Comme le stress, l’influence est la relation de dominance d’une personne, de dominance sur une autre, de dominance. Les avantages pour la majorité ne sont pas toujours clairs. Dans la plupart des cas de pouvoir négatif, les bénéfices sont obtenus en tuant la victime, en la déshumanisant, en l’empêchant de se développer, d’être indépendante et de se développer. Dominé, sous contrôle, le reste à cause de la peur, de la luxure, et parfois pour des bénéfices secondaires (l’amour). Selon la gravité de la peur, elle peut entraîner des sentiments de surprise, d’humiliation, de culpabilité et d’impuissance à réagir. Cela ne touche pas seulement le domaine de l’amour, de la vie conjugale mais aussi le monde du travail, de la politique, du sport et autres.

Une relation de contrôle se développe lentement dans le temps, parfois sans douleur et surtout indétectable au début. Dans le phénomène de l’attirance amoureuse, les neurotransmetteurs effacent les signaux négatifs du partenaire de la conscience, parfois pendant 3 à 4 ans.Des signes de traumatisme existent chez la victime, mais elle ne peut pas les considérer Ils ne sont pas, au nom du doute, peut-être une vieille légende qui montre la relation entre les femmes et les hommes. Une relation contrôlée peut évoluer dans le temps d’une caractéristique positive acceptable pour tous les partenaires à différents types négatifs plus ou moins liés ou continus. Dans le cas des couples mariés, l’impact peut atteindre différents membres de la famille, en particulier les enfants.

Les comportements affectifs peuvent conduire à des actes de violence physique, mentale et sociale. L’abus et la manipulation sont des formes graves (du conflit conjugal à la violence quotidienne). Mais ne confondons pas le pouvoir avec la violence. Le contrôle peut avoir des effets négatifs sans causer directement de violence. C’est souvent dans le moment d’insensibilité, lorsque la victime demande la séparation, que la violence surgit. Lorsque des enfants sont impliqués, suite à une rupture, la vie peut être un chemin de croix assuré.

Les personnes dominantes dans certains contextes peuvent se retrouver dans une situation de contrôle. Prenons-le comme signifiant que « la majorité » est une personne qui peut se gérer, se discipliner et gérer ses interactions avec les autres de manière humaine et respectueuse. Confrontée à une situation de contrôle, elle s’est trouvée incapable de le faire.

Par contre, celui qui a de l’influence, c’est la « majorité » qui gère le rapport de propriété sans contrepartie. Il a généralement un défaut mental qui fait de lui un « dominant » ou un petit leader, généralement, sur le plan social, professionnel et relationnel. Dans la plupart des cas de problèmes, celui qui influence est dominant, faible au niveau du cerveau. Il cherche à compenser cette faiblesse par la logique puis par la violence. Souvent, il ne se rend pas compte de cette incapacité à se contrôler, à se discipliner et à respecter les relations avec les autres.

Une des stratégies pour le combattre, pour sortir de la relation d’influence, c’est de trouver cette faille, cette faiblesse, de la connaître. Cela peut permettre de rétablir le rapport de force lorsque la tension est au niveau de la folie. Ce qui est pertinent à cette prise de conscience, c’est de pouvoir sortir du travail engagé, de se débarrasser des effets de culpabilité ou de honte et de s’engager dans la mise en place de stratégies adaptées et surtout dans l’obtention d’aide Sortir de la peur permet d’être plus résilient.

Au paragraphe 25, « Ce que nous recherchons » de l’édition Gallimard, Alessandro Baricco se déplace de sa position d’écrivain professionnel pour nous faire réfléchir sur les « créatures mythiques » du monde d’aujourd’hui. Si un virus est un virus, une épidémie est une épidémie dans le monde médical, et nous traitons la maladie comme un mythe. Les créatures mythiques seront des créations humaines dans la confusion formulant des peurs, des rêves, des jugements. Le mythe est ce qui définit l’essence de ce qui se propage dans un virus. Une histoire inspire la vie. Son développement reste un mystère. De nombreux mythes façonnent la société : le mythe de l’inconscient, le mythe de l’amour et surtout de l’anti-modernité, de la virilité, de la xénophobie et de la désidentité. Le mythe de la maladie a conduit à l’impensable : stopper l’économie mondiale. Elle a permis de lancer un cri d’irrationalité, d’isolement au travail, de la nécessité de détruire et de reconstruire un autre monde.

À Lire  Top Health Award 2023 : Soin amincissant Energy Slim

Dans le cadre de cet article, le mythe à l’œuvre est celui de la domination masculine, le pouvoir de toute virilité et machisme et celui des leaders. Comment détruire cette hydre à plusieurs têtes ?

De nombreux mouvements de femmes, MeToo, sont des moyens importants de libérer la voix des femmes pour s’exprimer et se poser des problèmes. Il n’y a pas d’omelette sans casser d’oeufs. Des erreurs et des exagérations sont commises. Le tribunal public n’est pas loin. Cependant, cette approche est importante.

D’autre part, la destruction de cette hydre impose certaines conditions qui affectent directement les hommes et les femmes impliqués dans ce mythe. Au coeur des fréquentations masculines, dans cette vulnérabilité entre les uns et les autres, il faut user de la confusion des adeptes du machisme. regards, petits mots blessants, jeux sexuels pour compléter le tableau de chasse. Tout cela doit provenir de l’univers masculin. La route sera très longue.

La langue doit également être améliorée. Elle porte en elle un ADN machiste. Nous sommes à court de mots, beaucoup de mots. Comme MeToo, l’écriture est un moyen puissant d’exprimer le problème sans être une solution pour l’avenir. Prenons des exemples précis sur le mot virilité. que j’ai utilisé à la fin de l’article « Changement permanent ». Selon Larousse virilité signifie :

1- Toutes les caractéristiques physiques d’une personne mature; ce qui constitue le genre masculin : Formes de virilité.

2 – Pouvoir créateur ; pouvoir sexuel.

Le mythe de la virilité est basé sur des images de force, d’énergie, de lutte, de courage et de maîtrise. La virilité sera une panacée pour les hommes, en pratique pour les mâles dominants, alpha.

Quand je pense à de grandes grimpeuses comme Chantal Mauduit, Christine Janin et récemment Elisabeth Revol qui ont survécu au Nanga Parbat, en plein hiver avec des températures entre -50 et -60 degrés. Le mot qui devrait être utilisé est virilité spéciale.

En fait, il suffit de supprimer la relation avec « mâle » pour donner un sens non genré à ce mot.

1- Ensemble des caractéristiques physiques et mentales d’un être humain. Caractéristiques de la virilité : force, puissance, combativité, courage et habileté « Ceci s’applique à toute personne en pouvoir de décision.

2-Pouvoir générateur : le pouvoir sexuel des hommes et des femmes. La question est importante. Beaucoup d’hommes et de femmes en âge de procréer sont stériles. Cela n’affecte en rien leur capacité de virilité et de libido.

3- Position : énergie, courage, détermination, sensibilité et responsabilité, être cohérent avec la décision : acceptation des résultats. L’une des raisons de ne pas s’engager dans la vie de couple et d’avoir des enfants est le retard dans l’arrivée des premiers-nés et l’âge du mariage. De cette façon, nous pouvons détecter une grande perte de virilité chez les hommes.

Par cette transition, virilité et féminité ne s’opposent pas mais désignent deux types de nature humaine qui peuvent coexister chez une même personne. La sexualité, le genre, la virilité, la féminité peuvent être définis comme propres à chaque personne. L’histoire d’amour va changer. Celle d’un homme qui conquiert une femme protégée dans une forteresse qui, qu’il le veuille ou non, sera un peu plus âgée que celle d’un séducteur ou séductrice. Comme notre société est encore prisonnière du vieux mythe ! Pourquoi parler de « consentement » dans le texte du concile là pour exprimer clairement le besoin ou le désir de la combinaison de mettre les deux acteurs sur le même plan.