En nous permettant de retrouver rapidement un souvenir ou une expérience passée, la mémoire est la clé de l’efficacité dans notre quotidien. Il n’est pas nécessaire de penser aux électrodes implantées dans le crâne pour améliorer nos facultés : de simples astuces ont scientifiquement prouvé leur validité.

La mémoire a différents aspects : mémoire de travail (à court terme), mémoire sémantique ou épisodique, mémoire procédurale, mémoire procédurale ou encore mémoire perceptive, mémoire perceptive (liée aux sens). Tous ces souvenirs sont interconnectés par des interactions neuronales complexes. Des études scientifiques ont montré qu’un certain nombre de facteurs influencent notre capacité à mémoriser ou à rappeler des souvenirs.

Réviser intelligemment

En lisant un texte une seule fois, même attentivement, son contenu sera mieux retenu. Le meilleur moyen de se souvenir de quelque chose est de le mémoriser encore et encore sous différentes formes (par exemple en faisant un « mini-quiz » sur une tâche, à travers des fiches ou des schémas récapitulatifs, etc.). Ce « va-et-vient » entre la mémoire à court terme et à long terme permettra au cerveau d’encoder plus efficacement les informations.

Booster sa mémoire en faisant de l’exercice

Plusieurs études épidémiologiques ont montré une corrélation claire entre l’activité physique et la mémoire. On pense généralement que les hormones produites pendant les sports, telles que la noradrénaline et la noradrénaline, jouent un rôle dans le processus d’attention. Pour gagner en efficacité, il faut cependant patienter quelques heures après avoir appris à enfiler ses baskets.

Lire pour faire travailler ses neurones

Cela commence à la maternelle, se poursuit à l’école primaire, apprendre à lire aide à développer l’activité cérébrale et la plasticité. La lecture permet d’illustrer des concepts abstraits, elle arrête le temps et met son lecteur dans un état de détente où l’esprit vagabonde naturellement et chasse les pensées toxiques, ce qui combat l’anxiété. Beaucoup de scientifiques ne sont pas loin de penser que la lecture, en stimulant notre imagination, développe notre machinerie cérébrale, comme une forme de gymnastique qui nous rend plus performants.

La lecture favorise la mémorisation, enrichit le vocabulaire et donc l’expression orale. Il réduit les lectures de tension artérielle et les minutes de fréquence cardiaque. Rien de tel qu’un livre pour tomber facilement dans les bras de Morphée, sa lecture aide à se préparer à une bonne nuit de sommeil en envoyant un signal au cerveau. Mais ceci n’est valable que pour la lecture « traditionnelle », pas pour la lecture sur des supports électroniques (tablettes, smartphones, ordinateurs, liseuses) qui envoient la lumière bleue des LEDLEDs.

Espacer ses séquences de révision

Il vaut mieux étaler ses séquences d’apprentissage dans le temps plutôt que de les entasser au dernier moment. Émilie Gerbier, maître de conférences à l’Université de Sophia-Antipolis et spécialiste de l’apprentissage, recommande d’espacer progressivement ses séances de révision pour renforcer la mémoire selon le schéma suivant : le soir même, le lendemain, quatre jours plus tard, puis sept jours plus tard.

À Lire  Nisso Mamedova, tiktokeuse en Ouzbékistan

Apprendre ses leçons le soir

Le sommeil consolide la mémoire : pendant le sommeil, les neurones établissent de nouvelles connexions entre eux et organisent les souvenirs. Une étude menée par le Laboratoire d’étude des mécanismes cognitifs (EMC) de Lyon a montré que les élèves qui révisent leurs cours du soir retiennent en moyenne 40% d’informations en plus que les autres. Cependant, ce mécanisme est plus efficace chez les jeunes que chez les personnes âgées.

Mâcher du chewing-gum

Selon une étude publiée en 2011, mâcher du chewing-gum pendant le processus d’apprentissage conduirait à de meilleurs résultats aux tests. Mais une autre étude de l’Université de Cardiff a contredit cette affirmation, expliquant que l’attention portée au processus musculaire a un impact négatif sur la pleine conscience. En réalité, les deux ne sont pas totalement opposés : le chewing-gum affecterait la mémoire à court terme mais permettrait de se concentrer sur des tâches complexes et de lutter contre le stress.

Créer des parcours et des histoires

Une technique favorite des stars des champions de la mémoire, comme Sébastien Martinez, champion de France 2015, la technique « Palais de la mémoire », où chaque information se voit attribuer un emplacement de stockage appelé (par exemple, l’armoire de sa chambre) , tu peux. pour retrouver des souvenirs en trouvant un chemin de retour à travers la maison. Vous pouvez également connecter les informations à retenir avec des concepts amusants ou des personnages familiers, puis créer une histoire avec.

Fuir la routine

Passer vos journées à remplir des puzzles de sudoku pourrait faire de vous un champion du monde de sudoku, mais cela n’améliorera pas vos capacités cognitives. Le cerveau se nourrit de nouvelles expériences pour créer des connexions entre les neurones. Par exemple, vous pouvez emprunter un itinéraire différent pour vous rendre au travail ou modifier la préparation de votre petit-déjeuner.

Dessiner

Selon une étude canadienne publiée en 2018, les individus ont plus de facilité à retenir des mots qui ont été dessinés plutôt qu’écrits. Les chercheurs expliquent que le dessin implique plusieurs types de mémoire (spatiale, visuelle, verbale, motrice, etc.) et que, par conséquent, davantage de zones du cerveau peuvent être activées en stockage. Ce serait encore plus valable pour les personnes âgées que pour les plus jeunes.

Boire du café

Selon une étude de 2014 de l’Université Johns-Hopkins de Baltimore, la caféine améliore la mémoire pendant au moins 24 heures, y compris la mémorisation des détails et la distinction des images. Elle aurait aussi un effet protecteur contre le déclin cognitif et notamment la maladie d’Alzheimer. Une autre étude de 2016 a confirmé ces résultats en expliquant que la caféine inhibe les hormones du stress responsables du déclin cognitif.

Retracer sa journée

Entraînez-vous tous les soirs à recréer le fil de notre journée : ce que vous avez fait, qui vous avez rencontré, ce que vous avez dit, etc. Ce simple exercice corrige les informations et permet de construire des chemins de récupération qui pourront ensuite servir à restaurer une autre notion acquise. D’où l’importance de prêter attention aux détails dans votre quotidien.