Chute de cheveux, nausées, constipation… les effets secondaires causés par le traitement du cancer sont nombreux et les symptômes parfois difficiles à soulager. Des conseils pratiques de nos experts pour vous aider à faire face aux effets secondaires de la chimiothérapie.

Grâce aux antiémétiques, prescrits en prévention, vous ne vomissez presque plus. Contre la sensation de nausée qui subsiste, plusieurs études montrent l’intérêt du gingembre (à raison de 1 à 1,5 g d’extrait sec par jour, à répartir en plusieurs prises, à partir de 3 jours avant la séance), mais demandez toujours conseil à l’équipe soignante pour éviter les surdoses.

Manger plusieurs petits repas légers tout au long de la journée d’aliments froids sans odeurs fortes peut aider.

2. Pour retrouver l’appétit, essayez de vous amuser

2. Pour retrouver de l’appétit, chercher à se faire plaisir

Entre les nausées et certains traitements qui altèrent le goût et créent des effets secondaires oraux, il y a souvent une perte d’appétit. « Pour éviter le risque de dénutrition, il faut aller vers ce qui donne envie, même si ce n’est pas très équilibré », explique le Dr Florian Scotté, vice-président de l’Association francophone des soins de support oncologiques. « Aller au marché et cuisiner, même des choses simples, ça aide beaucoup », observe Virginie Montagnier, infirmière en chimiothérapie.

Sucer des menthes pendant l’infusion diminue le goût désagréable dans la bouche déclenché par la chimiothérapie.

3. Pour réparer la peau du corps, une hydratation intensive avec les bonnes crèmes

3. Pour réparer la peau du corps, une hydratation intensive avec les bonnes crèmes

Les médicaments de chimiothérapie assèchent la peau. Pour compenser les effets secondaires des traitements anticancéreux sur la peau, utilisez une huile de douche sans savon ou sans parfum et un lait ou une huile démaquillante pour le visage, puis hydratez matin et soir avec une crème onctueuse. Si la peau de la paume des mains et de la plante des pieds est très rouge et se desquame par plaques (syndrome mains-pieds), choisissez un baume ultra-nourrissant à base d’urée.

« L’appliquer en couche épaisse et entourer les mains ou les pieds d’une serviette chaude ou de gants et de chaussettes pendant 20 à 30 minutes apaise ces effets secondaires », explique Mado Kitenge, onco-esthéticienne. Une pédicure pour éliminer les callosités avant de commencer la chimio réduit également le risque.

4. Pour protéger vos ongles des mains et des pieds, le vernis et l’huile de ricin

4. Pour protéger ses ongles de mains et pieds, vernis et huile de ricin

Certains traitements peuvent entraîner des effets secondaires sur les ongles, les fragiliser, les tacher, les dédoubler… Selon le protocole choisi, il pourra vous être proposé de porter des gants et des chaussettes froides lors de la séance de chimiothérapie, afin de réduire la microcirculation dans le doigts et protéger les ongles. « Il aide aussi à prévenir les douleurs neuropathiques aux mains et aux pieds associées à certains médicaments de chimiothérapie », ajoute le Dr Florian Scotté.

Dans tous les cas, « appliquez pendant au moins 3 mois, une base de silicone organique transparente, donc parfaite aussi pour les hommes, puis une couche de vernis couvrant pour protéger des rayons UV qui fragilisent et jaunissent les ongles », conseille Mado Kitenge. Appliquez chaque soir un peu d’huile de ricin à la base des ongles pour les renforcer. Portez également des gants pour laver la vaisselle ou nettoyer et évitez de taper avec vos ongles sur la table ou le clavier.

5. Contre la fatigue due au traitement du cancer, rien ne vaut l’activité physique

5. Contre la fatigue due au traitement contre cancer, rien ne vaut l’activité physique

C’est peut-être contre-intuitif, mais pratiquer une activité physique selon vos possibilités brise le cercle vicieux de la baisse d’énergie. Il réduit la fatigue d’environ 25%. L’idéal est de 150 minutes d’activité modérée à intense par semaine (vous devez au moins commencer à transpirer), qui peut être divisée en deux à cinq séances. Trop fatigué ? Bouger, même par tranches de 10 minutes, ou simplement marcher plus, c’est déjà bien. « Il est important que l’activité soit adaptée à ses capacités du moment, pour ne pas s’épuiser et éviter les douleurs musculaires, et s’il y a anémie, donner un traitement avant, par exemple une supplémentation en fer en cas de carence », nuance le Dr. Le centre où vous êtes pris en charge, ou des associations telles que Cami (sportetcancer.com) ou Siel Bleu (sielbleu.org) peuvent vous orienter vers un coach formé à l’activité physique adaptée.

À Lire  8 conseils pour un cœur en bonne santé

6. Si votre cerveau est « dans le brouillard », gym cérébrale

6. Si on a le cerveau “dans le brouillard”, de la gym cérébrale

Difficulté à se concentrer ou à lire, à se souvenir des noms et des dates. .. C’est ce qu’on appelle le « cerveau chimio ». « Pour stimuler votre cerveau, utilisez des jeux comme le Sudoku, les mots fléchés, ou plus fun, installez une application sur votre téléphone pour jouer quand vous avez 5 minutes, y compris pendant le traitement. Ou inscrivez-vous aux ateliers onCogite, également proposés en visio », conseille Virginie Montagnier. Avec l’accord du médecin, vous pouvez également essayer le ginseng américain (en Qiseng, de l’Olisma, par exemple), recommandé par l’AFSOS (Association francophone de soins d’accompagnement en oncologie) en cas de fatigue physique et intellectuelle sévère.

Application CogniFit ou HAPPYneuron, ateliers sur oncogite.com, adhésion : 20 €.

7. Contre les plaies buccales, une application préventive de bicarbonate de soude et de rhume

7. Contre les maux de bouche, une application préventive de bicarbonate et de froid

Le traitement du cancer provoque parfois des effets secondaires au niveau des muqueuses (mucosite) avec la présence de rougeurs, d’aphtes, de douleurs et de lésions à l’intérieur de la bouche. La baisse du nombre de globules blancs peut également vous rendre plus sensible aux infections telles que la candidose.

En prévention, évitez les aliments acides ou astringents qui fragilisent les muqueuses : tomate, citron, épices, fruits à coque, ananas, gruyère… et buvez beaucoup (eau, thé, tisanes…).

« Pour maintenir un pH alcalin et éviter la colonisation par des champignons, nous conseillons après chaque brossage, un bain de bouche avec une pincée de bicarbonate de soude dilué dans de l’eau claire. Cela favorise également la cicatrisation des petites lésions », explique le Dr Scotté. Sucer des glaçons ou des sucettes glacées apaise ces effets secondaires à court terme.

8. En cas de constipation, buvez beaucoup

8. En cas de constipation, boire beaucoup

Si les antiémétiques ou les médicaments provoquent la constipation, avaler un verre d’eau fraîche à jeun peut aider. Il faut aussi boire régulièrement dans la journée : eau type Hepar, thé, bouillons, soupe… selon ce qui marche le mieux. Il est conseillé, si possible, d’avoir une alimentation riche en fibres (pain complet, crudités, pruneaux ou jus de pruneaux, etc.), et de bouger davantage, marcher ou faire du vélo pour réduire les symptômes. Des laxatifs doux (Contalax, Dulcolax, Movicol, Forlax…) ou des gelées (Lubentyl, Transulose, Lansoyl…) sont parfois nécessaires pour lutter contre la constipation, mais toujours sur avis du médecin.

9. Médicaments contre la diarrhée

9. Des médicaments contre la diarrhée

L’immunothérapie qui complète le parcours de la chimiothérapie des cancers du sein triple négatifs peut accélérer le transit. Le dropizal (à base d’opium), le lopéramide ou les acides biliaires (delursan et génériques), qui ont fait leurs preuves dans cette indication, peuvent être pris pendant quelques jours. En même temps, évitez d’attaquer la muqueuse du tube digestif avec des jus de fruits, des épices, etc.

10. Contre les boutons, un maquillage adapté

10. Contre les boutons, un maquillage adapté

Les thérapies ciblées comme la chimiothérapie peuvent provoquer des effets secondaires sur la peau, tels que des démangeaisons et des éruptions cutanées qui ressemblent à de l’acné. Il faut continuer à hydrater sa peau et les ateliers beauté apprennent à utiliser du maquillage correcteur non comédogène (par exemple la gamme Couvrance d’Avène). Si cela ne suffit pas, un médecin ou un dermatologue peut prescrire des corticostéroïdes topiques pour atténuer ces symptômes.

Conseil complémentaire de l’oncologue : un casque rafraîchissant contre la chute des cheveux

Le conseil en plus de l’oncologue : un casque réfrigérant contre la perte de cheveux

« Dans certaines chimiothérapies, placer un bonnet refroidissant sur cheveux mouillés 15 minutes avant le début du traitement et jusqu’à 15 minutes après, le changer toutes les 20 à 30 minutes pour qu’il reste bien froid, évite ou limite la chute des cheveux en plus de la moitié des cas », explique le Dr Florian Scotté.