Skier, patiner, skier ou même patiner… Les sports d’hiver sont sans tracas et amusants, prenez des précautions particulières avant de vous lancer dans la poudreuse. Le conseil du Dr Julien Mirabel, médecin généraliste de Savoie est d’éviter l’accident.

Chaque année, près de 140 000 personnes se blessent en skiant. Faire 6 à 8 heures de ski par jour est vraiment plus dur pour votre corps que vous ne le pensez, et encore plus si vous faites un peu d’exercice tout au long de l’année.

« On oublie souvent que le ski ou le snowboard, c’est amusant, mais avant tout sportif ! », insiste le Dr Julien Mirabel, médecin généraliste à Lanslevillard en Savoie. Pour ne pas finir à l’hôpital, un peu de préparation s’impose. Voici ses suggestions.

Travaillez les muscles de cuisses

« Le mieux est de faire du sport tout au long de l’année », conseille le Dr. Mirabel. Pour ceux qui n’ont pas le temps et/ou l’envie, « il faut s’entraîner au moins un mois avant d’aller à la montagne ». Dans le programme? « Faites du vélo, courez… travaillez votre endurance et, si possible, faites de la musculation.

Pour descendre la pente, les quadriceps (les muscles à l’avant de la cuisse) sont les plus sollicités. Pour travailler, rien de tel que l’exercice de la chaise. L’idée? Dos appuyé contre le mur, jambes fléchies, vous agissez comme si vous étiez assis sur une chaise invisible. Vous devez maintenir la position pendant 30 à 60 secondes et répéter 3 à 4 fois.

Autres excellents exercices : les squats et les fentes. Enfin, renforcez la ceinture abdominale, cambrée, en faisant la planche : en appui sur les mains et les orteils, vous faites une planche droite, en gardant les abdominaux, dos droit.

Équipez-vous correctement

« Si 96 % des enfants portent un casque, les adultes seulement 70 %, s’écrie le Dr Mirabel. Grave erreur ! Cela ne prévient pas les blessures à la tête, mais limite leur gravité.

Le casque sauve des vies en montagne, tout comme le port de la ceinture de sécurité dans une voiture. Quant aux autres équipements – skis, chaussures… -, « doivent être adaptés au modèle (pente améliorée, peau…), au poids, à la taille ». Par exemple, les débutants choisiront des chaussures confortables, mais les experts s’autoriseront des chaussures plus dures et meilleures, mais auront besoin de plus de contrôle.

À Lire  Sites de sports d'hiver : un début de saison mitigé

« Les débutants devraient également choisir des skis plus petits, qui sont plus faciles. » Pour les snowboarders, les protège-poignets sont l’aide indispensable, « car vous réduisez les risques de casse ».

Pour éviter les douleurs aux genoux, le réglage des sangles est également important. Même si vous êtes propriétaire de votre matériel, pensez à le faire vérifier par un professionnel au moins une fois par an.

Respectez le code des pistes

Les bons outils n’ont pas à donner un sentiment d’invincibilité. Car à grande vitesse, le casque n’est pas toujours épargné… Pour éviter chutes et accidents, il reste important de maîtriser sa vitesse. En 2019, plus d’un quart des blessures à la tête ont été causées par des collisions.

Buvez de l’eau

Vous ne pouvez pas imaginer faire du vélo pendant 5 heures sans transporter votre bouteille d’eau, alors pourquoi être différent lors d’une journée de ski ? En plus de bien s’hydrater, il faut bien s’alimenter, pour éviter de se sentir mal.

« Il ne faut pas rater le petit-déjeuner, précise notre expert. On met aussi des barres de céréales ou un bouquet d’amandes ou de fruits secs dans le sac à dos », pour se redonner de l’énergie en cas de besoin. Une autre chose qui doit être renouvelée toutes les 2 heures, c’est le facteur de protection solaire 50. En raison du cocktail élevé + la réverbération des rayons sur la neige peut sérieusement endommager la peau, même par temps nuageux Pensez également à protéger vos lèvres. Quant aux yeux, il faut des verres de catégorie 3 ou 4. Ainsi vous évitez la photokératite, une inflammation très douloureuse de l’œil…

Faites des pauses

Dernier conseil, mais pas des moindres : sachez vous écouter. « Par exemple, faire des morceaux adaptés à votre situation, mais surtout ne pas suivre des amis sur un noir si vous ne le sentez pas. » Savoir dire non peut littéralement vous éviter une visite chez le médecin ou, dans certains cas, aux urgences.

Il ne s’agit pas non plus de « suivre » lorsque vous êtes fatigué et que vos jambes commencent à trembler. La plupart des accidents se produisent avant midi ou en fin d’après-midi. À bout de souffle, les surfeurs ne bougent plus. En évitant ces écueils, vous êtes sûr de passer des vacances agréables et reposantes. Bon surf !

Notre expert : Dr Julien Mirabel, médecin généraliste à Lanslevillard (Savoie).