Cinq questions à se poser pour trouver la bonne croisière fluviale.

Fluviale ou océanique?

« Les croisières fluviales sont complètement différentes des croisières maritimes. La première chose qu’il faut savoir, c’est laquelle est conçue pour nous », explique Cristelle Cormier, directrice des ventes et du marketing chez Tours Chanteclerc. Lors d’une croisière fluviale, les bateaux sont beaucoup plus petits, généralement avec 80 à 100 cabines, toutes à l’extérieur. Il n’y a souvent qu’une seule salle à manger et du point de vue du divertissement, il n’y a pas de grand spectacle comme les grands navires de 5000 passagers. Les services sont plus limités ; Par exemple, tous les bateaux n’ont pas de piscine, et s’ils en ont, c’est souvent une mare d’eau.

En revanche, une croisière fluviale présente un avantage non négligeable du fait de la petite taille des bateaux. « Les bateaux sont amarrés près du centre-ville ou de la ville historique, ce qui permet d’être plus indépendant. Nous pouvons entrer et sortir de ces hôtels flottants à notre guise pour explorer chaque destination.

« Les croisières fluviales s’adressent aux personnes qui souhaitent visiter, vivre sur place et manger des plats typiques. C’est aussi une belle façon de découvrir la vie nocturne », explique Sylvie Ouimet, conseillère croisières chez Voyages Traditours.

Toutefois, voyager sur de plus petites embarcations a un prix, explique Pierre-Olivier Fortin, conseiller en communication de CAA-Québec. « Les croisières fluviales sont généralement plus chères que les croisières maritimes car le ratio employés/passagers est plus faible. Il y a plus de monde à bord pour s’occuper de nous. Le rythme est également plus détendu et l’absence de grosses vagues aide ceux qui souffrent du mal des transports.

Les trois conférenciers sont d’accord : les croisières fluviales sont de plus en plus demandées tant sur le marché québécois qu’à l’étranger. « Il faut réserver plus tôt que pour une croisière en mer, soit 9 à 12 mois avant le départ », précise M. Fortin. Les bateaux se remplissent vite… »

Quel itinétaire choisir?

L’Europe reste le continent de prédilection pour les croisières fluviales. Mais le Douro et le Danube ne traversent pas les mêmes paysages et n’offrent pas les mêmes expériences aux voyageurs.

« Il y a des croisières fluviales pour tous les goûts, précise Sylvie Ouimet. On pense souvent à tort qu’il s’agit d’une formule pour les retraités, mais les 35-45 ans peuvent aussi en bénéficier.

Ceux qui aiment les grandes villes et les musées apprécieront un parcours sur le Danube ou la Volga pour voir Moscou et Saint-Pétersbourg. Pour les petits villages typiques (et romantiques), Mme Ouimet propose de privilégier le Rhin ou la Moselle. Pour les amateurs de vin, le Douro portugais est idéal. L’Elbe et la Vltava (Moldau en allemand) ravissent les passionnés d’histoire. Cette dernière destination est également en plein essor, indique un conseiller de Traditours. « C’est une nouvelle destination pour les amateurs de croisières fluviales qui ont déjà navigué sur le Rhin et le Danube. »

À Lire  Route du Rhum 2022 : "Pointe-à-Pître est de retour" - Guadeloupe 1.

A savoir : d’un groupe à l’autre, les parcours sur une rivière donnée sont souvent les mêmes. En effet, il est difficile de circuler sur le Danube sans s’arrêter à Vienne… La compagnie se distingue de ses concurrents par le niveau de service et le confort des bateaux. Pas tout à fait sur votre propre itinéraire, pré-suivi depuis les méandres de la rivière.

En français ou en anglais?

« On peut partir en croisière dans un environnement entièrement français », précise Cristelle Cormier. Faire des visites guidées dans notre langue peut être très intéressant. Cependant, certaines entreprises imposent un nombre minimum de francophones pour offrir des services en français.

La solution? Choisissez une entreprise comme CroisiEurope, dont la plupart des clients sont français. Ou renseignez-vous auprès de certains voyagistes du Québec qui réservent des bateaux complets sur certaines routes.

Photo par Ilvy Njiokiktjien, Archives du New York Times

Amsterdam se visite très bien en toute autonomie, sans autre guide qu’une bonne vieille carte, souvent à bord du bateau.

En groupe ou en autonomie?

Autre critère à prendre en compte lors du choix d’une croisière fluviale : le degré de liberté souhaité.

Sur certains itinéraires, il est presque impossible d’explorer la destination par vous-même ; il faut alors revenir aux visites guidées. C’est comme ça en Bohême en République Tchèque, où les villages sont situés loin de la Vltava. Selon Sylvie Ouimet, le Douro avec ses villages est également plus adapté aux visites de groupe. Mais Budapest, Bratislava, Vienne, Prague, Amsterdam ou Moscou peuvent très bien se visiter en toute autonomie, sans guide autre que la bonne vieille carte qui se trouve souvent à bord du bateau.

Pour ceux qui veulent éviter les foules de croisiéristes arrivant à destination, Cristelle Cormier recommande d’éviter les mois de pointe européens de juin, juillet et août.

Tout-inclus ou non?

À première vue, la formule tout compris a quelque chose d’attrayant. Pas besoin de mettre la main à la poche pour payer l’alcool, les excursions, les pourboires, la location de vélos… « Les Québécois aiment les croisières tout compris parce que c’est une façon de faire des choses qu’ils ont déjà vécues lors de leur voyage dans le sud », note Pierre-Olivier Fortin.

Cristelle Cormier estime que cette formule, pratiquée principalement par des entreprises de premier plan, n’est peut-être pas la meilleure pour tout le monde. « Il faut voir si on en a pour son argent. Un voyageur qui consomme peu d’alcool, par exemple, risque de payer cher pour rien. Il en va de même pour une personne qui veut plus de temps libre et moins de visites guidées.

Par conséquent, il est nécessaire de vérifier attentivement les additifs avant de faire un choix définitif. Certaines compagnies affichent des prix plus bas, mais chaque visite est en supplément. Idem pour un verre de mousseux sur le pont en milieu d’après-midi…

Photo d’Alexander Zemlianichenko, archives Bloomberg

Ceux qui aiment les grandes villes et les musées apprécieront un itinéraire sur le Danube ou la Volga pour voir Moscou (notre photo) et Saint-Pétersbourg.