Des modalités proches des examens auto et moto

Contrairement aux examens théoriques auto et moto, qui sont supervisés par le ministère de l’Intérieur, les examens théoriques bateau pour les options « Côtier » et « Eau Intérieure » sont – eux-mêmes – sous le contrôle du ministère de la Mer. cela, il y a beaucoup de similitudes.

Les examens des permis côtiers et fluviaux sont organisés par des opérateurs privés et non plus par l’Etat, qui passent tous déjà les ETG et ETM. Il s’agira de La Poste, Code’n Go!, SGS Objectifcode et Dekra. Ces opérateurs sont présents dans toute la France.

Après une formation théorique obligatoire en bateau école (les candidats libres n’existent pas pour le permis bateau), le candidat peut s’inscrire directement sur le site de l’opérateur. A ce jour uniquement La Poste et Code’n Go ! permet la réservation de séances.

Le coût de l’examen est de 30 €. Pour s’inscrire, le candidat a besoin de son numéro OEDIPP (correspondant au numéro NEPH). Il doit se présenter à l’examen avec une pièce d’identité.

Comme pour l’ETG et l’ETM, l’examen se déroule sur tablette et contient désormais 40 questions. Pour obtenir leur code de démarrage, les candidats doivent faire un maximum de 5 erreurs. Les questions à étudier restent les mêmes qu’avant la réforme.

Les résultats sont communiqués par e-mail très rapidement (entre 5 minutes et une heure) après l’examen, ce qui permet aux candidats de repasser rapidement le test en cas d’échec.

À Lire  Comment payer vos heures de licence et vos heures de formation professionnelle

Des délais raccourcis pour les candidats

Cette réforme du code nautique devrait profiter aux bateaux-écoles et aux candidats. En effet, jusqu’alors les examens étaient gérés par l’Etat et le nombre de sessions disponibles était largement insuffisant. Laissant passer l’examen théorique comme préalable à la formation pratique, les temps d’attente dans les bateaux-écoles se sont allongés… d’autant plus que la saison estivale approchait.

Pour Laurent Dillenschneider, président de la section nautisme de l’ESR Mobilians et gérant de l’Auto-moto-Bateau école Champ de Mars à Nemours, c’est « une vraie bouffée d’oxygène pour les bateaux-écoles, notamment ceux de Paris et de Lyon ». ajoute « cette réforme était nécessaire et nous l’attendions depuis des années. »

Ces délais raccourcis devraient profiter aux candidats. Ils auront plus de flexibilité pour passer leur examen, tant en termes de lieu que de date (plus de sessions).

L’épreuve pour l’extension hauturière reste inchangée

L’extension hauturière est un test « sur table », avec notamment des tracés à faire sur la carte nautique, elle ne peut s’inscrire dans ce nouveau cadre : ce sont donc les services de l’Etat (Direction Mer et Littoral ou services qui gèrent les eaux intérieures qui gèrent) qui continuera à organiser les tests de licence offshore.