Quatre responsables d’auto-école exerçant dans le secteur de Châteaubriant (Loire-Atlantique) expriment leur désarroi face au manque d’inspecteurs du permis de conduire.

Les auto-écoles de la région activent le «  avertissement ». Quatre de ceux qui travaillent dans le secteur de Châteaubriant (Loire-Atlantique) ont décidé d’unir leurs voix pour exprimer leur mécontentement.

«  Nous sommes confrontés à une véritable pénurie de places d’examen pour le permis de conduire », explique Domnin Alloyer, gérant d’Europ Auto-école, rue de la Barre.

Quatre inspecteurs pas encore remplacés

Cette pénurie constatée depuis le printemps 2022 rallonge sans cesse les délais d’attente des apprentis conducteurs qui veulent se procurer le précieux sésame. Le nombre d’inspecteurs autorisés à administrer les examens dans le département est bien en deçà des besoins de la région.

Élodie Leclair, associée à Éric Briand à la tête de l’auto-école Nord 44, constate un sous-effectif constant. « Actuellement, quatre inspecteurs, non remplaçables, sont en arrêt de travail dans le département. Un autre a pris sa retraite en septembre et ne sera remplacé qu’en avril. »

Ainsi, 19 inspecteurs sur les 24 présents en Loire-Atlantique peuvent actuellement passer le permis de conduire.

Une diminution de 30 à 40 % du nombre de places

A cela s’ajoute la mise en place d’un nouveau système d’attribution des places depuis le 1er juillet 2022, qui limite encore l’accès à l’examen pour les petites structures. Elodie Leclair explique : «  Le nombre de places aux examens est déterminé en fonction du nombre de moniteurs dans chaque établissement. Avant, il était calculé en fonction du nombre d’inscrits. »

L’auto-école Europ, l’auto-école Nord 44, l’auto-école et l’auto-école Hubert Juguin (basées à Rougé et Sion-les-Mines) constatent toutes une baisse de 30 à 40 % du nombre de places.

Une baisse qui tombe au plus mauvais moment pour les auto-écoles, qui font également face à une hausse de la demande. « Le nombre d’inscriptions a augmenté. Les particuliers peuvent désormais utiliser leur CPF (compte personnel de formation, ndlr) pour financer leur permis de conduire. Une aide du ministère a aussi été mise en place », note Élodie Leclair.

« Ici le permis c’est une nécessité »

La fermeture récente de l’auto-école Top 2000, face à la poste de Châteaubriant, a également eu un impact sur l’activité des quatre entreprises castelbriantaises. «  Nous avons dû absorber les effectifs sans recruter de nouveaux moniteurs et donc avoir accès à plus de places d’examen », résume Domnin Alloyer.

À Lire  CPF pour le financement du permis de conduire

Les managers sont donc contraints de rallonger au maximum les délais. Un apprenant doit désormais attendre en moyenne 3 mois après avoir obtenu son code d’autoroute avant de commencer à conduire. « Avant, les élèves pouvaient faire la conduite en même temps, raconte Élodie Leclair.

Les délais de reprise du permis de conduire après un échec ont également été allongés. « Cela prend maintenant 3 à 6 mois, alors qu’avant on pouvait le parcourir en trois semaines. On n’arrive plus à faire notre travail correctement. »

L’alternative de la conduite supervisée

En plus de mettre la pression sur les étudiants lors de l’examen de conduite, ces retards peuvent entraîner des limitations de vie importantes. Dommin Alloyer le constate au quotidien. « Ici, le permis est une nécessité pour les jeunes qui veulent entrer sur le marché du travail. »

Dans ce contexte, les responsables d’auto-écoles tiennent à rassurer les familles. « Certains ont du mal à comprendre ces changements, et c’est normal. Dans un premier temps, on va leur expliquer la situation. »

Pour éviter que leurs élèves ne perdent la main après l’obtention de leur diplôme, les auto-écoles proposent une alternative : la conduite encadrée. Il donne à tous les conducteurs de plus de 18 ans la possibilité de s’entraîner avec un guide avant de pouvoir passer l’examen de conduite. « C’est une solution de secours pour résoudre ce manque de places. »

L’arrivée de nouveaux inspecteurs du permis de conduire en Loire-Atlantique est très attendue. 100 nouveaux inspecteurs sont annoncés pour toute la France en 2023. Un chiffre bien trop faible pour les quatre auto-écoles de Châteaubriant, qui ont décidé d’envoyer une alerte à la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM).

Cet article vous a-t-il été utile ? Notez que vous pouvez suivre L’Éclaireur de Châteaubriant dans la rubrique Mes actualités. En un clic, après inscription, vous retrouverez toutes les actualités de vos villes et marques préférées.