Impossible de passer à côté ces dernières semaines… L’épidémie de grippe est intense. Mais ce n’est pas le seul virus qui circule. Portrait robotique des symptômes pour la navigation.

Quelle est la différence entre la grippe et les autres virus qui sévissent ces dernières semaines ? La difficulté est considérable car même les agents de santé ont du mal à y faire face. Tous les patients qui défilent dans la pharmacie parisienne Ludovic Kabla affirment avoir la grippe. C’est juste qu’on a tout en même temps, explique le pharmacien. Covid, grippe et angine. De plus, il existe tous les virus respiratoires, très fréquents en hiver.

>> Covid-19 : ce que l’on sait du XBB.1.5, la nouvelle variante d’Omicron qui se répand aux États-Unis

La difficulté de symptômes communs

« C’est très compliqué de faire la distinction entre les différents virus respiratoires qui circulent, que ce soit la bronchiolite, la grippe ou la nouvelle variante Omicron du Covid-19 car ils ont des symptômes communs, donc pour tout vous dire, même nous on ne peut pas le faire,  » avoue Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Tenon à Paris. Et ces symptômes communs sont bien connus : forte fièvre, courbatures et maux de tête sévères. Autrement dit : ils sont tous communs aux autres virus respiratoires courants en ce moment. « Il y a les vieux corona virus, il y a les rhinovirus, le virus respiratoire syncytial dont on a beaucoup parlé à cause des bronchiolites de l’enfance », explique Gilles Pialoux, qui estime qu’il y a « une vingtaine » de virus qui peuvent circuler actuellement.

Comment fait-on pour s’y retrouver ? 

Le seul moyen est de se faire tester. En cas d’hospitalisation, la question n’est pas posée, le test est réalisé automatiquement. Il existe aussi des tests en médecine de ville. Ils sont appelés « trods ». Ils ne sont pratiqués que par des médecins généralistes ou des pharmaciens et sont rares. Mais face à une recrudescence des épidémies, les laboratoires ont aussi développé des tests qui détectent à la fois le Covid et la grippe. Et, selon Vincent Enouf, virologue à l’Institut Pasteur, elles sont vouées à continuer d’évoluer. « On a traversé la pandémie de Covid et on a vu que ça marche assez bien pour l’autotest. Faut-il le faire sur tous les virus respiratoires ? Vraiment, ce sont des questions qui restent sans réponse », explique le virologue. La Haute Autorité de Santé est en train d’évaluer l’efficacité des « doubles tests ». En attendant son avis, seule une partie de la loi rembourse la sécurité sociale.

À Lire  La neuvième vague de Covid-19 arrive : que savons-nous et que cherchons-nous encore sur le virus ?

Quel est l’intérêt des « double tests »?

L’intérêt de ces tests est de prédire la durée d’isolement du patient. Tous les professionnels contactés se disent favorables. Ils s’appuient sur les résultats obtenus pendant la crise sanitaire pour stopper la propagation du virus. L’argument également présenté par Ludovic Kabla, un pharmacien de Paris : il faut savoir faire « la bonne nuance, la bonne différence entre les deux, parce qu’on pourrait se dire qu’il y a la grippe ou le Covid, on ne rigole pas un peu ». en fait, on va le traiter pareil, il met un masque, se lave les mains, attention, c’est de la contamination ».

« La connaissance va nous permettre de nous qualifier, de nous dire : ici on l’a depuis neuf jours – le Covid. Mais là on l’a depuis cinq jours – la grippe. »

Ludovic Kabla, pharmacien à Paris

Il a en tout cas commandé une boîte de 800 tests à la charge des patients, au même prix qu’un dépistage Covid.