Chute de cheveux, ongles cassés, lésions cutanées… le traitement du cancer peut provoquer des douleurs physiques ou mentales. Voici comment prévenir ou inverser ces effets, pour reprendre confiance.

Le traitement oncologique peut être local (chirurgie, radiothérapie locale) ou systémique (chimiothérapie, hormonothérapie, immunothérapie, thérapies). « Pourtant, le système de traitement agit sur l’ensemble du corps », précise le Dr Markéta Saint Aroman, directeur de la pharmacie et de la dermocosmétique des laboratoires Pierre Fabre. cancer. Ils peuvent donc provoquer des maladies cardiovasculaires, ophtalmiques, musculo-squelettiques, gastro-intestinales, buccales et cutanées.

Ces effets secondaires de la maladie se manifestent par un affaiblissement des ongles et de la peau du corps, du visage, des mains et des pieds, avec une sécheresse sévère, des démangeaisons, des tiraillements et gonflements, et une perte des cheveux, des cils et des sourcils. « Cette toxicité cutanée touche plus de 30% des patients dans le cas des antibiotiques, 18 à 72% des chimiothérapies et atteint 75 à 90% dans le cas de la cible » précise le Dr. Marketa Saint Aroman.

Radiothérapie, mode d’emploi

La radiothérapie provoque des brûlures et des radiodermites, il est donc important de :

Se réconcilier avec son corps grâce aux ateliers de socio-esthétique

La socio-esthétique fait partie du parcours du patient en oncologie depuis 2003, date à laquelle elle a été incluse dans la 42e norme du Système de cancérologie. Ces soins sont dispensés soit dans les services d’oncologie, soit dans les lieux ouverts par les collectifs, et par d’autres sociologues qui se déplacent à votre domicile.

Les chirurgiens onco-esthétiques sont formés à la pathologie spécifique et à ses conséquences. Le traitement est universel, pour réduire les effets des maladies liées au traitement, pour ne plus « avoir l’air malade » et pour s’adapter au corps humain et à son image. Des ateliers individuels et collectifs abordent les problèmes et les outils de peau, les conseils de soins de la peau, la perte de cheveux et les soins capillaires, comment nouer un foulard, se maquiller, remodeler les sourcils, obtenir une tenue assortie. après IVG/reconstruction, mais aussi des soins (massage du dos et du corps, soins du visage et des cheveux, des mains et des pieds)…

À Lire  Nutrition : 5 avantages clés des tomates - BBC News

Abonnez-vous à la Newsletter Top Santé pour recevoir gratuitement les dernières actualités

2/9 –

On évite tout ce qui peut irriter Pour cette plaie fragile, on privilégie un pain dermatologique ou syndet hypoallergénique, à pH physiologique, testé sous contrôle dermatologique. Mieux encore, l’huile démaquillante peut également être utilisée sur le visage et le cuir chevelu. Attention également à l’eau trop chaude ou trop froide. De même, évitez tout ce qui peut provoquer une irritation ou une réaction : bain moussant, gommage, gants, éponges ou gels douche. Et on se sèche en frottant avec une serviette, sans se frotter. Pour le visage, on choisit un démaquillant que l’on lave à l’eau tiède si besoin. Attention à l’eau micellaire qui peut assécher la peau.

3/9 –

Nous continuons à nourrir notre peau, l’eau restaure la fonction barrière de la peau, lui redonne sa souplesse et surtout l’apaise. La crème doit être appliquée avec une huile ou un baume nourrissant, matin et soir, de la tête aux pieds. Dans les zones sèches, les cicatrices chirurgicales, les folliculites et l’acné, et les onguents (Cicalfate+, CicaplastB5+, etc.) sont utilisés. De plus, les lèvres sont très sèches et doivent être réappliquées, avec un noir froid, en les faisant coller aux bords. Et dès que vous ressentez une gêne ou des démangeaisons, n’hésitez pas à appliquer de l’eau chaude en compresse.

4/9 –

On change de produits de soin On prend des soins qui conviennent aux peaux sensibles, qu’on retrouve dans les produits dermocosmétiques (Avène, La Roche Posay, SVR, Bioderma, etc.) ou qui montrent leur allergie testés sur la peau douce. Nous privilégions la formule la plus courte, sans parfum et si possible sans conservateur. Et attention aux produits à base d’alcool ou d’huiles essentielles ! Ils sont à éviter, comme le parfum, le talc et les bactéries (rétinol, acide de fruit). La composition doit être proche des lipides du stratum corneum, comme les céramides et le beurre de karité. Enfin, le texte doit être facile à étaler pour ne pas irriter la peau.

5/9 –