Publié le 21/11/2022 à 13h29

, mise à jour le 21/11/2022 à 13h29

Selon une étude australienne, l’activité physique agira directement contre les effets secondaires de la radiothérapie dans le traitement du cancer du sein. Le sport les rendra chaque jour plus résistants.

Une routine sportive pour aller mieux

Près d’une femme sur neuf sera diagnostiquée d’un cancer du sein au cours de sa vie en France. La plupart des patients recevront une radiothérapie. Si la méthode a de bons résultats en plus de la chirurgie, elle est souvent à l’origine d’effets secondaires difficiles à vivre, notamment de la fatigue pour le patient. Pour pallier ces effets, de nombreux traitements adaptés sont possibles. Mais selon une étude de l’Université Edith Cowan en Australie, le simple fait de continuer à faire de l’exercice régulièrement permettra de mieux gérer les effets secondaires. Les résultats ont conduit à une publication dans le cancer du sein.

L’étude a inclus 89 femmes dans l’étude, dont 43 ont suivi un programme à domicile de 12 semaines, comprenant un régime d’exercice hebdomadaire d’une à deux séances d’entraînement en résistance, et un total de 30 à 40 minutes d’exercice aérobique (rien de grave, vraiment) . Les autres patients étaient un groupe témoin qui n’a pas participé au programme d’exercice.

Une méthode simple et peu coûteuse

Les chercheurs ont découvert que les patients qui faisaient de l’exercice récupéraient plus rapidement de la fatigue liée au cancer pendant et après la radiothérapie par rapport à un groupe témoin. De plus, ils ont constaté que cela augmentait la qualité de vie après la radiothérapie et aucun effet indésirable de l’exercice n’a été signalé.

À Lire  Le Saut du Diable : piste des loups

Pour le premier auteur de l’étude, le professeur Rob Newton, l’étude est importante dans ce contexte de cancer chronique : « Les activités de résistance à domicile et les exercices physiques pendant la radiothérapie sont sûrs, réalisables et efficaces pour accélérer la récupération de la fatigue liée au cancer » De plus, le protocole fait à domicile est une bonne nouvelle pour les patients, « car il est peu coûteux, ne nécessite pas de déplacement ni de soins « physiques » et est capable de le faire au moment et à l’endroit que le patient choisit », a-t-il déclaré. .

De plus, les auteurs précisent que les directives nationales sur le cancer recommandent déjà une activité physique vigoureuse pendant 30 minutes par jour, cinq jours par semaine et 8 à 10 minutes de résistance deux à trois jours par semaine, mais les doses d’exercice sont encore plus faibles que celles recommandées. . peut déjà avoir un effet significatif sur la fatigue liée au cancer.