril 2022, les sous-lignes BA.2 et BA.5 sont nées. Ces deux lignées ont des marqueurs génétiques similaires à BA.2 mais présentent des protéines significativement altérées en raison de la mutation R452.

Quels sont les symptômes d’omicron ?

À chaque variant ses symptômes

Chaque variante de Covid a des symptômes distinctifs. La version delta présentait des symptômes de toux et d’écoulement nasal en plus d’une forte fièvre. Omicron ne fait pas exception. Une étude publiée dans Nature et communiquée dans le journal régional L’indépendant dresse un calendrier de ces symptômes. Les scientifiques ont analysé plus de 5 000 patients atteints de covid.

À Lire  Andropauze: daling van testosteron, leeftijd, tekenen bij mannen

Les trois premiers symptômes d’Omicron

Selon les scientifiques, la fièvre ou les frissons sont un signe d’entrée du virus au troisième jour de l’infection. Elle est suivie le 5ème jour par de la toux, des troubles du sommeil et de la fatigue. Le sixième jour après l’infection, les patients ont des maux de tête et des courbatures.

Les symptômes ne s’arrêtent pas à 7 jours

Les scientifiques étudient depuis longtemps les symptômes de l’omicron. C’est ce qu’on appelle Covid-long. De nombreux symptômes durent plus de 7 jours :

Jour 7 : Perte d’odorat, incapacité à faire de l’exercice ou à être actif.

Jour 8 : Modification du goût, difficulté à respirer.

Jour 9 : frissons sans fièvre.

Douleurs au-delà de 10 jours

Les chercheurs ont trouvé des douleurs durant plus de 10 jours : douleurs thoraciques ou articulaires, difficultés de concentration, épuisement et étourdissements. Il y a encore peu de soutien pour Covid-long, même si de plus en plus d’études montrent l’impact sur la qualité de vie des patients.

Période d’incubation d’Omicron

La période d’incubation d’omicron est le temps qu’il faut pour que les symptômes apparaissent. La période d’incubation du covid est ainsi passée d’une moyenne de 5 jours à 3 chez omicron

Est-ce moins dangereux que d’habitude ?

Il n’y avait aucun signe sérieux associé aux versions Omicron BA.4 et BA.5. Santé publique France rapportait le 7 septembre qu’une comparaison des types de virus circulant en Afrique du Sud montrait un taux de mortalité de 7,1% lors de la vague virale BA.4/BA.5, contre un taux de 10,9% lors de BA.1/ BA. 2 onde virale. Les données recueillies auprès de plusieurs hôpitaux d’Afrique du Sud ont montré que la version Omicron réduisait de 62 % le nombre de patients admis à l’hôpital.

Source : Un schéma distinct des symptômes de la COVID-19 à longue distance émerge : Étude nationale Nature 23 septembre 2022