Publié le 19 novembre 2022 à 12h41 Source : JT 20.00 WE

Publié le 19 novembre 2022 à 12h41.

Vous avez peut-être déjà été approché par de faux organismes de formation qui vous incitent à leur reverser le crédit formation alloué par votre employeur.Depuis 2019, c’est le salarié lui-même qui gère cet argent, deux réseaux viennent d’être démantelés.En 2021, la fraude au CPF était estimée à 43 millions d’euros

Vous avez peut-être été approché par un faux organisme de formation vous poussant à payer des crédits de formation attribués par votre employeur.

Depuis 2019, les salariés gèrent eux-mêmes cet argent, deux réseaux viennent d’être démantelés.

En 2021, la fraude au CPF est estimée à 43 millions d’euros

Pendant plusieurs mois, de nombreux Français ont été harcelés au téléphone par des hommes qui voulaient leur répercuter les avantages du CPF et de ses crédits de formation. Les comptes de formation professionnelle (CPF), où, annuellement, les salariés collectent de l’argent en ligne, étaient à l’origine destinés à financer la formation. Mais les fraudeurs publient de fausses publicités et promettent des biens en échange de suivre la « fausse » formation : « Vous devez avoir 1 800 euros dans votre CPF. A la fin de la formation, vous recevrez un chèque cadeau de 750 euros ou un iPhone », nous peut lire sur Facebook.

À Lire  Enseignement à distance : l'accompagnement pédagogique est-il aux normes ? - La JCM | Journal du Community Manager

En 2021, la fraude au CPF était estimée à 43 millions d’euros

Derrière cette offre : la fraude. Votre compte formation est débité, aucune formation ne sera dispensée et les lots promis ne seront jamais reçus. Deux de ces réseaux ont été récemment démantelés par la gendarmerie en région toulousaine et parisienne. Ils ont, en tout, volé huit millions d’euros en un an. Jala a permis d’arrêter 14 personnes, accusées d’escroquerie en bande organisée.

« La structure criminelle comme fonction suppose d’avoir des organisations ou des agents, des logisticiens qui savent organiser des affaires, donc, avec de faux documents, et ensuite d’avoir des courtiers, des gens qui vont enquêter agressivement sur des individus », explique le général Fabrice Bouillié, chef de la centrale de renseignement. criminels de service dans la gendarmerie nationale.

Consciente de l’existence de ces fausses sociétés de formation, la Caisse des dépôts, qui gère l’argent du CPF, exige qu’elles soient agréées par une agence. Mais les escrocs s’adaptent. Certaines ont bénéficié de l’implication de ces organismes certificateurs et ont obtenu des labels pour leurs quelques dizaines d’entreprises fictives.

Cependant, ce réseau démantelé ne sera que la pointe de l’iceberg. Depuis 2020, 190 000 personnes ont signalé des entreprises suspectes. « On peut considérer qu’il y a encore des structures non identifiées. Il y a une enquête en cours qui permet de trouver plus d’argent », a commenté Jérôme Notin, directeur général de cybermalveillance.gouv.fr. Sur les huit millions d’euros de l’affaire, les enquêteurs ont récupéré près de deux millions, une somme dérisoire alors que les données établissent le chiffre frauduleux du CPF à 43 millions d’euros pour 2021.

Editeur TF1info | Reportage Ignacio Bornacin, Romane Rosso et Victor Gauquelin

Tendances de dernière minute les plus lues