Corse : les associations réclament la limitation des escales des bateaux de croisière

Par SudOuest.fr avec AFPP Publié le 10/09/2022 à 16h34

Alors que l’île a connu la meilleure année de son histoire en termes de nombre d’escales, le mécontentement à l’égard des paquebots de croisière et des méga-yachts s’intensifie, comme une tendance européenne.

Des militants écologistes ont appelé à la mise en place de quotas face à la multiplication des croisières et des méga yachts en Corse, en manifestant samedi devant l’Assemblée de Corse à Ajaccio (Corse-du-Sud), niant la pollution produite. par ces navires.

Plus d’une centaine de militants de la coordination Terra, qui regroupe notamment plusieurs associations de protection de l’environnement et de la santé, brandissent des pancartes « Non à la pollution », « Vivre en bonne santé est un droit fondamental » ou encore « Non-aide à une planète en péril », a perturbé les rotations croissantes de ces navires polluants autour de l’île.

Critiquant l’utilisation « à des fins récréatives » de « grandes quantités d’hydrocarbures, des énergies fossiles qui contribuent beaucoup au changement climatique », a déclaré Muriel Segondy, porte-parole de l’association de protection de l’environnement Le Garde, citant un rapport de l’Anses (agence nationale de sécurité sanitaire ) du 17 juillet 2019, qui « confirme avec des niveaux de preuve solides, les effets sur la santé » des appels des navires de croisière.

Le militant note également qu’à « Ajaccio, comme à Bastia, la justification économique des croisières avancées n’a pas été démontrée » et « en tout cas, cela ne compense pas le coût des effets sur la santé, sur l’environnement et la vie des riverains ». ‘ environnement ».

À Lire  Inhabituel. Un couple embarque et voyage seul sur un vol Agadir-Paris

Record d’escales

Record d’escales

La Corse compte cette année un record de 473 escales de navires de croisière, dont 227 pour la seule ville d’Ajaccio.

« Alors que l’inflation nous guette et que l’on nous appelle à la sobriété énergétique maximale, selon le « CO2 yacht tracker », entre le 3 et le 9 septembre, 59 yachts de luxe ont sillonné la Corse, ils ont consommé plus d’un million de litres de carburant et produit une total de 2 667 tonnes de CO2, dont 719 tonnes de CO2 à proximité immédiate de l’île », a-t-il déclaré.

Une pétition appelant à l’interdiction des bateaux de croisière à Ajaccio face à la pollution, similaire aux actions lancées à Marseille et autour de la Méditerranée, a franchi mercredi le cap des 26.600 signataires dans une ville d’environ 71.000 habitants.

La grogne contre les paquebots de croisière s’accroît sur tout le littoral méditerranéen de la France, comme c’était déjà le cas en Espagne ou à Venise (Italie) qui a interdit ces grands paquebots de croisière dans son centre historique, classé par l’Unesco. Une campagne européenne contre le tourisme de masse est prévue fin septembre.