En effet, aujourd’hui, choisir l’arbre est devenu très compliqué. Il n’y a pas si longtemps, les deux seules complications liées au choix d’un arbre étaient qu’il était de la bonne taille pour la pièce et qu’il était à peu près droit.

Aujourd’hui, de nouvelles considérations écologiques entrent en jeu. Alors se pose la question des alternatives : l’arbre en plastique, le poke tree, l’arbre en pot, pas d’arbre du tout, la guirlande lumineuse en forme d’arbre, ou encore pour les plus créatifs d’entre nous, le cactus, ou le yuka de Noël. Mais s’il y a tant d’alternatives et si le choix n’est pas si simple, c’est qu’on a affaire à ce qu’on appelle un dilemme moral.

Comment marche un dilemme moral ?

En philosophie, une situation de dilemme moral est une situation où il n’y a pas de bon choix. Ou si vous préférez, chaque option possible présente son lot de difficultés, ou de compromis moral. Cela dit, ce n’est pas trop attrayant, mais c’est ce qui se passe avec notre histoire de choisir un arbre aujourd’hui. L’arbre naturel c’est la tradition mais c’est quand même choisir d’avoir un arbre mort dans son salon, l’arbre en plastique, ben c’est du plastique… et le plastique c’est mal maintenant. L’arbre en bois, souvent il faut lui faire traverser la moitié de la planète, et pas d’arbre du tout, c’est se priver de la tradition, et du rituel, et cela risque de décevoir les enfants…

Pas de bonne option donc, et nous voilà plongés dans l’embarras. L’embarras moral car il éveille notre conception du bien, et repose sur notre responsabilité personnelle car il n’y a pas de « loi des sapins » pour dire ce qu’il faut, et encadrer notre action. (Eh bien oui, il y a beaucoup de lois Sapin en France du nom d’un ancien ministre de l’Economie, mais liées à la corruption et à la transparence de la vie publique. Donc ça ne nous aidera pas trop ici). Il n’y a donc pas de loi, mais un nombre croissant de nouvelles injonctions liées à la transformation écologique que nous devons accomplir.

À Lire  Quelles compétences pour un digital marketer ?

Pourtant, tout n’est pas perdu

%C3%80%20r%C3%A9%C3%A9couter :

Le%20fir%20o%20Na%C3%ABl

La philosophie morale contemporaine aime les dilemmes moraux et les utilise même comme un outil pour clarifier nos positions morales. On les appelle aussi des expériences de pensée : des choix qui semblent impossibles, mais qui nous amènent à prendre conscience des difficultés.

Le plus célèbre est le fameux problème du tramway : imaginez que vous êtes dans un tramway roulant à toute vitesse sur une piste, les freins ont lâché et soit vous ne faites rien et tout le tramway va s’éjecter et l’accident peut faire de nombreuses victimes. Soit vous tirez sur un levier d’aiguillage qui arrêtera le train, mais serrez au passage deux ouvriers qui travaillent sur cette voie d’arrêt d’urgence. D’où le dilemme : peut-on choisir de tuer deux personnes pour en sauver des dizaines ? Pas de choix idéal mais en fonction de la réponse que vous donnez à ce dilemme vous déterminez une certaine idée de ce qui est mieux, mieux ou moins pire d’une certaine manière.

Je vous propose donc d’aborder le choix du sapin selon cette expérience de mode de pensée, permettant d’expliquer les raisons du choix et les résultats prévisibles, et vous pouvez le faire chez vous, en famille ou entre amis, en tant que petit exercice de philosophie morale appliquée.