Chaque année, les automobilistes français font face à plusieurs changements. Et l’année 2023 n’y échappera pas. Entre autres, les conducteurs devront se préparer à l’extension des zones de mobilité à faibles émissions (ZFE-m), à l’augmentation des assurances et des péages ainsi qu’à la multiplication des radars. Ils auront cependant droit à quelques bonnes nouvelles comme la hausse de la prime écologique, le prêt à taux zéro en ZFE-m, le déploiement de bornes de recharge et la nouvelle prime carburant à 100 euros.

Des changements peu réjouissants…

Important Dans le cadre de la transition électrique, l’implantation des m-ZFE sera accélérée dans les métropoles avec l’interdiction des véhicules les plus polluants. Et le bonus vert pour les hybrides rechargeables a été annulé.

Les automobilistes ne seront pas épargnés par la hausse des primes d’assurance en 2023. Elle sera de l’ordre de 3 %. Ainsi, l’assuré devra débourser en moyenne 630 €, soit 19 € de plus que l’an dernier.

Pour pouvoir utiliser les autoroutes à partir du 1er février, les automobilistes devront également payer davantage de péages. Cette hausse variera entre +4,5% et 5,07% selon les sections. Seuls les utilisateurs fréquents et les propriétaires de voitures électriques bénéficieront de tarifs modérés.

… mais aussi de bonnes nouvelles

Important Parmi les avantages, le bonus augmentera en 2023 pour les ménages à faible revenu. Il devrait passer de 6 000 € à 7 000 €. En revanche, les ménages aux revenus élevés bénéficieront d’une prime de 5 000 € pour les véhicules d’une valeur inférieure à 47 000 € et d’une prime réduite de 2 000 € ou 1 000 € pour ceux dont le prix passe de 47 000 à 60 000 €.

À Lire  Quel budget pour ouvrir une pizzeria ? -

Les habitants et travailleurs de ces zones pourront prétendre à la prime complémentaire de 1 000 € en échange de la mise à la casse de leur ancienne voiture thermique et au PTZ pour financer l’achat d’un modèle électrique via un crédit auto.

En revanche, aucune aide n’est proposée pour ceux qui pratiquent le rétrofit (conversion d’un véhicule thermique vers un carburant plus vert) mais qui sont tout de même éligibles à la prime à la conversion.

Parallèlement, le développement de l’infrastructure de recharge rapide est en bonne voie avec l’objectif de 100 000 bornes au cours de l’année prochaine.

Le projet de leasing social « voiture électrique à 100 euros par mois », fortement promu par l’exécutif et destiné à verdir le parking français, est également sur les starting blocks.

Le financement prévu – 1 300 millions d’euros – a été approuvé, il devrait donc se concrétiser dans le courant de l’année prochaine.