Face à la neuvième vague du Covid-19, outre le renforcement des gestes barrières et de la vaccination, le gouvernement mise sur une autre arme préventive : Paxlovid, le traitement antiviral de Pfizer homologué en France depuis fin janvier 2022.

Lors d’une conférence de presse le vendredi 9 Le 1er décembre, le ministre de la Santé François Braun a annoncé que les médecins traitants pouvaient désormais prescrire cet antiviral à titre préventif aux patients à risque de forme sévère grâce à des « prescriptions conditionnelles ». Une annonce confirmée le lendemain par la publication d’un décret au Journal officiel.

Qu’est-ce qu’une commande conditionnelle ?

Qu’est-ce qu’une ordonnance conditionnelle ?

Concrètement, cela signifie que les médecins traitants peuvent actuellement, notamment lors d’une visite de suivi, délivrer des prescriptions préventives de Paxlovid pour une durée de trois mois aux personnes à risque de forme grave de Covid-19 si elles sont infectées. . Dès qu’ils développent des symptômes et qu’un test confirme leur infection, ils peuvent se procurer le médicament antiviral à la pharmacie. L’ordonnance doit être « présentée au plus tard 5 jours après la date d’apparition des premiers symptômes », précise le décret.

Qui pourra en bénéficier ?

L’antiviral s’adresse à deux catégories de personnes à risque d’une forme grave de Covid-19 :

Cependant, il peut y avoir des contre-indications à ce médicament. Le médecin et le pharmacien doivent également s’assurer que le patient ne présente pas de risque prévisible de développer une contre-indication à Paxlovid. En cas de modification de son état de santé ou de la liste des traitements qu’il a pris entre la mise en place de la dispense conditionnelle et l’infection au Covid-19, il est recommandé au patient de consulter un médecin avant de se rendre à la pharmacie. à donner Paxlovid.

À Lire  Une mauvaise posture ne signifie pas que vous avez mal au dos Ardoise.com

Quel est l’intérêt de Paxlovid ?

Quel est l’intérêt du Paxlovid ?

Paxlovid, qui se présente sous forme de comprimés à prendre par voie orale deux fois par jour, « permet lorsqu’il est pris pendant les trois ou cinq premiers jours de symptômes de prévenir l’évolution vers des formes sévères » de la maladie, avait rappelé fin novembre l’immunologiste Brigitte Autran, qui préside le Comité de Surveillance et de Prévision des Risques Sanitaires (Covars).

En janvier dernier, la Haute Autorité de santé (Has) indiquait que des essais cliniques avaient montré une réduction du risque d’évolution vers une forme sévère du Covid-19 (hospitalisation ou décès) d’environ 85,2% pour les patients après administration de l’antiviral. . Le nouveau sous-variant d’Omicron BQ.1.1 est « complètement sensible à cette substance », a rappelé Brigitte Autran