Le boycott n’est pas la seule solution pour protester contre le désastre humain et écologique que représente l’accueil de la Coupe du monde par le Qatar. La Fédération française de football (FFF) a une bonne idée : comment réaffirmer son attachement aux droits des ouvriers qui ont participé à la construction des stades tout en permettant aux joueurs français d’exercer leur métier ?

La réponse a été donnée ce mardi 4 octobre, lors du forum Think Football à Paris. Comme le rapporte franceinfo, le vice-président de la FFF Philippe Diallo a annoncé que l’instance travaillait avec une dizaine d’autres fédérations internationales pour créer un fonds d’indemnisation des travailleurs victimes. Au nom des accidents du travail au Qatar, mais aussi pour créer un fonds. centre d’accueil pour travailleurs migrants. Autre opportunité à venir lors de cet événement sportif majeur : « faire en sorte que tous les capitaines puissent porter l’insigne de l’inclusion », a-t-il précisé.

Concernant les personnes amenées à travailler dans le camp de base de l’équipe de France pendant la Coupe du monde, la FFF a confirmé vouloir leur garantir de bonnes « conditions de travail et de rémunération ». Le minimum de cet événement, qui a coûté, rappelons-le, la vie d’au moins 6 500 personnes qui sont mortes alors qu’elles travaillaient à la construction du stade.

La création d’un fonds d’indemnisation des victimes sur les chantiers est une demande des organisations non gouvernementales spécialisées dans la protection des droits de l’homme. De son côté, le Qatar n’a pas entendu répondre à cette demande, car franceinfo a rappelé avoir déjà fait le nécessaire pour les personnes concernées.

À Lire  Règles d'Emoji : "Les culottes tachées de sang traduisent la réalité"